Aghilès Hadjou exécuté par ses ravisseurs

Ce que d’aucuns redoutaient s’est produit. Le jeune Aghilès Hadjou kidnappé à Azeffoun, en Kabylie maritime, vient d’être exécuté par ses ravisseurs.

Pas plus loin que ce matin, une caravane de solidarité a battu le pavé dans la ville d’Azeffoune pour exiger sa libération. Il faut rappeler que depuis que ce phénomène a fait son apparition en Kabylie, c’est la première exécution d’un otage par les ravisseurs après celle de Hend Slimana assassiné lors de la tentative de son enlèvement. Les dizaines de kidnappings se soldaient systématiquement par la libération des otages après versement de rançons. autant dire que dans cela, les autorités semblent au moins absentes… Le cas du jeune Aghiles qui vient d’être exécuté n’a même pas enregistré une demande de rançon.

Quelles sont dès lors les motivations de ce lâche assassinat ?

Pendant que la famille du jeune Aghiles est frappée dans sa chair par ce drame perpétré par des lâches d’un autre âge car rien mais absolument rien ne pourra justifier l’assassinat d’une personne, d’autres iront, chacun selon sa motivation cachée, verser dans des analyses aussi creuses que ruisselantes de « soutien » et de « dénonciation » de circonstance. Pourtant, les faits sont là : la Kabylie est la cible d’une entreprise de déstructuration et de destruction qui ne date pas d’aujourd’hui. Cette entreprise est l’œuvre d’un système politique rentier, corrompu et portant la casquette idéologique de l’arabisme et de l’islamisme qui porte en elle un racisme anti Kabyles des plus exacerbés. Ce régime gère la vie de tous les jours des Kabyles, injectent de la drogue en Kabylie, y encourage l’implantation des islamistes jusque-là indésirables, y tolèrent la subsistance des groupes terroristes, y met le feu au patrimoine forestier jadis enviable, y organise la délinquance et entretient la précarité, y recrute une clientèle élitiste aux allures artistiques et autres, y organise des simulacres d’élections et des politicards y prennent part, deviennent députés d’hier et d’aujourd’hui, pour des considérations purement pécuniaires et carriéristes, légitimant de fait le même régime mortifère et morbide…ces derniers pondront cette nuit même des communiqués pour se répandre dans des formules ruisselantes d’hypocrisie et de larmes de crocodiles, ce qui, du reste, est un classique chez les opportunistes de tout acabit qui mangent avec le loup et pleurent avec le berger.

Ce pays, ce système, cette idéologie, cette religion… tout ça installe définitivement n’importe quel pays dans le chaos et l’Algérie en est profondément gangrénée que tout espoir de renverser la vapeur en faveur des valeurs humanistes et civilisationnelles de démocratie, de liberté, de laïcité et de paix semble illusoire. Peut-on dès lors espérer sauver au moins les meubles quand la maison brule, c’est-à-dire sauver la Kabylie et l’extraire totalement au spectre de l’arabo-islamisme qui la ronge chaque année davantage depuis 1962, notamment depuis le parachutage du nain d’Oujda et son gang aux règnes de ce pays inventé de toutes pièces ?

Au nom de toute l’équipe de Kabyles.net, je présente mes condoléances les plus attristées et les plus révoltées à la famille Hadjou.

Allas Di Tlelli

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*