Deux sortes de monarchies rois et tyrans

Il nous reste à voir quelles sont les causes les plus ordinaires de renversement et de conservation pour la monarchie. Les considérations qu’il convient de présenter sur le destin des royautés et des tyrannies, se rapprochent beaucoup de celles que nous avons indiquées à propos des États républicains. La royauté se rapproche de l’aristocratie, et la tyrannie se compose des éléments de l’oligarchie extrême et de la démagogie ; aussi est-elle pour les sujets le plus funeste des systèmes, parce qu’elle est formée de deux mauvais gouvernements, et qu’elle réunit les lacunes et les vices de l’un et de l’autre.

Du reste, ces deux espèces de monarchies sont tout opposées, même dès leur point de départ. La royauté est créée par les hautes classes, qu’elle doit défendre contre le peuple, et le roi est pris dans le sein même des classes élevées, parmi lesquelles il se distingue par sa vertu supérieure, ou par les actions éclatantes qu’elle lui inspire, ou par l’illustration non moins méritée de sa race. Le tyran, au contraire, est tiré du peuple et de la masse, contre les citoyens puissants, dont il doit repousser l’oppression.

On peut le voir sans peine par les faits. Presque tous les tyrans, on peut dire, ont été d’abord des démagogues, qui avaient gagné la confiance du peuple en calomniant les principaux citoyens. Quelques tyrannies se sont formées de cette manière quand les États étaient déjà puissants. D’autres, plus anciennes, n’étaient que des royautés violant toutes les lois du pays, et prétendant à une autorité despotique. D’autres ont été fondées par des hommes parvenus en vertu d’une élection aux premières magistratures, parce que jadis le peuple donnait à longue échéance tous les grands emplois et toutes les fonctions publiques. D’autres enfin sont sorties de gouvernements oligarchiques qui avaient imprudemment confié à un seul individu des attributions politiques d’une excessive importance.

Grâce à ces circonstances, l’usurpation était alors facile à tous les tyrans ; de fait, ils n’ont eu qu’à vouloir le devenir, parce qu’ils possédaient préalablement ou la puissance royale, ou celle qu’assure une haute considération : témoin Phidon d’Argos et tous les autres tyrans qui débutèrent par être rois ; témoin tous les tyrans d’Ionie, et Phalaris, qui avaient d’abord été revêtus de hautes magistratures : Panoetius à Léontium, Cypsèle à Corinthe, Pisistrate à Athènes, Denys à Syracuse, et tant d’autres tyrans qui, comme eux, sont sortis de la démagogie.

La royauté, je le répète, se classe auprès de l’aristocratie, en ce qu’elle est, comme elle, le prix de la considération personnelle, d’une vertu éminente, de la naissance, de grands services rendus, ou de tous ces avantages réunis à la capacité. Tous ceux qui ont rendu d’éminents services à des cités, à des peuples, ou qui étaient assez forts pour en rendre, ont obtenu cette haute distinction : les uns ayant par des victoires préservé le peuple de l’esclavage, comme Codrus ; les autres lui ayant rendu la liberté, comme Cyrus ; d’autres ayant fondé l’État lui-même, ou possédant le territoire, comme les rois des Spartiates, des Macédoniens et des Molosses.

Le roi a pour mission spéciale de veiller à ce que ceux qui possèdent n’éprouvent aucun tort dans leur fortune, et le peuple aucun outrage dans son honneur. Le tyran, au contraire, comme je l’ai dit plus d’une fois, n’a jamais eu vue, dans les affaires communes, que son intérêt personnel. Le but du tyran, c’est la jouissance ; celui du roi, c’est la vertu. Aussi, en fait d’ambition, le tyran songe-t-il surtout à l’argent ; le roi, surtout à l’honneur. La garde d’un roi se compose de citoyens ; celle d’un tyran, d’étrangers.

Il est du reste bien facile de voir que la tyrannie a tous les inconvénients de la démocratie et de l’oligarchie. Comme celle-ci, elle ne pense qu’à la richesse, qui nécessairement peut seule lui garantir et la fidélité des satellites, et la jouissance du luxe. La tyrannie se défie aussi des masses, et leur enlève le droit de posséder des armes. Nuire au peuple, éloigner les citoyens de la cité, les disperser, sont des manœuvres communes à l’oligarchie et à la tyrannie. A la démocratie, la tyrannie emprunte ce système de guerre continuelle contre les citoyens puissants, cette lutte secrète et publique qui les détruit, ces bannissements qui les frappent sous prétexte qu’ils sont factieux et ennemis de l’autorité ; car elle n’ignore pas que c’est des rangs des hautes classes que sortiront contre elle les conspirations, que les uns ourdissent dans l’intention de se saisir du pouvoir à leur profit, et les autres, pour se soustraire à l’esclavage qui les opprime. Voilà ce que signifiait le conseil de Périandre à Thrasybule ; et ce nivellement des épis qui dépassaient les autres, voulait dire qu’il fallait toujours se défaire des citoyens éminents.

Aristote

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*