Les marches du 20 avril à Tizi-Ouzou : en vérité et en photos

Le 20 avril 2013 et sa commémoration par des parties aussi différentes que contradictoires a eu lieu. La maison de la culture – et la direction de la culture -, toujours en « chargée de mission » en Kabylie, dédie depuis plusieurs années, tous les symboles de la Kabylie au « nain » kabylophobe et ce, avec la complicité de beaucoup de chanteurs et autres personnalités un peu trop sensibles à l’argument du pognon. Les partis dits de l’opposition, réapparaissent après des périodes d’hibernation politique dans la chaleur financière des sièges électoraux, notamment ceux, honteux, de l’APN, que leur offre gracieusement la dictature en place. Le MAK semble capter plus l’attention des Kabyles depuis l’abandon de l’option baroque d’une « autonomie de la Kabylie dans le giron d’un régime dictatorial jacobin et foncièrement kabylophobe » au profit de l’option plus rationnelle de « l’indépendance » et ce, quoi que le sigle reste encore et étrangement accroché à son « A »… Dans tout ce magma où les uns et les autres tentent de se positionner (ou de se repositionner) sur l’échiquier politique kabyle, ce qui est en soi, un affront pour les partis qui se prévalent d’une présence en dehors de la Kabylie sans pouvoir y fêter ce même 20 avril… il y a bien évidemment le Pouvoir, Ec Chourouk, En Nahhar et toute la presse islamo-kabylophobe qui tente d’y injecter la zizanie, Il y a les députés godillots qui se sont enrichis en flirtant avec le Régime et qui, sans scrupule aucun, dénoncent « l’argent sale » dont use le pouvoir pour soudoyer certains Kabyles par l’intermédiaire de ses valets connus de tous, il y a des journaux privés pour le moins partiaux… et enfin, il y a un peuple kabyle en butte contre les difficultés de la vie de tous les jours, subissant au quotidien la désinformation, la manipulation et une arabisation-islamisation sans précédent et ce, sans qu’une réaction énergique et durable, à la mesure de l’agression, vienne s’intercéder, pour le protéger et le rassurer.

Contrairement à la presse privée dite indépendante qui, par une couverture de l’événement qui laisse à désirer tant des slogans centraux (ex : autodétermination du peuple kabyle, indépendance de la Kabylie…) et des faits avérés, ont tout simplement été volontairement déformés ou « oubliés » dans leurs comptes rendus respectifs (Lire les titres du 21 avril) où il est question des mêmes formules toutes faites des années 90, ce qui prouve, encore une fois, que quand on n’a pas un fil à la patte, c’est le copinage qui prédomine, à moins que la culture politique et la déontologie qui y font figure de parents pauvres, en soient pour quelque chose. Sans doute.

Il va sans dire que nous passerons outre les tentatives de diversion de la presse islamistes et des médias du Pouvoir qui sont finalement dans leur rôle de toujours, celui de torpiller la Kabylie qui aspire à la liberté et à l’émancipation, en l’appauvrissant économiquement, en la manipulant, en la désinformant, en la plongeant dans l’insécurité, le terrorisme islamiste, le banditisme et la délinquance, en y recrutant, par l’argent sale de la corruption, une clientèle parmi une certaine catégorie de chanteurs, d’intellos tchitchistes et certains praticiens de certains arts que nous refusons de qualifier de « artistes » mais aussi, d’une manière encore plus sournoise, parmi une opposition de pacotille dont les apparatchiks versent totalement dans un carriérisme éhonté en reproduisant, en intra muros, les mêmes pratiques du Régime en place duquel leur survie dépend, tout en cautionnant, par intermittence (ex : 19 députés du RCD entre 2007 et 2012 – 19 députés du FFS entre 2012 et 2017…) des mascarades électorales qui servent d’alibi aux institutions fantôches-béquilles sur lesquelles le népotisme en place s’appuie, plus que jamais, pour perdurer. Ces mêmes mascarades constituent également une aubaine où les apparatchiks de ces partis godillots dits de l’opposition s’invitent pour en tirer le plus grand profit, financièrement parlant, tout en produisant, de temps à autre, à doses prescrites (par… ?) selon les conjonctures, de faux discours enflammés destinés à flouer des électeurs imaginaires qui, du reste, ont cessé, eux aussi, d’être dupes devant les océans de bouffonneries et d’illusions qui séparent ces discours des actes.

