Kabylie, indépendance ou autonomie vis-à-vis de l’Algérie ?

Après la visite de Boutef et son insistance a vouloir nous arabiser et islamiser malgré nous, il est temps de faire le bilan …

Pour que la Kabylie soit égale aux régions algériennes, il faudrait, pour plaire à Bouteflika, qu’elle enterre son identité kabyle ou qu’elle accepte “l’infériorité” de son identité vis-à-vis de l’identité arabe que représente officiellement l’Etat algérien. Une fois cette identité enterrée, ou subordonnée à l’identité arabe, elle jouirait, paraît-il, du support de l’Etat algérien…

La Kabylie a-t-elle intérêt à perdre son identité afin d’avoir le support de l’Etat algérien ?

En revanche, continuer à subir, sans réagir, l’État qui l’opprime, garantirait aussi bien l’érosion constante de la langue kabyle, de l’identité kabyle et de la Kabylie qui souffre chaque jour un peu plus et vit un exodus de sa population vers les pays occidentaux.

La Kabylie n’a ni intérêt à faire partie de cette Algérie, ni à maintenir le statu quo, il est clair qu’elle doit se prendre en charge. Ce qui mène vers deux choix : l’autonomie ou l’indépendance. Elle doit choisir entre ces deux options, le plus tôt possible, afin de sauvegarder ce qui reste de la Kabylie, et aspirer à un avenir meilleur. Lorsque ce fait sera accepté par la majorité de la population, quand cet éveil sera effectué, d’autres questions prendront le devant de la scène politique, économique et sécuritaire. Elle devra s’allier avec des pays en dehors de la sphère arabo-musulmane qui cherche à la détruire.

Pour pouvoir établir ces alliances, il faudrait présenter des intérêts. La Kabylie ne possédant aucune richesse naturelle de grande importance, ni une économie et encore moins une puissance militaire, ne pourra miser que sur l’intérêt géo-politique et humain. Malheureusement, ceci ne peut pas se faire tant qu’elle est liée, voire même dépendante, de la nation arabo-musulmane algérienne. Il est impératif qu’elle quitte cette sphère dont l’axe est l’islam.

La Kabylie ne possédant pas de ressources naturelles, devra puiser dans d’autres domaines afin de construire des ponts vers d’autres pays. Un aperçu global des alliances mondiales révèle que, mis à part les intérêts matériels, le monde est polarisé principalement par l’idéologie, la religion, l’ethnicité, et la géographie. Tous les pays appartiennent à un pôle ou un autre, ou même à plusieurs à la fois.

– Ethniquement, la Kabylie appartient à une ethnie opprimée.

– Idéologiquement, la Kabylie, en tant qu’Etat, n’est pas encore née et ne représente aucun poids sur la scène internationale.

– Géographiquement, malgré son attachement naturel aux pays du nord de la méditerranée, tel l’Espagne, le Portugal, l’Italie … cette alliance, pourtant naturelle, lui est niée par la création du « maghreb » dans lequel on veut la noyer.

– Religieusement on l’a placé par décret dans le camp de ses ennemis, alors que le terrorisme islamique creuse un profond fossé entre les arabo-musulmans et le reste du monde. Ce n’est pas parmi eux qu’elle trouvera des alliés, bien au contraire, ce camp l’emprisonne et l’empoisonne ! Il l’érode, la divise, la domine et lui nie tout espoir de survie. Elle ne peut pas rester emprisonnée et espérer un meilleur avenir. Elle est condamnée à se libérer de cette soumission pour garantir sa survie. Elle doit se joindre au pôle judéo-chrétien. Ce choix est impératif. Ce choix lui permettrait de se restructurer en réintégrant la partie géographique qu’elle occupait naturellement et ce bien avant l’arrivée des arabo-musulmans.

L’avenir de la Kabylie dépend de ce choix. Aux kabyles d’agir. Une Kabylie libre pourrait mettre son potentiel humain à l’oeuvre et pourrait ainsi se développer en dehors de l’Algérie, contrairement à l’Algérie qui ne peut pas grand chose sans les kabyles …

Seg Azzar a di mghi Ixlef…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire