Acrostiche, aéroplane, anniversaire, antipode

Ce qu’il faut retenir : Noms sur le genre desquels on hésite

Noms masculins :

Un acrostiche  :, subst. masc. et adj.
Pièce dont les vers sont disposés de telle manière que la lecture des premières lettres de chacun d’eux, effectuée de haut en bas, révèle un nom, une devise, une sentence, en rapport avec l’auteur, le dédicataire, le sujet du poème, etc.

Un aéroplane, subst. masc.
AÉROPLANE – AÉRONAUTIQUE
1. [Opposé à aérostat] Tout appareil de locomotion aérienne, se maintenant dans les airs grâce à des surfaces portantes planes, et à sa vitesse procurée par des propulseurs à hélice.
2. Synonyme. vieilli de avion

Un anniversaire, adj. et subst. masc.
Qui ramène le souvenir d’un événement accompli le même jour une ou plusieurs années auparavant. Fête anniversaire :Retour ligne automatique
_ 1. Plutarque raconte qu’après la bataille de Platée les guerriers morts ayant été enterrés sur le lieu du combat, les platéens s’étaient engagés à leur offrir chaque année le repas funèbre. En conséquence, au jour anniversaire, ils se rendaient en grande procession, conduits par leurs premiers magistrats, vers le tertre sous lequel reposaient les morts. FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 14.

Un antipode, adj. et subst.
I. Vx, littér., emploi adj. et subst.
A. Emploi adj. [En parlant d’un lieu] Situé en un point diamétralement opposé à un autre point de la surface du globe :Retour ligne manuel
1. Les pays qui sont sur des parallèles à l’équateur, à égal éloignement de ce cercle et aux extrémités d’un même diamètre, les uns au midi, les autres au nord, enfin qui ont le même méridien et qui sont sous ce méridien à la distance les uns des autres de 180o, c’est-à-dire de la moitié du méridien, ces pays sont antipodes. BOUILLET 1859.

Antipode à :
2. Dans la projection de la sphère céleste que traçaient les prêtres astronomes, le zodiaque et les constellations disposés circulairement, présentaient leurs moitiés en opposition diamétrale : l’hémisphère d’hiver, antipode à celui d’été, lui était adverse, contraire, opposé. Par la métaphore perpétuelle, ces mots passèrent au sens moral ; et les anges, les génies adverses, devinrent des révoltés, des ennemis. VOLNEY, Les Ruines, 1791, pp. 252-253.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*