En ce 20 avril 2013, nous sommes les premiers à exprimer notre joie face à l’absence d’altercations ou de toute forme de provocation entre les marcheurs malgré des motivations et des objectifs, loin d’être de simples divergences, totalement contradictoires. Cela dit, nous contredisons catégoriquement et par des preuves visuelles les tentatives du député à la retraite du RCD, Aït-Hamouda, et de ses lieutenants qui, en situation de faiblesse, devant un nombre de marcheurs qui rétrécit, d’année en année, comme une peau de chagrin, tentent, de jouer « la carte de la fraternité » après avoir usé, des années durant, de celle de la diabolisation des autonomistes, et ce, afin de noyer le poisson dans l’eau et faire croire, comme rapporté dans une certaine presse, que les marcheurs s’étaient mélangés ! Le jour même, Aït-Hamouda déclarait aux militants du Mak sans une once d’une gêne, repris par un site makiste : « Les revendications du mak étaient les nôtres depuis des années… » ! Puis, histoire de tirer la couverture vers lui, poursuit : « On ne peut même pas distinguer qui est militant du RCD et qui ne l’est pas » ! La messe est dite, il ne fallait surtout pas se rendre compte que le carré du RCD était trop petit comparativement aux marcheurs autonomistes et indépendantistes et que contrairement aux années écoulées, il y a manifestement, une tendance inversement proportionnelle en terme de mobilisation ; dès lors, on comprend mieux ce trouble qui se couvre de sourires de circonstance et qui se traduit par une volonté d’escamoter (sacrée manie) la réalité des faits.

En effet, nous avons relevé ces quelques points qui décrivent fidèlement ce qui s’est passé à Tizi-Ouzou en ce 20 avril 2013. A tout un chacun d’en faire sa propre lecture :

- Nous sommes encore loin, trop loin des mobilisations des années 80 et 90. Mais nous relevons une mobilisation relativement plus importante que les années précédentes, notamment du côté du MAK auquel s’étaient joints les autres autonomistes, les indépendantistes et des militants de divers horizons. Il est même palpable que le passage du MAK de la revendication de « l’autonomie » à celle de « l’indépendance » de la Kabylie a été un élément important dans la forte mobilisation de cette année.

- En revanche, les marcheurs du RCD sont moins nombreux que les années précédentes. A ce propos, il serait intéressant de demander au RCD pourquoi il ne marche jamais seul depuis plusieurs années puisqu’à chaque fois, il a besoin d’autres sigles à ses côtés pour le faire (coordination des étudiants, CNCD, MAK…).

- Il n’y a pas eu « une marche unie » ! Ce discours démagogique des responsables du RCD et de ceux du MAK, butera bientôt sur la réalité des divergences de fond inconciliables. C’est à croire que, vu le passé rcdiste des principaux responsables du MAK présents à Tizi, dont le président du MAK en Kabylie, n’aurait pas été pour quelque chose dans cet attitude qui sent la nostalgie et la complaisance et donc, totalement démagogique, voire populiste. Tout le monde aura noté que les deux marches ne s’étaient mêlées à aucun moment, bien que, quelques brebis galeuses portant le drapeau arabo-musulman algérien avaient tenté de se fondre dans la foule kabyliste. En vain. Pour le reste, nous avions assisté au départ distinct des deux marches qui s’étaient amorcées avec une certaine proximité toute relative et ce, de crainte de revivre le ridicule des marchettes des années précédentes. Le repérage des deux catégories de marcheurs était d’ailleurs facile à réaliser tant le RCD marchait derrière avec l’emblème algérien qui était totalement absent dans la masse autonomiste et indépendantiste.

- Nous dénonçons la présence de quatre femmes voilées au sein de la marche des autonomistes-indépendantistes dont l’une d’elle est mise en évidence par le port de l’étendard du MAK ce qui n’a pas gêné les militants et les responsables qui renvoient, de ce fait, l’image d’un mouvement qui, s’il n’encourageait pas l’introduction du voile islamique en Kabylie, il n’en serait pas opposé… Retour ligne automatique
Au RCD, cette déviation est aussi vieille que l’est sa duplicité, c’est pourquoi, il ne sert à rien de s’y attarder.


JPEG - 18.9 ko

- Grâce au logiciel impie, Photoshop, la fille voilée est dévoilée sur la photo suivante !!!


JPEG - 17 ko

- Les deux marches s’étaient séparées au niveau du carrefour des « victimes du printemps noir » pour prendre, chacune, un itinéraire différent.

- La prise de parole du MAK a eu lieu sur le perron de l’ancienne mairie, aujourd’hui « musée de la ville de Tizi », ici même où, un certain 19 mars 2011, le RCD avait arraché et interdit le déploiement du drapeau berbère en lynchant son porteur.

- La prise de parole du RCD a eu lieu juste après celle du MAK, sur une autre scène improvisée à proximité du même immeuble.

JPEG - 18.6 ko
JPEG - 14.8 ko
JPEG - 17.2 ko
JPEG - 21.7 ko
JPEG - 21.7 ko
JPEG - 16.7 ko
JPEG - 16.2 ko
JPEG - 17.2 ko
JPEG - 18.9 ko
JPEG - 18.2 ko
JPEG - 19.5 ko
JPEG - 18.5 ko
JPEG - 18.1 ko
JPEG - 17.4 ko
JPEG - 23.4 ko
JPEG - 15.5 ko
JPEG - 16.4 ko
JPEG - 16.2 ko
JPEG - 16.6 ko
JPEG - 17.1 ko
JPEG - 19.6 ko
JPEG - 16.8 ko
JPEG - 16.1 ko
JPEG - 17.8 ko
JPEG - 19.3 ko
JPEG - 17.2 ko
JPEG - 16.3 ko
JPEG - 19.5 ko
JPEG - 17.5 ko
JPEG - 15.9 ko
JPEG - 20.9 ko
JPEG - 22 ko
JPEG - 19.9 ko
JPEG - 14.7 ko
JPEG - 23.2 ko
JPEG - 19.9 ko
JPEG - 17.4 ko
JPEG - 21.4 ko
JPEG - 23 ko
JPEG - 21.1 ko
JPEG - 20.1 ko
JPEG - 14.9 ko
JPEG - 15.8 ko
JPEG - 16.1 ko
JPEG - 17.3 ko
JPEG - 18.1 ko
JPEG - 17.6 ko
JPEG - 16.3 ko
JPEG - 16.3 ko
JPEG - 15.3 ko
JPEG - 19 ko
JPEG - 15.1 ko
JPEG - 18.3 ko
JPEG - 17.6 ko
JPEG - 17.5 ko
JPEG - 17.2 ko
JPEG - 16.6 ko
JPEG - 16.9 ko
JPEG - 16.4 ko
JPEG - 15.5 ko
JPEG - 19.8 ko
JPEG - 21.2 ko
JPEG - 22.8 ko
JPEG - 17.6 ko
JPEG - 13 ko
JPEG - 19.8 ko
JPEG - 27.6 ko
JPEG - 23.5 ko
JPEG - 21.7 ko
JPEG - 19.7 ko
JPEG - 18.5 ko
JPEG - 65.1 ko
JPEG - 14.5 ko
JPEG - 15.9 ko
JPEG - 11.5 ko
JPEG - 19.1 ko
JPEG - 16.9 ko
JPEG - 16.4 ko
JPEG - 19.3 ko
JPEG - 16 ko
JPEG - 21.9 ko
JPEG - 21 ko
JPEG - 33.6 ko
JPEG - 19.1 ko
JPEG - 21.3 ko
JPEG - 20 ko
JPEG - 26.4 ko
JPEG - 19.8 ko
JPEG - 19.6 ko
JPEG - 15.6 ko
JPEG - 15.5 ko
JPEG - 16.9 ko
JPEG - 19 ko
JPEG - 18.4 ko
JPEG - 14.9 ko
JPEG - 17.5 ko
JPEG - 18.8 ko
JPEG - 19.4 ko
JPEG - 20.9 ko
JPEG - 29 ko
JPEG - 23.2 ko

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire