Charlie Hebdo, caricatures de Mahomet, mosquée de Paris, UOIF

Le parquet de Paris a relaxé Philippe Val : Vive la République !

On ne peut qu’applaudir la décision du tribunal correctionnel de Paris qui a relaxé le directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val, qui était poursuivi pour “injures raciales” après la publication en 2006 de trois caricatures de Mahomet.

C’est aux musulmans de se plier aux lois de la République française et non à la République française de se plier à la charia.

Les juges ont suivi le parquet qui avait requis cette relaxe lors de l’audience, en février. Charlie Hebdo avait alors reçu le soutien de nombreuses personnalités, dont François Bayrou, François Hollande et Nicolas Sarkozy.

L’Union des organisations islamiques de France (Uoif), un des trois plaignants, a annoncé son intention de faire appel. L’affaire sera donc rejugée dans un délai d’environ un an. Nous somme en droit de nous demander jusqu’à quand nous devrons vivre sous le terrorisme intellectuel de ce genre d’associations.

La Grande mosquée de Paris a en revanche dit qu’elle ne ferait pas appel. La Ligue islamique mondiale, troisième plaignant, ne s’est pas prononcée.

“Je suis content, pas uniquement pour Charlie, mais pour nous tous. C’est une bonne nouvelle pour ceux qui croient à la liberté d’expression et pour les musulmans laïcs et républicains”, a dit Philippe Val.

Sur les trois dessins en question, deux ne visent pas l’ensemble des musulmans mais les intégristes et ils sont donc totalement légaux, sans ambiguïté, a dit le tribunal.

Mahomet enturbanné d’une bombe

Le premier, initialement publié au Danemark en 2005 par le journal Jyllands-Posten, montrait Mahomet accueillant des kamikazes au paradis et déclarant : “Stop, on est à court de vierges“.

Le deuxième, œuvre du dessinateur Cabu et publié en couverture de Charlie Hebdo, montrait, avec un titre “Mahomet débordé par les intégristes”, le prophète qui se voile les yeux et dit : “C’est dur d’être aimé par des cons“.

En revanche, le troisième dessin visé, également repris de Jyllands-Posten et qui montre Mahomet portant une bombe dans son turban, est “en soi et pris isolément, de nature à outrager l’ensemble des adeptes de la foi musulmane“, ajoutent les juges. Ces juges devraient regarder certains drapeaux de pays arabes, à commencer par celui du pays d’origine de Mahomet !

Selon eux, se publication doit cependant être replacée dans le contexte général de l’édition de Charlie Hebdo, qui traitait de l’intégrisme et des problèmes de la liberté d’expression posés par les violences ayant agité l’ensemble du monde musulman après la publication des caricatures au Danemark.

“Le dessin ne peut qu’être regardé comme participant à la réflexion dans le cadre d’un débat d’idées sur les dérives de certains tenants d’un islam intégriste ayant donné lieu à des débats violents”, écrit le tribunal.

“Les limites admissibles de la liberté d’expression n’ont pas été dépassées, les dessins litigieux participant au débat public d’intérêt général”, conclut-il.

Me Francis Szpiner et Christophe Bigot, avocats de la Grande mosquée de Paris, se sont dit satisfaits de la partie du jugement concernant ce troisième dessin. “Le tribunal partage une partie de notre analyse”, a dit Me Szpiner. “Ce jugement pose des jalons pour l’avenir”, a ajouté Me Bigot.

Ce procès est parmi les premiers en Europe à traiter directement de la question soulevée par des dessins du quotidien Jyllands-Posten.

Ils avaient provoqué une vague de violences dans le monde musulman et un boycottage des produits danois par de nombreux pays. La justice danoise a déjà décidé de ne pas engager de poursuites pénales sur des plaintes similaires.

Les plaignants demandaient des dommages et intérêts et la publication d’un jugement reconnaissant l’existence du délit d’”injures publiques envers un groupe de personnes en raison de leur appartenance à une religion“.

Faut-il rappeler aux musulmans de France et de Navarre que la France est un pays laïc, que s’il y a eu séparation de l’Eglise est de l’Etat, ce n’est pas pour nous imposer les lois coraniques.

Nous devons tout cela à M. Sarkozy qui s’est démené pour la création du Conseil français du culte musulman en France et qui débloque des budgets effarants, pour la construction de mosquée ou de “centres culturels” islamiques.

Il serait plus judicieux de construire des lieux d’accueil pour les défavorisés, plutôt que des lieux de cultes qui ne devraient pas exister en terre laïque.

On peut voir sur différents marchés des intégristes musulmans quémander, un drap noué, tenu à bout de bras, collecter, chèques et deniers pour la construction de divers lieux où l’islam pourra endoctriner un peu plus chaque jour, de pauvres paumés.

Qui a vu, dans un pays musulman, des chrétiens, des juifs ou des bouddhistes faire la quête pour la construction de lieux de cultes, sans être immédiatement arrêtés ?

Geneviève Harland

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*