2 Commentaires

  1. En illustration, j’ai l’impression que le personnage de gauche est moins “dépouilleur” que celui de droite. Moi le Kabyle que l’on traite d’arabe, j’ai fini par le croire à cause de cette image sociétale.
    Je lutte comme Ibn à casser ce miroir de 7 ans malheurs qui valent son pesant de siècles (14). Mais il y a toujours des çons pour m’inventer une généalogie.

  2. Ibn Khaldoun est lui-même « Arabe » au sens moderne du mot puisque son nom complet est « Abderrahmane Abou Zeid Ibn Khaldoun El Hadrami », c’est à dire originaire du Hadramout , au Yemen. Par ailleurs dans son autobiographie il dit que son ancêtre « Khaldoun » fait partie des compagnons du Prophète (les « Sohabas »). Il y’a donc apparente contradiction entre ses origines dont il se montre très fier dans ses écrits et le mépris qu’il leur exprime.
    Si contradiction il ya, elle est surtout sémantique.
    Au sens moderne, « Arabe » a une signification politique qu’il est inutile de développer ici.
    Pour Ibn Khaldoun « Arabe » est à prendre au sens propre, c’est à dire « nomade ».
    Ibn Khaldoun, Tunisois de naissance, de racines Yemenites et Andaloiuses , le sommet social est occupé par les citadins « h’dars » suivi des quebails (agriculteurs sédentaires) qui seuls produisent de la civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*