Algérie, pays du mal-vivre

Ce que je redoutais est arrivé, on me demande mon avis sur l’élection présidentielle du 9 avril. Franchement, j’ai beau chercher, je ne trouve rien à dire. Et puis c’est dangereux de parler, la récréation est terminée, l’heure est à l’alignement. Le président Abdelaziz Bouteflika sera réélu, point à la ligne. Il l’a décidé, c’est réglé.

Que dire d’autre ? Passée la petite formalité du scrutin, il reprendra son sceptre et fera ce qu’il fait depuis toujours. Idem pour les Algériens, ils rangeront leurs convocations et feront ce qu’ils ont toujours fait. La force de l’habitude. Après une huitaine d’élections présidentielles triomphales depuis la naissance de la République algérienne démocratique et populaire en juillet 1962, chacun sait ce qu’il a à faire, tout se passe comme à la poste.

Pour le dire d’une phrase, je reprendrais une formule célèbre du Canard enchaîné à propos de je ne sais quelle réforme de fond engagée par le gouvernement de je ne sais quel dictateur, le deuxième (Houari Boumediene 1965-1978) ou le troisième (Chadli Ben Djedid 1979-1992) : « Le gouvernement fait semblant d’augmenter les salaires et les Algériens font semblant de travailler » et la pasticherais ainsi : « En Algérie, le président autoproclamé fait semblant d’être candidat, et les Algériens font semblant de voter. »

Mais cela, avais-je besoin de le dire, même au pôle Nord on le sait. On le sait depuis si longtemps qu’on a sans doute fini par l’oublier. En se pressant la tête, une image pourrait éventuellement surgir. Oui, c’est ça, l’Algérie, Algeria ! Ce pays lointain où il fait si mal vivre ! Mais les souvenirs forcés comme les cadavres qui remontent à la surface, on sait ce que c’est, ils ne disent pas tout. Qui sont ces cadavres putréfiés que dégorgent des charniers de hasard ? Qui sont ces cadavres déchiquetés que Mare Nostrum charrie d’une rive à l’autre comme des déchets industriels, et ces squelettes qui tombent des placards, qui sont-ils, qui les a mis là, pourquoi, quand, comment ?

Et ces pauvres gens qui hurlent dans les caves, qui sont-ils, qu’ont-ils fait ? Car enfin, mal vivre, c’est cela que ça veut dire, des gens qui meurent comme des chiens, et des gens qui les pleurent en cachette, et des gens qui dépérissent à force de vomir. C’est croiser chaque jour dans son quartier ses tortionnaires et les assassins de ses amis et devoir les saluer, ou baisser les yeux pour ne pas les blesser conformément à la loi de Réconciliation nationale. C’est faire semblant de rien et passer sa route.

Mal vivre, c’est ça, avoir honte de soi, de son pays et de l’humanité. C’est ce pays que M. Bouteflika gouverne depuis l’indépendance, comme second couteau de 1962 à 1979, homme de l’ombre de 1980 à 1998, et comme un roi gâteux de 1999 à ce jour, et entend le gouverner jusqu’à sa mort.

On aimerait pouvoir lui demander pourquoi il y a tant de criminels dans son royaume, protégés par la loi, et tant de miséreux et de persécutés qui rasent les murs. Parce que l’affaire est de retour dans l’actualité, je lui demanderais bien ce qu’il compte faire de l’assassin de Me Ali André Mécili, compagnon de M. Aït-Ahmed, abattu de trois balles dans la tête à Paris en avril 1987 ?

Ne le sait-il pas, il s’appelle Abdelmalek Amellou, il coule des jours sereins à Alger, non loin de son palais présidentiel. Pourquoi ne l’a-t-il pas livré à la justice française comme le demande instamment sa veuve, Anne Mécili. Elle ferait son deuil et nous saurions enfin de qui le tueur tenait son ordre de mission et qui, aujourd’hui, vingt-deux ans après, alors que le patron des services secrets de l’époque est décédé depuis trois ans, le protège à son tour ? Mais il y a eu tant de crimes et d’abominations, on ne saurait par quel bout commencer.

La mémoire n’en peut plus. Alors on regarde ailleurs, dans ces pays de violence, de peine et d’impunité du bout du monde, on les connaît mieux, et parler de leurs crimes ne prête pas à conséquence. On pense à la Corée du Nord du dangereux Kim Jong-il, à Cuba des interminables frères Castro, à l’Afghanistan des sanguinaires talibans, la Libye du colonel terroriste Kadhafi, le Soudan d’El-Béchir l’exterminateur, la Birmanie du généralissime sorcier Than Shwe, la Chine du très hermétique Jintao, la Russie du kagébiste Vladimir Poutine, l’Iran de l’atomiste Mahmoud Ahmadinejad, et à ce pauvre Zimbabwe encore et toujours en proie au choléra et à Robert Mugabe. L’Algérie de M. Bouteflika, c’est un peu tout ça : de l’éternité, du thriller quotidien et beaucoup de pétrole dans les rouages.

Mais le problème est-il seulement algérien ? On ne peut pas ne pas se poser la question. Pourquoi et en échange de quoi Sarkozy a-t-il récemment déclaré : « Je préfère Bouteflika aux talibans. » Outre président de la France et chanoine de Latran, serait-il aussi grand parrain dans l’Algérie de ces messieurs ? Pourquoi en son temps, en 1999 et 2004, Jacques Chirac a-t-il adoubé Abdelaziz Bouteflika et de cette façon précipitée et ostentatoire alors que le débourrage des urnes n’était pas achevé ? Pourquoi la France officielle aime-t-elle tant nos tyrans ? Comment se fait-il qu’Alexandre Adler, qui n’est pas le dernier analyste de France, trouve tous les charmes au sieur Bouteflika ?

Il a écrit avec beaucoup de lyrisme dans son encre : « Il a cassé l’armée et désarmé les islamistes. » Soit, mais le sait-il, le problème n’est pas tant l’armée mais les services secrets, ils sont plus forts que jamais. Ce sont eux les faiseurs de rois, de généraux, de milliardaires, ce sont eux qui animent la machine de la terreur et décident qui doit vivre et qui doit mourir. Les islamistes désarmés ? Soit, mais ils sont plus forts que jamais, ils sont au gouvernement, à l’Assemblée, ils tiennent le bazar, ils ont converti Bouteflika et ses frères, reconquis la télévision, les mosquées, les écoles, et font ce qu’ils veulent de nos rues qu’ils enflamment à coups de bondieuseries et d’appels à la haine. Bouteflika a fait le vide pour faire de la place à son immense mégalomanie, les islamistes l’ont subrepticement occupé et lui gonflent la gandoura comme s’il était le Mahdi (Messie).Retour ligne automatique
Le djihad est ruse, l’islamisme sait attendre. La vraie question est : Que feront-ils lorsqu’ils auront le pouvoir ? MM. Sarkozy, Chirac et Adler le savent-ils ? M. Bouteflika qu’ils soutiennent et encouragent dans ses malversations n’est pas éternel, vu son âge et son état de santé, on peut même avancer qu’il est fini. On ne tardera donc pas à revenir vers eux pour leur poser la question qu’ils ont oublié de se poser : Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Encore un coup d’Etat, encore une guerre, un autre génocide, des exodes et des sans-papiers à n’en plus finir ?

En attendant, formalisme oblige, il y a la campagne électorale. Le président-candidat-déjà-élu l’a engagée avant l’heure et la mène comme un sultan fatigué visite ses provinces. Il débarque avec sa police et ses chaouchs (huissiers), dit trois mots au petit peuple, distribue de l’argent, chapitre les pouvoirs locaux honnis des indigènes, inaugure deux-trois vieux trucs repeints à neuf, offre un grand couscous aux nécessiteux, et repart tremblant de fièvre. La télé fera le reste, elle est très équipée pour les superproductions. Au journal télévisé de 20 heures, ce sera Barack Obama puissance 2.

Dans la course, le président-candidat-déjà-élu a cinq concurrents. On ne sait rien d’eux. Peut-être sont-ils des artistes engagés pour le film, peut-être sont-ils des gens sérieux. Il y a une trotskiste de vieille date, un islamiste radical, un ancien douanier, un ex-apparatchik à la retraite. C’est toute la modernité qu’on a trouvée pour emballer les jeunes.

A Alger, on les appelle les lièvres. Les poids lourds de l’opposition démocratique se sont mis aux abonnés absents, jouer les lièvres, ils ont déjà donné aux présidentielles de 1999 et 2004.

Et le peuple dans tout ça ? Il fait ce qu’il a toujours fait, il regarde ailleurs. Pour la terrifiante machine électorale du président-candidat-déjà-élu, il est l’ennemi public numéro un. Va-t-il enfin se décider à se mobiliser pour la sainte victoire du 9 avril ? On a beau le courtiser, le mitrailler de SMS comminatoires, lui rappeler les défis extraordinaires qu’il a relevés et gagnés depuis la glorieuse révolution de 1954 et toutes les bonnes prescriptions coraniques, rien n’y fait. Ecoeuré, un ministre a déclaré : « Qu’il vote ou pas, notre président sera réélu. »

Boualem Sansal (*)

Source : LE MONDE 28.03.09

(*) Boualem Sansal est écrivain algérien, né en 1949, ingénieur et docteur en économie, il a été enseignant, chef d’entreprise et haut fonctionnaire. En 1999, Gallimard publie son premier roman, « Le Serment des barbares« , salué par la critique. En 2003, il est limogé pour ses prises de position critiques sur l’arabisation et l’islamisation. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont « Harraga » en 2006 et « Le Village de l’Allemand » en 2008 chez Gallimard.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*