Aristote : Philosophie et métaphysique

La philosophie comprend, pour Aristote, l’ensemble des connaissances humaines, mais elle se définit plus spécialement par la philosophie première, qu’on appellera plus tard Métaphysique et qui répond à un besoin strictement intellectuel :

De tout ce que nous venons de dire sur la science elle-même sort la définition cherchée de la philosophie. Il faut bien qu’elle 9oit la science théorétique des premiers principes et des premières causes […]. Ce qui dans l’origine poussa les hommes aux premières recherches philosophiques c’était comme aujourd’hui l’étonnement. Entre les objets qui les étonnaient et dont ils ne pouvaient se rendre compte ils s’appliquèrent d’abord à ceux qui étaient à leur portée, puis, s’avançant ainsi peu à peu, ils cherchèrent à s’expliquer de plus grands phénomènes, par exemple les divers états de la lune, le cours du soleil et des astres, enfin la formation de l’univers… Par conséquent, si les premiers philosophes philosophèrent pour échapper à l’ignorance, il est évident qu’ils poursuivaient la science pour savoir et non en vue de quelque utilité. Le fait lui-même en est la preuve : presque tous les arts qui regardent les besoins et ceux qui s’appliquent au bien-être et au plaisir étaient connus déjà quand on commença à chercher les explications de ce genre. Il est donc évident que nous n’étudions pas la philosophie pour aucun autre intérêt étranger.

Aristote, Métaphysique, Livre I.

Aristote (384-322)

Aristoteles, surnommé Stagirite, fondateur de la secte des péripatéticiens, né à Stagire en Macédoine, l’an 384 av. J. C (première année de la 99e olympiade). Il eut pour père Nicomaque, médecin distingué, ami d’Amyntas III, roi de Macédoine. Il vint vers l’an 368 à Athènes, y suivit pendant 20 ans les leçons de Platon, et commença dès lors à se faire connaître par ses écrits. Après la mort de son maître (348), il quitta Athènes, blessé, dit-on, de n’avoir pas été désigné pour lui succéder, et se retira d’abord en Mysie, auprès d’Hermias, souverain d’Atarné, dont il épousa la sœur Pythias, puis à Mytilène dans l’île de Lesbos.
Là, il reçut de Philippe (343) une lettre par laquelle ce prince le priait de se charger de l’éducation de son fils Alexandre, lui disant qu’il se félicitait moins de ce qu’il lui était né un fils que de ce que ce fils était né du temps d’Aristote.

Aristote est le génie le plus vaste de l’Antiquité; il a embrassé toutes les sciences connues de son temps et en a même créé plusieurs.  Le mérite d’Aristote en philosophie fut de donner à la science une base plus solide que n’avaient fait ses prédécesseurs, et d’accorder davantage à l’expérience, mais sans méconnaître le rôle de la raison. Il rejeta la doctrine de l’idéal, qu’avait professée Platon, et concentra toute réalité dans les objets individuels.

Œuvre encyclopédique : Physique, Métaphysique, Logique, Rhétorique, Politique, Ethique à Nicomaque, etc.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*