Le temps des amalgames

Une chose que les islamistes et leurs alliés altermondialistes, néo-communistes, mais aussi néo-gaullistes ou sarkozistes, commencent à bien réussir c’est, d’une part, de semer l’illusion que tout originaire d’Afrique du Nord en particulier, du Sud en général, est soit arabe, soit noir, et…évidemment, musulman ; d’où la nécessité de ne pas le froisser dans sa conviction religieuse qui relève du génétique, tout comme le fait d’organiser sa représentation. D’autre part, c’est dénoncer immédiatement toute « collusion » avec « l’extrême-droite »,(comme dans les années 30 d’ailleurs…), il en est ainsi à propos de la manifestation organisée le 24 février devant l’ambassade danoise alors que Révolution bleue, par exemple, regroupe aussi des membres de l’UMP (et que resiliencetv ou la minute du sablier ne sont pas politiquement affiliés). Pourtant cela ne gène personne de manifester lors des grandes messes contre la présence de Le Pen au second tour en 2002, avec des communistes, des trotskistes, des aounistes qui, outre leur passé et leur présent, complices de crimes politiques odieux, font tout ce qu’il faut pour accroître l’amalgame entre religion et ethnie ou le génétiquement correct, et en même temps gonfler, évidemment, les rangs de ceux qui le dénoncent à l’excès.

Or, en jouant, dans les faits, les Ponce Pilate, par exemple en laissant la rue aux extrémismes, en étant incapables d’organiser une quelconque manifestation de soutien au peuple danois, aux valeurs universelles tout simplement, certaines belles âmes, de gauche, comme de droite, dévoilent qu’elles perpétuent ces deux types d’amalgames en réalité : d’une part, elles ne manifestent pas parce qu’elles ne veulent pas accroître la tension ou froisser encore plus « les » musulmans disent-elles alors que ce faisant elles enferment l’identité humaine dans une seule case, laissant ainsi démunis tous ceux qui issus d’Afrique du Nord et d’ailleurs aimeraient signaler qu’ils ne sont pas religieux, voire athées, agnostiques, chrétiens, boivent de la bière, du vin, mangent du porc, etc… bref, ils doivent se plier à l’identité que l’on a d’eux : thé à la menthe, tapis, couscous (que l’on croit venu d’orient), ou l’orientalisme en pack de huit…

Pourtant, les belles âmes, y compris celles qui sont susceptibles d’être les plus compréhensives sur les dangers alterislamistes (conglomérat bien plus vaste que « l’islamogauchisme ») sont bien conscientes que ce faisant elles fragilisent, culpabilisent, tous ceux qui aimeraient dire qu’être d’Afrique du Nord cela ne veut pas dire musulman…donc religieux anti-laïque etc. D’autre part, elles savent bien aussi qu’en agissant ainsi, en n’aidant pas à ce que d’autres aspects de l’identité se manifestent, elles renforcent l’idée qu’en fait tout élément étranger est potentiellement dangereux pour la France, ce qui ne peut que donner des ailes aux divers groupes nationalistes…

Voilà donc l’absurdité : en refusant d’admettre qu’il faut bien prendre position, quitte à côtoyer des gens avec qui l’on peut ne pas être d’accord, même foncièrement, on s’enferme dans la paralysie ou la dénonciation de salon, et l’on renforce ce faisant la situation que l’on aimerait éviter puisque ne rien faire revient à isoler ceux qui originaires d’Afrique du Nord refusent d’être amalgamer à l’islam d’une part, et à renforcer ceux qui voient en chacun de ceux-ci un islamiste potentiel, d’autre part ! Répondre ni-ni, est facile, mais ne résout pas les problèmes de l’heure. Bien au contraire. Cela ne fait que renforcer les extrêmes.

Lucien Oulahbib

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*