Egypte-Algérie : Le régime dictatorial d’Alger a gagné

L’équipe nationale d’Algérie vient de gagner beaucoup plus un match contre l’Egypte qu’une qualification à un Mondial et c’est le régime dictatorial d’Alger qui en tire le plus grand profit, les médias lourds et la Télévision unique d’Algérie en particuliers s’investi désormais d’une manière décomplexée dans un travail intensif tendant à ancrer dans les esprits déjà préparés à ce jeu une relation de cause à effet entre la victoire contre un pays honni pourtant « frère » et le régime népotique incarné par Bouteflika et sa famille. Ce régime qui vient donc, à travers cette aubaine inespérée, de lancer la machine politique et médiatique qui lui assurera une longévité et une succession en douceur à travers le futur Président de ces foules algériennes, Said Bouteflika en l’occurrence, s’assure, par la même occasion, un sommeil populaire pour, à moins d’un miracle, au moins 30 ou 40 ans. D’ici là, le pétrole ne sera plus ce qu’il est, la population aura doublé et avec elle sa misère et alors, peut-être, que ces foules d’aujourd’hui comprendront combien un match de foot qui les avait dopé d’une joie éphémère et démesurée n’était en fait qu’un sursis inespéré pour un Pouvoir habile en récupération qui, la veille même était honni, aujourd’hui et pour longtemps adoré et… remercié…

Dans ces moments d’euphorie et de liesse des foules déchaînées, criant leur reconnaissance à un Pouvoir morbide qui a placé le pays dans une impasse, cela peut paraître masochiste de le dire mais, étant un allergique au populisme qui se colle naturellement par opportunisme au chauvinisme le plus primaire, je le dis quand même :

Ce soir, je suis triste pour cette équipe qui, comme trop de bouches le disent en ce moment dans la presse, sur la télé, à la radio et dans les rues, représentera le monde arabe et le football arabe, oubliant des joueurs qui ne sont pas arabes, des supporters qui ne le sont pas et des millions d’autres qui ne le sont pas non plus, je suis aussi triste pour ce nationalisme exacerbé et soudain créé sur l’autel de la citoyenneté par la magie du sport roi : Le football.

L’avenir immédiat, hélas, se fera encore et aussi au détriment d’une Kabylie déjà exsangue et jamais aussi amnésique…

Nous en reparlerons dans quelques années.

Allas Di Tlelli

PS : Il est 22H et déjà, un long communiqué du chef de l’Etat est en train d’être lu solennellement, intégralement et simultanément sur les 04 copies conformes de la Télévision d’Etat Algérien, l’ENTV. Forcez-vous à regarder, juste quelques minutes, cette chaîne ce soir, demain et durant les jours et les mois à venir, vous serez renvoyez dans l’union soviétique de Brejnev…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire