Le mouvement des aarchs veut islamiser encore plus

14e anniversaire de la plateforme d’El Kseur

Le mouvement des aarchs n’a même pas honte d’avoir osé commettre un communiqué pareil !
Que vaut un Kabyle qui adule un dieu arabe, suit les préceptes d’un prophète arabe, prie en arabe en regardant vers l’Arabie 5 fois par jour ? A mon avis il n’a plus rien de Kabyle et ferait mieux d’aller émigrer à la Mecque pour permettre aux Kabyles rationnels de s’épanouir.
Je n’ai jamais eu de l’estime pour Bélaid Abrika et ses potes, j’en ai encore moins après avoir lu leur dernière prose.

Les membres du mouvement citoyen se sont réunis au début de la semaine à El Kseur et ils ont pondu ce texte pour commémorer le 14e anniversaire de la plateforme d’El Kseur.
Allez donc vérifier auprès de Ali Gherbi (qui habite El Kseur) et de ses potes pour avoir confirmation que ce texte a bien été rédigé par eux. Je n’ai pas changé une virgule de leur écrit.

Il y a quatorze ans le 11 juin 2001 naissait, de la tragédie du printemps noir, la plate-forme d’El-Kseur énumérant en 15 points les revendications citoyennes. Puis l’objectif était de remettre la plate-forme d’El-Kseur au Président de la République lors de la marche pacifique et historique du 14 Juin 2001 mais c’était sans compter avec les stratégies machiavéliques du pouvoir affolé qui a lâché ses sbires sur les manifestants sauvagement agressés. Nul ne sera dire aujourd’hui le bilan de ce carnage. Ce jour le pouvoir a tremblé devant une action pacifique et depuis les marches à la capitale sont interdite.

Les arguments suivants corroborent la dimension universelle de la plateforme d’El-Kseur : la démocratie participative concept repris à travers le monde, l’Union Européenne en 2002 dans ses accords avec l’Algérie avait posé comme préalable trois points de la plateforme d’El-Kseur, une loi française de 2002 oblige la création de comités de quartiers dans les villes de plus de 80.000 habitants et la création de conseils consultatifs au niveau des collectivités locales.

La constitution ne doit pas être l’œuvre des politiques, mais de la société civile, afin que les textes protègent le citoyen et soient craints des gouvernants qu’elle ne soit plus un costume sur mesure pour ces gouvernants. Aujourd’hui le citoyen ne doit plus être qu’un électeur à qui on fait régulièrement appel pour participer à des élections souvent truquées pour ensuite subir la domination des pouvoirs en place. Le citoyen doit participer à la discussion publique et s’ériger en contrepouvoir positif et argumenté. La constitution bien que reflétant les valeurs universelles ne doit pas ignorer les valeurs intrinsèques de son peuple pour atteindre le bien être humain, aussi bien dans son confort matériel que dans sa dimension spirituelle et immatérielle.

La démocratie ne doit pas être non plus l’apanage de société non musulmane, nous devons porter notre religion l’islam avec fierté et voir le monde avec des yeux de musulmans avec un comportement de musulman en respectant ses valeurs morales. « En vérité, Allah ne modifie l’état d’un peuple que dans la mesure où le peuple aura transformé ses propres conditions ».

Nous ne devons plus voir l’islam à travers les médias occidentaux mais étudier, comprendre et surtout mettre en application notre religion, il n’est pas tolérable qu’un citoyen paie des intérêts sur un prêt pour se loger, la finance islamique est une alternative à la finance conventionnelle pour améliorer la qualité de vie des populations. Pourquoi en 2008 la puissante banque centrale américaine à accorder des prêts a 0 % pour permettre aux entreprises de se restructurer et d’investir.

L’Arabie Saoudite n’est pas le dépositaire de l’Islam, qui brave l’interdiction faite à un pays musulman de faire appel à ses détracteurs pour le protéger, ce pays instrumentalise l’Islam pour anéantir toute velléité des pays musulmans progressistes à promouvoir la démocratie.

La laïcité ne veut pas dire qu’un responsable n’est plus musulman dans ses fonctions, on voile l’islam derrière la burka pour cacher les concepts de bonne moralité, de compassion, d’humilité de tolérance et de paix qu’il enseigne.

Le mouvement des Aarchs s’est inscrit contre la mondialisation, pour l’occident la démocratie est liée au marché, la libre circulation des marchandises pour mieux piller les pays « émergeants », une démocratie qui a permis à une minorité de détenir les richesses mondiales, une démocratie qui stimule la spéculation au détriment du travail. Le citoyen devient consommateur par une habile étude de sa psychologie. Le slogan « consommons algérien » est vide de sens quand on dépend de l’extérieur pour la matière première, on importe moins de blé mais on importe la plus de semences pour un coût beaucoup plus élevé.

Le mouvement citoyen à interpellé le pouvoir quant à la fondation réelle de l’Union du Maghreb des peuples, depuis 1989, aucune avancée dans la libre circulation des personnes, des services ou des marchandises, nous devrions être plus efficace que l’Europe la langue et la religion nous unissent, mais les pouvoirs en place s’évertuent à détruire les liens de fraternité qui unissent les peuples. Avant d’établir des relations avec le Vietnam, il faut d’abord mettre de l’ordre dans la maison.

Le point faible de l’Occident c’est sa dépendance à nos consommations, nous devons opérer une rupture totale de nos relations internationales et se retourner au sud, créer une institution regroupant les pays musulmans et ramener vers nous tous ceux qui refusent la politique des faiseurs de misères et des naufragés du capitaliste quelle que soit son appartenance ethnique ou religieuse.

L’Algérie doit se retirer de l’ONU qui n’a jamais su ramener la paix dans le monde, entrainer les autres pays dans son sillage et laisser les « grandes puissances » avec leur droit de véto autant qu’elle doit le faire de la trilogie que sont le FMI, la Banque mondiale et l’OMC.

Le mouvement citoyen a été annonciateur du phénomène des harragas et a saisi en 2002 les euro-députés sur les conséquences de leur passivité à aider les peuples du Sud au lieu de soutenir les dictatures. C’est l’Occident qui à répandu la guerre dans le monde par son colonialisme qui à dépossédé des sociétés entières de leur développent historique propre.

Nous avons un million et demi de raisons de défendre notre souveraineté politique, économique, sociale et spirituelle et de ne plus manger de kiwi.

El-Kseur, le 11 juin 2015

1 Commentaire

Laisser un commentaire