Gloire au fontainier

Dans les villages les plus reculés et parfois même dans les plus avancés de Kabylie, une hydro-monarchie est en train de naître. Un homme, plus que les autres, est non seulement vénéré, mais il ne serait pas impensable que des villageois fassent des sacrifices humains en son honneur afin de l’inciter à ouvrir les vannes d’eau. D’ailleurs, on note beaucoup de naissances au village, mais on ne voit jamais ces enfants sortir. Et d’après le temps écoulé, ils auraient déjà dû commencer l’école.

Le distributeur d’eau porte sur son épaule une clé gigantesque en forme de croix en métal et parcourant les ruelles du village : on dirait simplement Jésus sans l’escorte de l’armée romaine ou le regard trahissant de Juda. Mais ceci dit, celui qui distribue l’eau fait plus de miracles que Jésus ; car ce miracle n’est pas seulement palpable, mais encore mieux … il est buvable. L’eau est rare dans notre village, tellement rare qu’on oublie parfois à quoi elle sert jusqu’au moment où on a soif et que notre végétation semble avoir la jaunisse. On rééduque même les villageois pour leur apprendre à s’en servir. Quand les enfants – ceux qui sont encore en vie – voient le distributeur d’eau avec la croix sur son épaule, ils commencent à courir dans tous les sens tels ceux de Jérusalem en criant : « ussand waman ! Ussand waman ! » « (L’eau est arrivée ! l’eau est arrivée !) ». Après ces cris, on entend des claquements de portes suivis par des bruits de tuyaux, de couvercles de citernes, de bidons et de bassines. Les femmes murmurent en cachette de leurs maris des prières d’adoration pour le distributeur d’eau.

Hollywood peut avoir ses Brad Pitt, George Clooney, Leonardo di Caprio…mais personne ne « mouille » nos vieilles et nos jeunes femmes comme le fait le distributeur d’eau. Il a la clé qui ouvre toutes les… vannes. L’homme qui fait fantasmer verticalement toutes les générations des femmes du village.

Gloire à notre homme, gloire à celui qui ouvre les vannes d’eau.

Hmimi O’Vrahem

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire