Avenir du nouvel Alger

Actuellement, la ville du nouvel Alger, si l’on compte son annexe de Mustapha et les petites communes suburbaines de Saint-Eugène, d’Hussein-Dey et de la Maison-Carrée, qui ne sont en réalité que des faubourgs, .constitue une agglomération qui doit dépasser cent mille habitants. [[Le recensement de 1881 donnait un total de 92.285 habitants.]] Si l’on se souvient qu’en 1830, à l’entrée des Français, Alger n’avait pas plus de trente mille habitants, dont beaucoup émigrèrent, on est forcé d’avouer que cette ville n’a rien perdu à la chute de l’odjéak, et que nos compatriotes ont su utiliser leur temps.

Au point de vue commercial, le développement d’Alger n’est pas moins remarquable. Avant la conquête, le total des importations et des exportations de la Régence tout entière ne dépassait pas huit millions. [[Mercier, {L’Algérie et les questions algériennes}, p. 83.]] En 1880, le commerce du port d’Alger a atteint à lui seul le chiffre respectable de 147.629.705 francs. Après cinquante ans seulement d’occupation, c’est un résultat qui mérite d’être noté. L’accroissement continu du commerce recevra une impulsion nouvelle lorsque le réseau des chemins de fer sera achevé: la ligne de Ménerville à Tizi-Ouzou apportera sur les quais d’Alger tous les produits de la grande Kabylie; celle de Constantine y amènera les récoltes des nouveaux villages de la vallée de Tisser; enfin, la ligne de Laghouat, depuis longtemps projetée, permettra l’exploitation des hauts plateaux de la province et facilitera l’exportation des dattes du Sahara.

Cependant, malgré tous ces avantages commerciaux, Alger paraît plutôt appelé à devenir une ville de luxe et de plaisirs. Son titre de chef-lieu de la colonie, son magnifique climat, et surtout l’admirable site qui l’entoure, en feront le rendez-vous des désœuvrés de la colonie et le lieu de retraite des colons enrichis. Aussi ne néglige-t-on rien pour y attirer les étrangers et pour en faire une grande et belle ville, digne capitale de l’Algérie française.

Ernest Fallot, Alger le 11 mars 1884

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire