Elites kabyles noyées dans un terme générique

Les élites kabyles ont toujours posé la question kabyle, en la noyant dans le nom générique de « berbère » ou « amazigh », comme une simple question relevant du mythe. Question n’appelant donc pas une réponse concrète.

Le pouvoir répond d’ailleurs dans le même ordre d’idée en déclarant à tout va : « nous sommes tous des imazighen arabisés par l’islam ». Bien sur, cette réponse est ironique et ne vise qu’à mieux ignorer les kabyles. Chose qu’ils ont toujours mérité d’ailleurs jusqu’à l’avènement de l’idée d’autonomie de la Kabylie. Le pouvoir et les élites arabo-islamiques savent très bien qu’il n’existe plus de berbérité ni d’amazighité dans les faits. N’importe qui peut se prévaloir de l’amazighité. Il n’y a aucun moyen de contredire un président de la république algérienne ni les élites arabes de ce pays lorsqu’ils déclarent qu’ « ils étaient » aussi amazigh. Pour décourager toute agressivité dans la revendication de tamazight le pouvoir et les élites arabo-islamiques ont recours à un subterfuge en reconnaissant qu’ils étaient amazighs avant que l’islam ne les arabise. Ils ne peuvent déclarer que tous les algériens sont amazigh car les arabes algériens ne le sont pas. Ils disent que les arabes algériens étaient amazighs, mais qu’ils ne le sont plus aujourd’hui. La manœuvre est grossière, mais il s’agit de faire croire aux kabyles que tous les algériens sont amazigh et, en même temps, de ne pas froisser l’arabité et l’islamité des arabo-musulmans. De cette manière, les kabyles mettront un frein à leurs revendications car ils auront l’impression d’accuser leurs « frères » amazigh de réprimer l’amazighité, et les arabo-musulmans restent tranquilles car personne ne les oblige à redevenir des imazighen. Les arch sont tombées dans ce panneau tout comme les différends MCB, les partis politiques kabyles et de nombreuses associations culturelles « amazigh » (ou berbères). Ils continuent à parler de tamazight, berbérité, citoyenneté etc…. sans jamais mettre en avant leur kabylité. Il n’y a donc pas de problème kabyle. Comme l’amazighité-berbérité n’existe plus, il n’y pas non plus de problème berbère.

Posons-nous la question suivante : le pouvoir et les élites arabo-islamiques si elle avaient déclaré : « Nous sommes tous des kabyles. La kabylité est un patrimoine qui appartient à tous les algériens. Nul n’a le monopole sur la protection et la promotion de la kabylité. » Le problème aurait été tout autre, car c’est reconnaître la Kabylie et le peuple kabyles qui pose problème au gouvernement. Un kabyle est un habitant de la Kabylie ou originaire de cette région que l’on appelle « tamurt » et les membres de la diaspora ont encore des attaches très fortes avec la Kabylie, avec le peuple et la culture kabyles.

En voulant fédérer tous les peuples soi-disant amazigh de la nébuleuse tamazgha, les Kabyles ont renié leur kabylité, ont abdiqué leurs droits en tant que peuple et ont dilapidé tout le potentiel militant en le mettant au service d’une cause amazigh que les kabyles ont été les seuls à défendre pendant des décennies. Je ne minimise pas les efforts actuels de nos amis marocains et je pense qu’une coopération entre rifains et kabyles, en tant que peuples distinct de même origine, serait bénéfique.

La clarté dans la formulation d’un problème permet de fermer la porte aux mauvaises solutions. Les élites kabyles ont toujours évité la clarté dans leurs revendications comme s’ils craignaient qu’une solution « leur tombe dessus » et qu’ils ne sachent plus quoi en faire. Ils demandent l’impossible pour qu’ils n’aient pas à affronter ce qui relève du possible. A travers sa culture, sa langue et son histoire, le peuple kabyle montre qu’il constitue une entité à part, une sorte d’îlot dans l’univers arabo-musulman algérien. Du point de vue politique, les kabyles montrent à chaque scrutin qu’ils ont des idées politiques constantes et différentes du reste de la population algérienne. Quand un mécontentement se manifeste dans la rue, il le fait à travers toute la kabylie. Pour tenter de résoudre des problèmes spécifiquement kabyles, des délégués venant de toute la Kabylie se réunissent ensemble, se reconnaissent, discutent et prennent des résolutions engageant la Kabylie et le peuple kabyle. Je ne vois pas ce qu’il y a de « national », ni même d’amazigh ou de berbère dans tout cela. la Kabylie, le peuple kabyle, c’est du concret, du palpable, du vivant, du solide, de la chair et du sang, de la colère et des larmes, de la souffrance et du cœur. L’amazighité, la berbérité, c’est du vent, du rêve, un non sens qui voudrait lier le kabyle au chleuh, le chawi au rifain, le mozabite au chenwi, et le tout disparaissant dans la même marmite. Pourtant, la logique est simple : C’est en s’éparpillant, en se séparant que ces peuples ont plus de chance de survivre. Le rifain doit se battre en tant que rifain, le kabyle en tant que kabyle. L’arabo-islamisme, notre adversaire pour ne pas dire ennemi, ne doit pas être confronté à un seul « problème ». Il doit avoir à digérer l’os kabyle, l’os rifain, l’os chleuh, l’os targui, l’os chawi, l’os muzabite, l’os chenwi et d’autres encore. C’est d’ailleurs pour éviter d’avoir affaire à plusieurs fronts que les pouvoirs algériens et marocains prennent les devants en « ramassant » leurs problèmes actuels et futurs dans le même sac : l’amazighité. Traitement global et définitif ! On met tout dans le même sac et on ferme avec cinquante tours de ficelle ! On laisse juste un petit trou pour respirer. On est tous des imazighéne et on n’en parle plus. Cela ne coûte rien puisque l’amazighité n’existant pas, les arabes resteront quand même des arabes. Le reste, c’est de la gesticulation, et l’état pense nous avoir à l’usure.

Il nous reste donc à nous définir avec un terme exact qui nous représente réellement et qui nous distingue des autres, nous sommes Kabyles.

Ariless

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*