Le retour de Don Aqecut d’Illoula

« Le mystère des 25.000 € »

Don Aqecut d’Illula revient après une longue absence que l’on avait craint définitive, tant le sort s’était acharné contre lui.

Depuis qu’il avait lié son destin personnel à celui de la Kabylie à laquelle il s’identifie, les menaces n’ont cessé de planer sur lui et les malheurs de le frapper. Lancé contre lui il y a plus d’un an, un mandat d’amener devait lui interdire à jamais de fouler sa terre natale. Plus grave encore, il a tout récemment fait état, avec grand bruit, d’un traquenard qui devait l’attirer en Tunisie où son assassinat était programmé.
Aussi, sommes-nous étonné par ce retour en Algérie, terre de tous les dangers, qui s’annonce fort discret : à peine est-il précédé par le tintement de quelques casseroles débordant du chouari de son vieil âne fatigué.

Les premiers tintements se firent entendre lorsque le conseiller spécial de Don Aqecut, Nafa Kirèche, a cru bon d’interpeller un ministre démissionnaire, Idir Djouder, en lui demandant des comptes, tout particulièrement sur une somme de 25.000 euros en espèces, que lui a avancée le GPK.

Mal lui en prit. Le sang de Idir Djouder n’a fait qu’un tour. Sommé de donner des comptes, l’ancien ministre des Finances s’exécute et déballe tous les secrets du GPK en révélant que tous les ministres perçoivent un salaire mensuel compris entre 2.000 et 4.500 € et que le vertueux Nafa Kireche lui-même ne fait pas exception et va à la soupe comme les autres. Djouder ne s’arrête pas en si bon chemin et, en bon ministre des Finances soucieux de transparence, donne l’origine du financement du GPK : le gouvernement marocain qui verserait 250.000 euros mensuels à Don Aqecut depuis janvier 2010.

Faut-il voir dans les hommages appuyés et répétés de Don Aqecut à la politique du roi du Maroc la rançon du salaire perçu ?

En tout cas, c’est la consternation chez les militants du MAK qui découvrent d’un seul coup d’un seul que le GPK est comme le célèbre Sancho Panza qui ne pense qu’à se remplir la panse !

Quant à Don Aqecut, fidèle à lui-même, il se lance dans la fuite en avant et persiste dans le déni du réel.

Ainsi, la démission de la moitié de son gouvernement ne serait qu’un simple resserrement de l’équipe gouvernementale dicté par un souci d’efficacité, explique-t-il au complaisant journaliste de BRTV !

Le traquenard de Tunis ? Don Aqecut maintient son existence sans plus de précision et Djouder nous informe que Don Aqecut affirme en détenir la preuve : un petit texte imprimé sous word rangé négligemment dans le chouari de son âne et qu’il n’arrive plus à retrouver.

Et lorsque Don Aqecut évoque devant Philippe Robichon de BRTV son probable retour au pays, il n’est plus question du mandat d’amener dont on n’a jamais vu la couleur. Oublié, envolé, inexistant.

Dans l’attente du prochain épisode et pour que nos internautes puissent juger sur pièces tout en savourant les détails de la nouvelle aventure de Don Aqecut, nous donnons ci-dessous l’interview de Idir Djouder et la vidéo de l’entretien de son ex-président, Don Aqecut lui-même. S’agissant de cette dernière émission, nous mettons en ligne la version intégrale de son intervention avant d’être expurgée des passages jugés désobligeants à l’égard de la noblesse de Don Aqecut qui définit lui-même son mouvement comme la « régression du mouvement national vers des formes locales comme l’autonomie ». Nous savions l’inventivité de Don Aqecut sans bornes, mais tout de même, celle-là, il fallait la trouver ! Comme disait Fellag, en touchant le fond, on n’est pas obligé de s’arrêter de descendre, on peut encore creuser.

Un autre ministre du GPK, dont nous mettons également le lien de la déclaration, car il en reste encore en activité, du moins au moment où nous mettons en ligne, réclame à Djouder le remboursement des 25.000 euros et le menace des foudres du conseil de discipline.

Nous tiendrons informés nos internautes des développements de cette nouvelle et palpitante aventure de Don Aqecut qui s’annonce riche en rebondissements.

 A écouter : Idir Djouder ex-ministre des Finances du GPK qui explique d’où viennent les sous du GPK :

Ferhat Mehenni questionné par Philippe Robichon dans son émission « Des rives » sur BRTV : https://www.youtube.com/watch?v=Y6HzMCVUK54

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire