Le bal des chouyoukhs en Kabylie

C’est la valse des Muftis ! La prestation éclaire de l’Egyptien El Kardaoui le 30 mars dernier n’aura pas suffi, le prêche dispensé aura été jugé sans effet notable… C’est donc le rush oriental comme au bon vieux temps d’Okba Ibn Nafaa.

D’après le quotidien Liberté du 13/5/06

« Pour contrecarrer la campagne d’évangélisation qui cible particulièrement la Kabylie, les autorités ont décidé de faire appel à des prédicateurs et penseurs du Moyen-Orient, tels que le syrien, Saïd Ramadan Al-Bouti, ou l’Égyptien, Abdelhalim Aouiss, actuellement en visite en Algérie » ;

« Les Affaires religieuses et les organisations, qui gravitent autour, sont mobilisées pour trouver des prédicateurs à même d’influer sur les jeunes de la Kabylie qui ont, selon un rapport du département de Ghoulamallah, plus que partout ailleurs, un penchant pour les évangélistes » ;

« Al-qaradaoui, Al-Bouti, Amr Khaled… et la liste des invités est encore longue ».

C’est une invasion ! Qui a dit que l’histoire ne se répète pas ?

Ainsi, si « Les lumières » de l’islam veulent « s’occuper » sérieusement des kabyles entêtés, jugés trop libres dans leur pensée avec leur redoutable irrédentisme, c’est donc qu’ils ne sont pas complètement islamisés et soumis. Pour cela, il faut les dompter pour mieux les domestiquer afin de les enfermer dans le « giron islamique » qu’ils désertent.

La fougue et la détermination naturelles de ces Kabyles feront merveille dans le rôle de chair à canon qui leur est réservé. Est-il nécessaire de démontrer plus avant que leur seule berbérité est insuffisante pour « le djihad fanatisé » ?

Qu’est ce qui a donc « motivé » El Hadi Ould Ali, militant RCD , donc laïc, à ouvrir le bal des Chouyoukhs dans une Kabylie qui ne parvient toujours pas à panser ses blessures trop profondes ? Est-ce une campagne de propagande, savamment orchestrée, pour désigner à la vindicte des musulmans du monde entier le fait « pervers » kabyle ? Est-ce un programme concocté et mis en œuvre pour « déchristianiser » la Kabylie dont il faut extraire le germe de la croix ? S’agit-il d’un signe fort envoyé de Kabylie à destination du Moyen-Orient pour « montrer et justifier » des liens « indéfectibles » avec la pensée d’Ibn Badis  ? Honteux simulacre !

Mais pourquoi uniquement la Kabylie puisqu’il y a nombre d’Arabes, surtout en Oranie, qui se reconvertissent chaque jour en empruntant le chemin de la croix ? Autant de questions inquiétantes et sans réponses explicites. Le Ministre de la chose dénombrait dernièrement 14.000.000 de musulmans sur le territoire. Sur près de 33.000.000 d’habitants… Faites les comptes !…

Alors, combien sont-ils ces kabyles « christianisés » qui « mettent en péril la grande oumma musulmane » ? Une petite poignée qu’on pourrait compter sur le bout des doigts. Ils ne sont pas plus nombreux que les Arabes chrétiens, tous réunis, en Algérie même, et pas plus nombreux que les Chrétiens en Syrie, en Egypte ou au Liban. Aussi, pourquoi El Hadi Ould Ali n’invite-t-il pas Mg Tessier, fervent Algérien, pour donner une conférence, lui aussi, afin de permettre et d’encourager le soi-disant dialogue entre les religions pourtant monothéiste dont se vantent les « lumières de l’islam » ? Répondez, Monsieur le militant du RCD !

L’Algérie de Bouteflika, dont le modus vivendi n’est autre que « le sabre et la baïonnette » tient son peuple en otage depuis 44 ans. Les hordes islamistes commencent à peine à observer « le repos du guerrier » que, déjà, les Algériens se voient proposer un nouvel ennemi : les Kabyles ! Rien de surprenant, nous y sommes habitués. Avec cette campagne de « croisades » lancées en Kabylie, outre « la comédie » autour du génocide français en Algérie, menée tambour battant par Bouteflika avec le consentement amusé de El hadj Chirac, c’est tout une grande manipulation des masses kabyles et Algériennes qui est mise en marche.

Une preuve en démonstration et elle est de taille : le 12 mai 2006, cinq jours après « le cérémonial-simulacre » de la commémoration des massacres de Guelma, une dépêche tombe. NICE, France (AP) – vendredi 12 mai 2006, 19h05 :

«  Le ministre délégué auprès du ministre algérien de l’Intérieur, Dahou Ould Kablia , qui participait à une réunion euro-maghrébine vendredi a Nice, a qualifié de « petits nuages passagers » les tensions entre la France et l’Algérie sur la question de la colonisation française. Il a également appelé à la rédaction définitive du projet de traité d’amitié entre les deux pays . Au sujet de la polémique concernant la colonisation de l’Algérie, M. Ould Kablia a souligné qu’il existait « des relations anciennes qui ne souffraient pas de petit nuages passagers » entre Alger et Paris. « Cela n’entrave en rien les relations en particulier le traité d’amitié », a-t-il dit  ».

De qui se moque le Ministre délégué auprès de Zirhouni ? de Bouteflika ou du peuple ? Que signifie donc le discours tonitruant prononcé à Guelma le 7 mai 2006 ? Rien de moins qu’une manipulation de plus ! En effet, il faut bien faire oublier l’horrible génocide inédit dans l’histoire Algérienne, commis par le sabre islamiste des hordes barbares et la baïonnette « démocratique » des militaires. Le bluff de « la charte pour la réconciliation nationale » s’avère être insuffisant.

Ces invitations de muftis qui se succèdent en Kabylie ne sont pas dénuées d’arrière-pensées. Ce ne sont pas de simples conférences à caractère religieux pour être ainsi médiatisées. Ce n’est pas un hasard si à Vgayet deux jeunes hommes ont été jetés en prison pour n’avoir pas observé le ramadhan et que de nouvelles lois répressives à l’encontre d’éventuels Chrétiens, viennent « égayer » le triste Code Pénal Algérien. Ce sont des signes avant-coureurs d’une nouvelle tragédie qui s’annonce.

Bientôt, nous verrons dans les rues des cités kabyles les premières manifestations organisées par qui l’on sait, prônant l’islam religion de TOUS les kabyles. Au risque d’être alarmiste, il y a lieu de prévoir qu’un affrontement ou une « croisade » kabylo-kabyle est en préparation. Les victimes sont déjà toutes désignées et montrées du doigt inquisiteur : les kabyles « christianisés » et les kabyles d’origine juive.

Ces dernières années, ceux-ci s’affichent naturellement et sans complexe en Kabylie, et deviennent une minorité « qui se distingue » un peu trop dans une terre d’islam qui se veut « propre ». Mais, en réalité, ce qu’on veut faire payer aux kabyles laïcs ou « christianisés » c’est leur engagement, leur détermination et surtout leur efficacité dans le long combat pour le recouvrement de la dignité kabyle . Qui mieux que les Amrouche, kabyles « christianisés », a universalisé la culture kabyle ?

Les Kabyles « islamisés » sont « coincés » entre leur islamité rigoureuse et leur berbérité criarde. Ils n’arrivent pas à se démarquer par rapport à l’algérianité. C’est pourquoi l’idée de l’autonomie de la Kabylie est mal perçue, ils la considèrent comme un acte d’apostasie même si, au fond, ils sont convaincus que c’est la seule voie positive pour eux. Inversement, les kabyles laïcs ou « christianisés », qui ne subissent pas le « joug » musulman, se sentent plus libres dans leur l’esprit et s’affirment publiquement d’une manière naturelle, donc sans complexe, comme des kabyles à part entière.

Pour nuancer on peut dire que le Kabyle « islamisé » s’affirme comme un amazigh ou comme un Algérien d’origine amazigh mais presque jamais comme un kabyle à part entière par crainte d’être « soi-même » ou d’être accusé de diversion donc d’anti-algérien. Pourtant, dans leur langage quotidien, les Algériens non-kabyles utilisent les termes « Qbayli » et « Zwawi » pour nous désigner ce qui démontre que dans l’inconscient collectif Algérien, les Kabyles sont « autre ».

Les Archs l’ont largement prouvé en évitant à tout prix d’utiliser le terme « kabyle » dans leur dialogue car ils se considèrent comme des Algériens donc pas comme des kabyles. D’où l’incohérence de leur propos et l’inutilité de leur action pour l’avenir du peuple Kabyle.

Si les Archs avaient revendiqué l’autonomie de la Kabylie, ils l’auraient obtenu en beauté et ils auraient « révolutionné » la pensée kabyle en provoquant sans difficulté une démarcation dans les esprits. Ils nous auraient épargné beaucoup de souffrances. C’était, hélas, sans compter avec les infiltrations actives du mouvement des Archs et des mouvements berbères en général par le DRS. D’ailleurs, qui ne n’est pas infiltré ?…

L’intervention, préméditée et programmée, des prédicateurs orientaux (plus convaincants que les Algériens car ils représentent la source) qui rentre dans le cadre bien défini par la pensée d’Ibn Badis, viennent nous convaincre que Bled Qbayel Mouslima Wa Ila el ourouba tantassib (la Kabylie est musulmane et proche de l’arabité ?).

Donc, pour cela, il faut séparer le grain (les kabyles « islamisés ») de l’ivraie (les kabyles « christianisés ») pour mieux saper le long combat kabyle pour le recouvrement de sa dignité. Car nos ennemis (il faut les traiter comme tels) ne désespèrent pas de nous voir disparaître, fondus dans le creuset de leur projet planétaire.

Durant son passage en Algérie, à l’université de Constantine, Malek Chebel l’a bien signifié en recommandant d’avoir une langue et seulement une langue (l’Arabe) dans tous les pays arabo-musulmans. Il ne faut donc pas trop s’étonner que l’enseignement de tamazight soit saboté.

Le pire est à craindre. Ce qui est redouté, ce sont d’ éventuels lynchages de nos frères kabyles chrétiens en Kabylie et en Algérie. Avec un pouvoir plus fort que jamais, les bourreaux étant réhabilités en héros et les victimes culpabilisées, bien protégés par les occidentaux, nos frères kabyles chrétiens risquent un jour de faire les frais d’un « coup tordu ». Un de plus de la part de l’abominable laboratoire du DRS dont lui seul connaît les moyens et les méthodes. Machiavel en rougirait et passerait pour un enfant de chœur.

Tout compte fait, leurs actions produiront l’effet inverse. L’avenir nous le confirmera.

Vivement l’autonomie !

Boualem – Alger

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire