À propos des attentats terroristes islamistes au Canada

Quand je suis arrivé au Québec, je me suis dit qu’ici on est dans un pays démocratique, dans un état de droit. Il y a certes ici aussi des islamistes – ce sont ceux-là qui ont empoisonné ma vie antérieure — mais ils sont dans le paysage au même titre que les groupuscules anarchistes, les conservateurs catholiques anti-avortement, les groupes militants de la décroissance économique, les défenseurs de la nature qui luttent contre le libéralisme sauvage ravageur de sites naturels, les sectes juives radicales obsédées par le casher, les défenseurs du papillon monarque, les militants du « mourir dignement » et les raëliens qui attendent leur vaisseau intergalactique. Du banal, quoi.

Je me suis dit que tant que les libertés de pensée, d’opinion et d’expression sont garanties par la loi (ou par une charte), les islamistes seront facilement neutralisés par le bon sens commun à tous les citoyens. Je pourrais donc clouer le bec à n’importe quel islamiste qui m’emmerde. Je me suis trompé lourdement. Ces libertés sont en effet garanties, mais surtout pour les islamistes justement, pas pour leurs contradicteurs.
En Algérie, je me taisais car ces mêmes libertés étaient (et sont toujours) garanties pour les islamistes. Le contradicteur a toujours le loisir de parler, mais il parlera à une barre de fer, un long couteau, une chaine de vélo ou même parfois une Kalachnikov.
Ici, c’est plus raffiné. Si on parle on aura affaire à des armes plus sophistiquées, mais toutes aussi efficaces : racisme, intolérance, islamophobie, extrémisme, exclusion, fouteur de troubles sociaux, empêcheur de multiculturaliser en rond, ennemi de la liberté religieuse, irrespect pour les cultures minoritaires et pour les communautés etc. Une riche panoplie d’outils au service des seuls islamistes. De quoi faire rager Rael !

Si je dis un seul mot sur la nocivité de l’islam(isme) la charte des droits et libertés va m’épingler et je suis cuit. Et si je passe carrément devant un juge, il ne me raterait pas non plus. Je n’ai pas d’argent pour me défendre, je n’ai pas de communauté pour me soutenir, je ne connais pas de journalistes, ni de politicien, ni de riche baron des média et des affaires.
Une simple petite étudiantes militante du hidjab et du vivre ensemble fera de moi une bouchée. Elle n’aura même pas besoin de radio-Canada, ni de TVA.

Alors je me tais. Nous nous taisons tous. Nous avons tous peur. Les Québécois ont peur de paraître racistes et xénophobes. Moi j’ai peur d’avoir affaire à la justice, de me faire agresser ou tout simplement de sembler donner des leçons aux Québécois, dans leur propre pays. Djemila Benhabib n’est-elle pas perçue comme une donneuse de leçons par la gente bienpensante québécoise et canadienne ?
Alors que faire ? Répéter inlassablement et anonymement que l’islam(isme) n’est qu’une idéologie politique et sociale, une théocratie ? Cela ne sert à rien. C’est une banalité dont les élites n’ont rien à cirer.

Étaler les versets coraniques et hadiths à longueur de sites web ? La seul réaction qu’on suscite est : « Mon dieu, c’est affreux, ça a pas de bon sens ! ». Et les gens retournent au dilemme qui les taraudent depuis des mois : Acheter un Galaxy 8 ou attendre la sortie du Galaxy 12 qui sera certainement plus performant ?

Exposer acteurs islamistes et officines d’endoctrinement avec noms et adresses ? Pourquoi faire ?
Les noms et adresses ne seront pas perçus comme preuve que ces gens et leurs organisations existent, mais comme un appel à la violence contre eux. Pauvres p’tits chous menacés !

On est dans un pays où toutes les libertés individuelles et collectives sont garanties surtout aux islamistes. Tout le monde sait que ces gens sont des crapules, des canailles invétérées, mais ils sont protégés. Ils sont protégés car ils ne sont pas seuls. Ils font partie d’une immense organisation crapuleuse, tentaculaire, mondiale, qui tient les Occidentaux par les couilles : le pétrole et le pétrodollar.
Les chefs politiques et les médias qui les servent vont les solliciter à coups de courbettes dans leurs propres fiefs. Donnez-nous les voix de vos brebis et nous vous aiderons à faire taire les citoyens qui ne vous aiment pas. Dites du bien de nous à vos supérieurs saoudiens, qataris, koweitiens, iraniens afin qu’ils continuent à faire des affaires avec nous et nous vous aideront à soumettre nos concitoyens, à les museler, à travailler pour vous, à ramper à vos pieds. C’est ce que disent messieurs Trudeau, Mulcair, Couillard, relayés en cela par Radio Canada, TVA et autres feuilles de choux à deux sous.Retour ligne automatique
Ils jouent les vierges effarouchées devant l’État Islamique de Abou Bakr El Baghdadi, mais ils composent très bien avec les états islamiques d’Arabie Saoudite, du Qatar, des Émirats, du Koweit, du Soudan, du Pakistan, de l’Iran. Qu’ils nous expliquent donc la différence !

Ils jurent, la main sur le cœur, qu’ils sont soucieux de la sécurité de leur concitoyens, mais ils invoquent la loi et les procédures pour justifier leur inaction face aux crapules qui endoctrinent nos enfants sous notre nez, dans nos propres villes. Sur dix milles jeunes endoctrinés, quelques-uns vont se faire terroristes. On attend qu’ils passent à l’acte pour leur tirer une balle dans la tête. Avant cela, il n’y a rien à faire, disent-ils. Imaginons un père de famille qui voit pousser des arbres aux fruits empoisonnés dans sa cour arrière. Pour protéger ses enfants, il achète une ambulance toute équipée et paie des ambulanciers à l’année, de sorte que si l’un d’eux s’empoisonne, il le transportera vite à l’hôpital.
C’est ce que font nos politiciens et nos média pour nous protéger.
Coupez donc ces satanés arbres, calice !

Le comble : nous voyons les média et les hommes politiques faire appel aux imams et autres chefs islamistes pour aider les autorités à retracer et dénoncer les « musulmans radicalisés » ou au moins à les raisonner. Ils demandent au vieux loup de protéger les brebis de sa jeune progéniture. Faut le faire ! Quand j’ai vu à la télévision l’intervention de la bonne femme du SCRS, j’ai éclaté d’abord en sanglots, puis j’ai attrapé un fou rire qui ne voulait plus me lâcher.

Que le citoyen se rassure : les islamistes sont là pour le protéger des terroristes islamistes.
Ces crapules osent se présenter brutes devant les caméras. Ils ne prennent même pas soin de se débarrasser de leur accoutrement et de raser leur barbe. Ils se foutent de nous sans vergogne. Ils semblent nous dire : « coucou, c’est nous ! On vous a bien eu encore une fois ! ».

Un propriétaire de bar peut avoir de sérieux problèmes avec la justice si des dealers vendent de la drogue dans son établissement. Je ne le défendrais pas. Mais un imam ne court aucun risque quand des terroristes avérés fréquentent sa mosquée et propagent leur idéologie publiquement. Société civile, média, partis politiques et citoyens le défendraient si quiconque le pointe du doigt.
Un imam pareil, moi je lui donne un coup de pied au cul et je ferme sa boutique pourrie. À chaque fois que je parle avec des Québécois, ils me regardent de haut et me disent qu’on est ici au Québec, pas dans une dictature. Je me demande pourquoi les dealers de drogue, les assassins, les pédophiles et autres délinquants ne se sont pas encore organisés en associations pour dénoncer la dictature qu’ils subissent dans ce Québec démocratique. Ils sont cons. Les criminels islamistes pourvoyeurs de terroristes le font bien et cela leur réussit.
J’ai vu hier à la télévision des imams déclarer qu’ils pleurent les victimes de Saint-Jean-sur Richelieu et d’Ottawa. J’ai pris cela pour de la provocation de la part de Radio Canada et de TVA.
Les terroristes islamistes ont fait leur job et sont morts. Les imams et autres islamistes n’ont plus aucune raison de les protéger. Face à la caméra, ces imams ne profitent pas de l’occasion pour dire : « À propos, faites attention, il y a X, Y et Z qui ont le même profil que Rouleau et Bibeau ».
Non ces imams attendront que X, Y et Z passent à l’acte et meurent pour revenir déclarer qu’ils pleurent les morts et qu’ils ont tout fait pour éviter le drame.

Ils nous prennent ouvertement pour des cons, avec la complicité des média.
Je me demande si nous ne sommes pas réellement cons !

Je vais vous raconter une histoire à méditer.
En Algérie, au début des années 1990, les islamistes avaient gagné les élections législatives partout sauf dans la province de Kabylie. Dans l’euphorie de la victoire électorale, un des chefs du FIS (parti islamiste victorieux) avait déclaré dans un stade bondé de militants que le djihad sera mené en Kabylie dès que le gouvernement islamiste sera installé.
Les Kabyles lui riaient au nez, Un de mes amis était secrétaire nationale à l’information dans un grand parti politique kabyle. Je le taquinais sur le djihad. Il m’avait dit que le premier Arabe qui se pointerait en Kabylie sera abattu sans sommation.

J’étais dubitatif. Dans la tête des kabyles à l’époque la chose était claire : les Arabes sont des islamistes puisqu’ils ont voté massivement pour le FIS, et les Kabyles sont des démocrates, progressistes, partisans des droits humains, de la paix, de la justice sociale et tout le bazar.Retour ligne automatique
J’ai dit à mon ami :
« Mais ce ne seront pas les Arabes qui feront le djihad en Kabylie. Ce seront des djihadistes islamistes kabyles ».
Il me dit : « il n’y a pas d’islamistes en Kabylie, tu le vois bien ».
Je lui répondis :
« Patience, il y en aura ».

Cinq années plus tard, les montagnes de Kabylie étaient truffées de terroristes islamistes, en majorité kabyles. Les prédicateurs, prêcheurs, endoctrineurs ont suivi et ont envahi la Kabylie. Presque tous sont Kabyles. Les mosquées poussent comme des champignons. Les librairies ne vendent que des livres islamiques, le langage religieux fleurit partout et la jeunesse est totalement endoctrinée et embrigadée dans l’islamisme. La liberté fout le camp. La population se tait sachant que du haut des montagnes les terroristes islamistes veillent. Le peuple se soumet et devient bigot. Les hijdjabs pullulent et les niqabs apparaissent partout. La célèbre laïcité kabyle a vécu. L’attachement des Kabyles aux droits humains et à la démocratie relève du passé. La langue se perd. La culture est dénigrée. Les personnes âgées analphabètes, qui ne connaissent pas le Coran sont traitées comme des animaux par les plus jeunes. La Kabylie a résisté pendant 14 siècles puis se soumet.

Si les Québécois veulent résister au moins quatorze siècles, il faut commencer demain matin.
Maintenant vous savez que vous risquez d’avoir de nombreux Québécois pure laine islamistes. Vous en avez déjà quelques-uns, alors n’ayez plus peur de vous faire taxer de racistes, de xénophobes et de discriminateurs. Les islamistes immigrants (du genre Charkaoui et autres El Melyawi) qui défrichent le terrain aux terroristes seront privés de ces arguments. La voie est libre.

Je vais vous paraître cynique, mais j’avoue que cela fait très longtemps que j’attends de voir naitre les premiers islamistes québécois pure laine, bien blancs, aux cheveux blonds et aux yeux bleus. Je m’attendais à les voir apparaître sur le terrain du militantisme politique. Mais fichtre, les premiers à pointer leur museau n’y vont pas du dos de la cuillère.

Arilés Bouktit

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire