Les étudiants de la Kabylie contre l’arabisation et le régime colonial algérien

Il est facile de fabriquer des enfants forts que de réparer des hommes brisés

Kabylie (Kabyles.com) —Les étudiants de la Kabylie ont décidé de déclencher une grève générale illimitée à partir d’aujourd’hui 13 septembre 2017. Leur colère a été provoquée cette fois par la nouvelle carte d’étudiant transcrite entièrement en arabe et sur laquelle le nom de l’écrivain, linguiste, anthropologue et poète Mouloud Mammeri que porte l’université de Tizi Ouzou ne figure plus.

Le pouvoir colonial algérien est déterminé à arabiser la Kabylie. Pour lui, c’est le seul moyen pour en finir avec l’existence du peuple Kabyle. Son identité doit finir dans l’oubli.

Ce énième affront qui porte atteinte à la dignité des Kabyles, à leur identité et à leur existence est aussi un appel direct au soulèvement et l’embrassement de la Kabylie. En 1980, c’est l’interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri à Tizi Ouzou sur la poésie kabyle ancienne qui est à l’origine des événements du Printemps berbère. Il n’y a pas longtemps, en 2017, les représentants du régime colonial algérien, sous le patronage de leur président impotent Abd El Aziz Bouteflika, ont célébré le centenaire de la naissance de celui qu’ils ont supprimé en 1962. Aujourd’hui, le nom du fils d’Ait Yanni, Mouloud Memmeri, est rayé même de la carte d’étudiant de Tizi Ouzou.

 C’est important de rappeler que la carte d’identité des Kabyles est aussi rédigée dans une langue qui n’est pas la sienne. Ce document officiel qui permet à une personne physique de prouver son identité est en arabe. Pour le pouvoir colonial algérien, le peuple kabyle doit devenir arabe malgré lui. Par ces pratiques coloniales, le régime d’Alger tente de maintenir la Kabylie sous la semelle d’un pouvoir poltron atteint de tous les chancres obscènes et une idéologie de rejet innommable.

Le plan du régime arabo-baathiste algérien est de faire disparaître l’identité Kabyle parce que le peuple Kabyle colonisé ne cesse de réclamer son dû. Sa liberté, sa langue et son identité. Il tente alors assimiler ce peuple  en lui imposant une autre identité. L’arabe.

 Supprimer sa langue et son identité kabyle c’est son souffle qu’ils veulent étouffer. Éliminer ses élites et son audace c’est son cerveau qu’ils désirent engourdir. Bref, tout ce qui n’est pas autorisé est légal pour le pouvoir illégitime algérien.

 Le peuple Kabyle est insoumis

Il faut d’emblée que le peuple kabyle soit convaincu qu’en dehors du MAK-Anavad aucune force politique ne cautionne sa volonté de vivre librement et dignement  chez lui et qu’il soit certain que sa conviction face au mal doit être sans commune mesure, et que seule sa détermination est capable d’éradiquer ce pouvoir mafieux et criminel.

 La liberté n’a jamais fait du tort ni du mal aux peuples. Elle est le garant même de la dignité de toute existence et l’assurance pour chaque être humain qui se respecte. Sur ces entrefaites, le MAK-Anavad approuve . C’est notre voie. c’est notre voix.

 Sans doute, il est le seul chemin vers l’indépendance de la Kabylie et la libération du peuple kabyle des griffes fielleuses du pouvoir arabo-baasiste algérien qui nous tue, nous agresse et nous arabise violemment. Le peuple kabyle est appelé à s’unir pour endiguer et mettre fin à cette peste qui nous ravage chez nous lentement et depuis longtemps.

 En tant que Kabyle, je me vois et je vois mon peuple comme cet arbre à qui on coupe racine après racine pour l’achever en silence.

Servir la Kabylie n’est guère un sacrifice mais un amour inconditionnel qui cristallise notre identité ainsi fait foi de notre existence. Cet amour sincère de notre patrie est la condition de notre véritable vertu. Nous les Kabyles sommes convaincus qu’en dehors de la nation Kabylie libre en Kabylie tout autre État chez nous est tromperie. Le leurre c’est de croire pouvoir survivre en tant que Kabyles dans une république algérienne qui fait tout pour nous anéantir.

 Le MAK- Anavad a compris que la victoire dépend de l’engagement du peuple kabyle de son union pour libérer la Kabylie. L’élite kabyle doit servir le peuple et non se servir de lui comme le fait le pouvoir colonial algérien. Le Mouvement de l’Autodétermination de la Kabylie, MAK-Anavad, sait que les belles choses se payent avec des sacrifices. Il  affirme que le peuple Kabyle est le seul qui a le contrôle chez lui.

 Vive la Kabylie libre et indépendante.
Boualem Afir.

2 Commentaires

  1. Enfin un texte digne d’un Kabyle, je n’ai pas lu une seule fois le mot « amazigh ».
    Pour moi, Mouloud Mammeri a seulement éclairé un brouillard dont on ne percevais que des gouttelettes du passé qui n’est pas le notre. C’est comme tourner le film: « l’opium et le bâton » en arabe sans qu’il n’est à redire des noms des personnages… comme tous les Kabyles de l’époque. Je sais que c’est tabou envers ce totem, mais ici c’est « la liberté chérie ».
    Avec Boualem Afir, j’ai le pressentiment de percevoir enfin la Kabylie.

    Post Scrotum: je pense que l’état DZ juge que le Kabyle est prêt pour une carte d’identité en zarabe. Il n’a pas tort dans le déroulement des calendriers: arabisation ou indépendance kabyle. Actuellement j’observe les Catalans comme si ça pourrait inspirer voire nous stimuler. Wait end see (pas la grève)!

    • Le constat est amèr car le feu a atteint nos foyers et notre existence comme peuple kabyle. Que faire devant ce fait accompli? Soit nous disparaîtrons soit nous nous prenons en charge par nous-mêmes pour nous libérer définitivement de ceux a qui nous avons légué nos terres et notre avenir. Nous devons nous impliquer plus que jamais dans cette voie d’autodétermination. La moindre participation est plus qu’utile pour notre Kabylie. La reconnaissance de tout geste, petit qu’il soit, est important. L’indifférence et l’inertie nous mèneront vers le gouffre de l’oubli. L’assimilation et la disparition. Nous refusons devenir des orphelins et adoptés chez nous. Tanmmirt bob ini !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*