Bessaoud souhaitait une Afrique du Nord islamique

Mohand Aarav Bessaoud avait une dent contre les Arabes et l’arabisme, mais personne ne s’étonne de ses positions par rapport à l’islam.

M. Bessaoud était musulman pratiquant et militait pour une « Tamazgha » [1] islamique. Ainsi on peut lire dans l’introduction de son livre relatant les méandres et les coups fourrés du FLN, Heureux les Martyrs qui n’ont rien vu :

« Je disais donc que, face à l’arabisme agressif et provocant de monsieur Ben Bella, toutes les voix, fortes ou faibles, du berbérisme avaient été bâillonnées. Il était donc à prévoir que ce petit livre redonnerait l’espoir à ceux qui ne l’avaient plus et par là même susciterait l’ire des arabistes, surtout celle de notre B.B. Et cela ne manqua pas, car dès sa parution en août 1963 un mandat d’arrêt fut lancé contre moi et le livre interdit sur le territoire national. Pourquoi Ben Bella est-il aussi bête au point de confondre « islamisme » et « arabisme » ? Il devait savoir pourtant que si le premier est d’inspiration divine, le second est une création des chrétiens libanais qui voulaient – avec l’aide de la France et de l’Angleterre – affaiblir l’islam. Il n’y a rien de plus contradictoire que l’arabisme et l’islam… »

Bessaoud ajoute en avant-propos (pp.25-26) :

« En insistant sur l’importance et le rôle des Berbères en Afrique du Nord, leur patrie authentique, il n’est point dans notre intention de nier l’apport arabe, surtout dans le domaine culturel et spirituel, ni même de nous dresser contre l’unité projetée. Nous estimons même qu’elle est indispensable pour mieux vivre ou pour survivre. Mais nous n’admettons pas qu’elle soit limitée au seul monde arabe, lui donnant par là un caractère racial qui va à l’encontre des préceptes de notre religion. « Tous les musulmans sont frères », dit le Coran, tandis que le prophète a dit : « il n’y a pas de différence entre l’arabe et le non arabe » et ceci, bien entendu dans le cadre de l’islam. Si donc le socialisme est une doctrine conforme à l’esprit de l’islam, il faudrait qu’il fût unanimement adopté par les musulmans, de Marrakech à Djakarta. Il faudrait créer non pas la RAU (République arabe unie) mais l’URSI (Union des républiques socialistes islamiques). À ce moment-là, nous ne verrons pas d’inconvénients à ce que notre drapeau, ce drapeau de nos chouhada, se confonde avec d’autres, ni même devienne une étoile dans celui de l’Égypte ou du Pakistan. »

On prête à Bessaoud l’invention du calendrier berbère qui est l’œuvre de Amar Negadi, dit Amar achawi ou celle du drapeau berbère qui est celle de Youcef Amazigh.

On lui prête aussi la création de l’Académie berbère. A ce sujet, Abdelkader Rahmani nous a remis, il y a une douzaine d’années, une mise au point manuscrite. Mise au point dans laquelle on apprend qui a fait quoi et à quel moment. Il est temps de rendre à César ce qui appartient à César.

Pour des raisons diverses et variées nous n’avons pas trouvé le temps de mettre en ligne, ce précieux document ou plutôt ces précieux documents, car nous avons la chance de posséder tout ce qui concerne la création de l’Académie berbère. La déclaration à la préfecture de police, la publication au Journal officiel, les publications de cette académie, etc.

Dans un premier temps, il nous a fallu retrouver le dossier en notre possession perdu parmi des milliers de vieux journaux, puis scanner les divers documents.

C’était un gros travail de transcrire l’écriture de M. Rahmani, c’est fait grâce à un bénévole que nous remercions au passage.

L’histoire se construit au fil du temps. Occulter la réalité contribue à reproduire ce qu’a toujours fait le pouvoir algérien. Même si la personnalité des individus que nous avons choisis comme « héros » peut choquer ou décevoir. Il est nécessaire de savoir qui a fait quoi, quand, où et comment. Après c’est à chacun de continuer à aduler ou non ces « héros ».

En attendant la publication des textes en question, nous vous invitons à commenter les propos de M. Bessaoud au sujet de l’islam.

Geneviève Harland

N. B : J’avais le choix entre scanner les pages que j’ai citées dans cet article ou vous laisser lire le livre afin de découvrir vous-mêmes ces écrits. Il me semble qu’il est préférable, au vu de la suspicion de certains, que vous vous procuriez le livre.

Notes

[1] Afrique du Nord

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire