Algérie, Libye, Tunisie, Maroc, pays frères ?

Le 13 février 2008, le quotidien El Watan condamne le comportement du régime libyen vis-à-vis de ressortissant(e)s algérien(ne)s partis chercher fortune chez le supposé peuple frère. Voici les faits sans fard :
Huit prisonniers, dont deux femmes condamnés, pour vol, à l’amputation de la main. Et leurs familles d’accuser les Libyens de cruauté. Or, les juges libyens se sont exactement conformés au verset coranique qui prescrit d’amputer la main du voleur et de la voleuse (une des rares situations où le Coran place les deux sexes sur un pied d’égalité.) Précisons à l’intention de ceux qui lisent le Livre en diagonale qu’il s’agit du verset 38 de la sourate La Table : « Au voleur et à la voleuse coupez les mains en punition de ce qu’ils auront perpétré et à titre de sanction d’Allah. »

Un Algérien à été condamné à la prison à perpétuité pour meurtre. Après avoir purgé 18 ans de sa peine, il est gracié par le magnanime Khadafi. Cependant, le condamné reste en prison parce qu’il n’a pas d’argent pour payer le prix du sang à la famille de la victime. Nous voici de nouveau devant une autre disposition du Coran.

« Ô vous qui croyez ! le talion vous est prescrit en cas de meurtre …mais les parents de la victime peuvent renoncer à se venger moyennant une indemnité pour prix du sang. Alors le meurtrier devra payer de bonne grâce au profit de l’ayant droit … (Sourate La vache, 178.) Mais quiconque par charité renoncera à la vengeance méritera la rémission de ses péchés (Sourate La Table verset 45.) Retour ligne automatique

En l’occurrence, la famille de la victime n’a pas renoncé à l’indemnisation. Peut-être n’a-t-elle pas de péché à se faire pardonner.
En somme ; voilà ce qui attend les Algériens en Algérie si la loi islamique venait à s’y appliquer un jour.

Le même article nous apprend que des prévenus sont en attente de jugement depuis 5 ans. Que des prisonniers sont enfermés au secret pendant 20 jours dans des sous-sols humides. Que le recours à un avocat libyen coûte dans les 500.000 dinars. Que les familles des détenus ne sont autorisées à entrer en Libye pour aller voir les leurs que sur présentation de 1.000 euros.

Moralité ; si vous choisissez de devenir délinquant, délinquez plutôt en Algérie ; la justice y est plus humaine et les prisons moins inhumaines qu’en Libye.

Je me souviens qu’il y a quelques années, l’application de la double peine était contestée en France (après avoir purgé sa peine ; le prisonnier était expulsé vers son pays d’origine.) J’ai aussi entendu parler d’une monarchie où les prisonniers n’étaient pas libérés à l’expiration de leur peine.

Un deuxième aspect du problème mérite réflexion. Il est de bon ton, dans les sphères officielles, de parler de la construction d’un « Maghreb arabe ». Dans cette perspective, quel projet de société envisager ?
Une monarchie de droit divin à la marocaine dans laquelle toute critique à l’encontre du Malik exposerait à des poursuites judiciaires. ?
Une démocratie de façade mi-laïque mi-religieuse à l’algérienne ?
Une république à la tunisienne avec une prospérité relative assortie du droit de se taire ? Ou, enfin, un pouvoir personnel (im)pur et dur à la libyenne avec un président inamovible ?

Et si, dans un pareil maghrebarabeuni les populations étaient condamnées à souffrir les tares du régime de chacun des pays concernés ?

Rassurez-vous, chers internautes, préparez tranquillement vos vacances, cette union n’est pas pour demain.

Hocine Benhamza

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*