Karim Akouche poursuit sa tournée en Europe et en Amérique du Nord

Littérature ( Kabyles.com) —Après avoir rencontré ses nombreux lecteurs à Paris, Mulhouse, Toulouse et Bruxelles, l’écrivain Karim Akouche sera le 11 mai en Espagne, à l’Université d’Alicante, pour parler de son dernier roman La Religion de ma mère. D’autres rencontres sont inscrites à son agenda les prochains jours, notamment une conférence à Marseille le samedi 13 mai où il a répondu à l’invitation de l’AFK13 et une rencontre le 20 mai à l’Université de Francfort. Cette dernière est organisée conjointement par la DKF, la ville de Francfort et l’Université Johann Wolfgang Goethe.

Quant à son public montréalais, l’auteur de Allah au pays des enfants perdus le rencontrera le 27 mai à 14h au Centre Na Rive, sis au 6971 rue Saint-Denis, coin Bélanger. Le dimanche 18 juin 201, il sera aux États-Unis, à la Brasserie Créole de New York.

Il est à signaler que le dernier livre de Karim Akouche est classé parmi les meilleures ventes le mois dernier au Québec. L’on a appris aussi que le groupe d’éditions français L’Archipel le publiera en octobre en France.

Pour Rappel, La Religion de ma mère traite de la dépossession des êtres et des peuples. Voici ce qu’en dit l’auteur québécois Jérôme Blanchet-Gravel dans le Huffington Post:

Akouche parle, entre autres, d’une Algérie schizophrène qui a fait de l’islam son fond de commerce idéologique au détriment de la liberté. L’écrivain parle aussi d’une Algérie bipolaire qui oscille entre une certaine joie de vivre et la rigueur mortifère de cette religion d’État. La jeunesse voudrait bien passer à autre chose, mais elle semble trop orgueilleuse. Mirak le ressent bien : si l’Algérie avait eu les qualités de sa défunte maman, peut-être aurait-elle pu incarner la violence et la misère… 

Le critique littéraire caribéen, Robenson Bernard, quant à lui, dit:

Karim Akouche apporte à la littérature une voie d’une rare plénitude. 

Son dernier roman La Religion de ma mère est un constat qui parvient à faire  jaillir l’espoir de l’ombre et de lumière et faire raviver toute  âme  au destin amer. Il est telle une lueur pour tout humain en quête de repères.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire