A propos de la flottille et de l’attaque de l’armée israélienne

Loin de toute cette vague de compassion et de condamnation qui recèle en son sein certes, des réactions sincères mais aussi, des calculs sournois visant, entre autre, à justifier les futurs attentats suicides qui déchiquèteront encore des innocents à Tel Aviv et de voiler donc l’autre violence d’un Hamas et d’un Hizbollah toute aussi inhumaine, il est une optique moins chauvine et plus objective qui consiste à condamner aussi bien la violence de la réaction que les visées non avouées d’une tentative de briser un blocus militaire qui, une fois de plus, est en soi un acte de guerre alors même que ce blocus est rendu possible surtout par les régimes arabo-musulmans eux-mêmes qui, dans leur totalité, exercent un véritable blocus politico-économique et social sur leurs gouvernés… mais cela est déjà une autre histoire diront certains.

Ceci, au-delà même de l’évidence qui fait que derrière cette flottille, ce sont les mêmes régimes (Algérie, Egypte, Syrie, Iran, Turquie…), voire même les organisations intégristes (Hamas, Hizbollah…) qui financent et tirent les ficelles pour que ce problème du Moyen-Orient puisse retrouver un peu de sa « splendeur » médiatique afin de manipuler encore et toujours la rue arabe et musulmane et de permettre à ces régimes de se faire oublier, eux et le marasme social qu’ils produisent pour leurs gouvernés, et à ces mouvements islamistes, de retrouver un peu de légitimité populaire, d’aiguiser leurs « bombes humaines » et de justifier aussi bien leur violence à venir que la réaffirmation de leur velléité hégémonique en Europe et ailleurs dans le monde.

La solution aurait du être trouvée à un autre niveau politique que dans une flottille qui peut être soupçonnée, à juste titre, de faire dans la provocation sous couvert d’humanitaire. Je ne fais pas dans la justification d’une violence certes disproportionnée dont s’est rendue coupable l’armée israélienne mais en même temps, loin de toute démagogie propre au politiquement correct et de toute candeur politique, il est indéniable que tenter de briser un blocus militaire constitue en soi un acte de guerre ! Un acte de guerre appelle une réaction de même type, c’est du moins prévisible comme issue.

Cela reste mon opinion ; celle d’un Amazigh nord-africain qui pense « Humanité » et qui ne se sent ni Palestinien, ni Israélien, encore moins Arabe.

Allas Di Tlelli

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire