L’Anavad, entre dysfonctionnements et intérêts personnels !

Le samedi 27 novembre, dans les nouveaux locaux du Gouvernement provisoire kabyle, se tenait la mise en circulation de la toute première carte d’identité kabyle de l’histoire. Le président de l’Anavad, mas Ferhat Mehenni était également présent pour cet événement auquel de nombreux militants du Mak ont assisté.

Ceci coïncidait avec l’inauguration des locaux de l’Anavad sis au 9-11 avenue Michelet dans la ville de Saint-Ouen, en région parisienne. Le premier détail qui saute aux yeux est le choix de ces locaux du GPK. Un gouvernement doit-il s’établir au milieu de nulle part, Le siège de La radio Kabyle-fm est le voisin de palier du nouveau gouvernement, une radio présidée par l’un des ministres de l’Anavad en l’occurrence Idir Djouder.

Doit-on s’attendre à un écrasement de la concurrence par cet acte de proximité ?

La proximité entre ces deux organismes est un véritable danger pour le pluralisme médiatique dans le sens où Kabyle-fm et certainement la future kabyle TV (annoncée par le ministre lui même sur les ondes de la radio Pays) en tant que voisin de l’Anavad, est plus qu’en position de force vis-à-vis des autres médias kabyles. De plus, cette proximité entre ses deux corps engendrera forcément une influence de l’un sur l’autre et ce dans les deux sens. A savoir qu’un gouvernement a toujours besoin de médias pour sa communication et la réciprocité est également nécessaire.

L’autre détail qui dénote de la confusion totale qui règne sur cet événement, est le black-out qui a précédé tout cela. Aucun organisme étranger à la famille autonomiste n’a ainsi été invité. L’information elle même, est ignorée par la majorité autonomiste. Le ministre de la Communication, de la justice et des droits humain n’avait pas jugé utile de faire le nécessaire pour informer la famille kabyle du déroulement de cette mise en circulation de la carte d’identité. Un événement, rappelons-le, historique et qui concerne tous les Kabyles, où qu’ils soient. L’information et la communication au sein même de l’Anavad est plus que préoccupante quand on sait l’attente des citoyens kabyles du MAK et du GPK.

Quant à monsieur Lyazid Abid, ministre de la Justice, de la communication et des droits humains, On est en mesure de se demander ce qu’on peut attendre d’un tel ministère, dont le responsable n’a même pas jugé utile de s’exprimer sur les différentes affaires graves qui ont fait l’actualité ces derniers temps, comme l’affaire des non jeûneurs.

Il est à signaler que la presse n’a pas été conviée à ce rendez-vous historique si ce n’est la presse affiliée au MAK/GPK. Un tel événement, passé sous silence laisse à poser beaucoup de questions sur la véritable nature de cela.

Alors, des conflits d’intérêts personnels sont-ils en train de se jouer dans les coulisses de L’Anavad ? L’avenir nous le dira.

Yann Amar

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire