Histoire de chèvres

Deux éleveurs de chèvres discutent :
— Je ne comprends pas, je n’arrive pas à faire faire des petits à mes chèvres.
Le deuxième lui dit :
— Écoute, c’est simple, demain au lever du soleil, tu fais monter les chèvres dans ta Volkswagen, tu les emmènes aux champs, tu les alignes, tu baisses ton pantalon et tu leur en mets un petit coup à chacune, et le lendemain au réveil si elles sont à l’ombre c’est que ça a marché et si elles sont au soleil c’est qu’il faut recommencer.

Donc le lendemain, le fermier met les chèvres dans la Volkswagen, les emmène aux champs, les aligne et hop un petit coup chacune. Au réveil, il regarde par la fenêtre et les chèvres sont au soleil. Il retourne voir son pote et lui explique.

Son pote lui dit :
— Ne t’inquiète pas, il faut recommencer jusqu’à ce que ça marche.

Donc, le lendemain, il fait monter les chèvres dans la Volkswagen, les emmène aux champs et leur en met 2 petits coups chacune.

Le lendemain, au réveil, il dit à sa femme :
— Ouvre les volets et dis-moi si les chèvres sont à l’ombre ou au soleil.
Sa femme étonnée ouvre les volets. Et soudain, elle s’écrie :
— Oh mon dieu !
Le berger :
— Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
Sa femme lui répond :
Elles sont toutes dans la Volkswagen et il y en a même une au volant qui klaxonne !

2 Commentaires

  1. Cela me rappelle cette vieille histoire transmise depuis la nuit des temps de par mon aïeul et de père en fils – et qui nous nuit:
    C’est quasiment kif kif, mais là c’est avec un helouf mâle (et non des chèvres) qu’il a transporté avec sa Mehari chevronnée et dans un coin de désert, un petit coup.
    Le lendemain, il retrouve le helouf à l’ombre d’un dattier, mais attroupé avec une vingtaine d’autres heloufs mâles. Il lui est impossible de reconnaître son compagnon de la veille qu’il a ensemencé. C’est pour cela qu’il y a cette interdiction de consommer du helouf depuis sa génération en génération.

    “Les histoires d’amour finissent mal en général” où la moindre blagounette peuvent nous bannir par des bruits de bottes, de babouches ou de talEnts aiguilles.
    A l’ex animateur Tex de France2 à qui je dédis cette blague.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*