Intégration dans le patrimoine culturel national, dites-vous ?

Le désir et les démarches entreprises dans ce sens par les villageois conformément au cahier des charges que suggère la loi 98-04 du 15 juin 1998, relative à la protection du patrimoine culturel, n’ont, semble-t-il pas suffit pour l’instant, puisque, bien qu’ayant bénéficié de l’approbation de la commission de wilaya de classement des biens culturels au cours de sa réunion du 30 mai de l’année en cours, le projet attend, vraisemblablement toujours le quitus de la commission nationale des biens culturels relevant du ministère de la culture auprès de laquelle le dossier a été soumis.

Le premier adjoint du magistrat communal que nous avons croisé lors de notre visite, se dit, non sans gêne, ignorer l’état des lieux relatif à ce dossier. Cette affirmation n’a pas manqué de nous étonner si bien qu’il accompagnait dans ce lieu et depuis quelques jours, une équipe que les habitants ont identifié comme étant appartenir à la télévision de l’État (?).

Pourtant, de l’aboutissement de cette démarche en découlera des opérations d’accompagnements inhérents à sa protection et à sa mise en valeur par l’aménagement de son environnement.

Au-delà de cette intégration salutaire dans le patrimoine culturel national dont le retard rapproche, chaque jour un peu plus, le village médiéval de sa déchéance et en complique d’avantage la restauration, nous avons relevé, comme nous venons de le citer plus haut, la présence dans ce village dépeuplé de quelques familles qui y vivotent encore.

Leur présence sur les lieux est certes salutaire pour les maisons qu’ils occupent, qu’ils entretiennent et auxquelles ils ont apporté une notre de modernité qui n’altère en rien l’architecture traditionnelle, mais, il est pour le moins indécent que des algériens soient contraints de vivre dans des maisons datant, au moins, du XVIIe siècle, au moment où les réserves de changes de l’État ne cessent de grossir pour atteindre des records jamais égalés.

Allas Di Tlelli
« La Région » N° 00, janvier 2007

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire