Après-midi, subst. masc. ou fém.

Partie de la journée comprise entre le repas de midi et le repas du soir.Retour ligne automatique
A. [En dehors de la fonction de compl. circ. ou d’appos.] :

1. Je me promenais aux Champs-Élysées par un beau jour de printemps. C’était un des ces après-midi tièdes qui remuent en nous des joies secrètes, qui nous allument les yeux et versent sur nous un tumultueux bonheur de vivre. MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Un Sage, 1883, p. 920.

2. … les matinées et les après-midi, coupées par les offices, y rendent tout travail d’art impossible. HUYSMANS, L’Oblat, t. 1, 1903, p. 14.

SYNT. a) Au fém. Une après-midi déjà brûlante de juin ; cette sombre après-midi de novembre ; une après-midi de soleil ; une terrible après-midi ; consacrer une après-midi à ; dormir des après-midi entières ; passer là de longues après-midi. Retour ligne manuel
b) Au masc. Passer tout l’après-midi avec qqn ; dans le jour bas de cet après-midi d’hiver. c) Avec indécision sur le genre. Le feu de l’après-midi ; le courrier de l’après-midi ; les fins d’après-midi.

B. [En fonction de compl. circ.]

1. [Avec prép.] :

3. Ah ! ces homards de digestion si lente, dont nous souffrîmes, Simon et moi, durant les longues après-midi de soleil, en face de l’Océan qui fait mal aux yeux ! BARRÈS, Un Homme libre, 1889, p. 7.

4. Deux mois plus tard, par une après-midi grise et douce de novembre, Mme Caroline monta à la salle des épures, tout de suite après le déjeuner, pour se mettre au travail.Retour ligne automatique
ZOLA, L’Argent, 1891, p. 219.

2. [Sans prép.] :

5. Le docteur, un après-midi, vint s’y faire couper les cheveux.Retour ligne automatique
FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, t. 2, 1880, p. 156.

6. Et elle accourait, cette après-midi-là, avec le besoin fiévreux de hâter les choses. ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 149.

7. Maintes fois, ensemble, tous deux s’amusèrent, les après-midi, à des combinaisons d’architecture. ADAM, L’Enfant d’Austerlitz, 1902, p. 28.

8. La porte de l’appartement avait été refermée au verrou par M. Darzac aussitôt qu’il était entré dans sa chambre, et cela les deux fois, l’après-midi et le soir. LEROUX, Le Parfum de la Dame en noir, 1908, p. 111.

C. [En appos. à un autre terme exprimant une détermination temp.] Lundi après-midi, demain après-midi :

9. Ce mardi 4 août après-midi, par une fort belle chaleur, je suis allé à Gerzat, … BARRÈS, Mes cahiers, t. 7, 1908, p. 43.

10. … quand je trouverai une minute, je passerai le dimanche matin ou le lundi après-midi. ROMAINS, Knock, 1923, II, 5, p. 14.

PRONONC. ET ORTH.

1. Forme phon. : []. Pt ROB. donne également la possibilité d’une prononc. avec [e] fermé pour la 2e syllabe du mot.

2. Forme graph. Le trait d’union est la condition du statut de subst. ; dans le syntagme après midi, midi conserve toute sa valeur sém. « douzième heure de la journée ».

ÉTYMOL. ET HIST. [1514, d’après BL.-W.5, DAUZAT 1968] ; 1649 loc. adv. (SARAZIN, Siège de Dunkerque ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3, p. 542 : Sur les deux heures après midy on donna le feu à la mine) ; 1690 (FUR., s.v. après-demain, subst. : On dit aussi, Apres-midi) ; 1704 subst. fém. (Trév. : Après midi […] Le temps qui est depuis midi jusqu’à la nuit […] L’après-midi ne fut pas belle hier ; il n’y eut pas moyen de sortir. Voilà une vilaine Après-midi).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*