Lettre ouverte à Christine Tasin

Chère Christine,

De prime abord, je te prie d’acquiescer à cette familiarité par laquelle je me suis permis de m’adresser à toi, et pour cause, l’admiration que je te voue et le combat que nous partageons par delà les mers, font que je me sens tellement proche de toi !

Suite à l’apéro républicain du 04 septembre dernier, tu as été destinataire de plusieurs menaces de mort provenant d’islamistes qui prospèrent sur la lâcheté des bobos de gauche qui voient Le Pen partout et de l’Etat français qui reste prisonnier de ses propres contradictions, foulant aux pieds les valeurs universelles de la France , perpétuant des amalgames dangereux notamment lorsqu’on confine des communautés culturelles et linguistiques entières ; aussi diverses que sont leurs croyances et leurs idéologies, dans une unique fausse identité religieuse ; à l’origine – en sus de quelques intérêts financiers chez les émirs du golf et les républiques bananières qui furent des colonies anciennes – du laxisme irresponsable envers l’activisme islamiste en France où, dans certains endroits, le fascisme vert se permet des audaces qu’il ne peut plus imaginer dans beaucoup de pays où l’islamisme a, pourtant, failli y instaurer son funeste projet de république islamique.

Ainsi, il y a eu une première vidéo de « l’artiste » Cortex, insultant les organisateurs de l’apéro républicain du 4 septembre, puis, le rappeur du 91 a sorti une deuxième attaque, que Dailymotion a retiré au bout de 24 heures.

Enfin, le lundi 6 septembre, tu reçois ce message sur Facebook :

 » Une Fatwa a été prononcée contre toi, tous les musulmans de france et de navarre ont le devoir d’exécuter cette dite fatwa où qu’ ils se trouvent , La loi dans le coran dit que celui qui blaspheme l’islam doit etre poursuivi et chatié » (version copie sans corriger le texte reçu).

Le titre du message était sans équivoque : « Le blaspheme est un delit dans l ’islam ! »

Je n’ai pas réagi à temps, en raison de mon absence au moment où les menaces proférées à ton encontre avaient eu lieu. Néanmoins, d’Algérie et de ma Kabylie natale où je mène le même combat et où, à l’instar de beaucoup d’autres, j’ai reçu de nombreuses menaces, d’où ma compréhension de ce qui vient de se produire, je te transmets l’expression de ma solidarité agissante.

Je ne suis pas le seul, ici, dans cette partie du monde à te soutenir et à vouloir te dire combien nous sommes heureux et fiers de toi, de ton combat qui est aussi le notre et celui de millions d’épris de justice et de liberté de part le monde.

Le mois de ramadan qui vient de s’achever fut celui d’une énième confirmation d’une inquisition inhérente au dogme islamique. En effet, des non-jeûneurs à Michelet, à Ighzer Amokrane, à Bouira, à Tizi-Ouzou… ont été arrêtés et embarqués manu militari et traduits devant une justice qui n’a rien à envier à celle des Ayatollahs d’Iran dont « le père spirituel est, du reste, un exemple à suivre » (dixit Bouteflika, le président de l’Etat algérien). Ces non-jeûneurs, dont certains ont été arrêtés à l’intérieur même de leurs domiciles, risquent d’écoper de lourdes peines allant jusqu’à l’emprisonnement ferme de plusieurs mois, voire de plusieurs années et à de très pesantes amendes. Dans d’autres régions, des non-jeûneurs qui ont eu l’audace de mâcher un chewing-gum ou de se désaltérer durant les journées caniculaires qu’a connues ce mois sacralisé par « la religion de la tolérance et de la paix », ont tout simplement été lynchés par des « cortex » et des musulmans ordinaires qui agissent sous l’œil bienveillant des services de sécurité transformés cycliquement en police des mœurs et en pasdarans.

Il va sans dire que les laïques d’ici ne comprennent pas le silence assourdissant de la communauté internationale et des militants laïques du monde qui, à juste titre, se mobilisent massivement pour les mêmes atteintes aux droits humains qui se produisent au Soudan, en Iran avec, notamment, le cas de Sakineh et dans bien d’autres contrées du monde.

Durant le même mois, dans un village de Kabylie, les islamistes, sous couvert d’une association religieuse et avec le soutient de l’administration, allaient achever la construction d’une nouvelle mosquée mitoyenne à l’ancienne qui échappe à leur contrôle puisque fonctionnant dans le cadre séculier (laïque) propre à tous les villages kabyles. Devant la sourde oreille des autorités en charge de la question, qui ont été destinataires de plusieurs pétitions et requêtes demandant l’arrêt immédiat des travaux de construction de cette mosquée, la population s’étant donc rendue compte de la gravité de la situation, a tout bonnement voté à l’unanimité de procéder à la démolition de la plate-forme devant abriter la future mosquée, ce qui fut fait le 12 août 2010. Une telle riposte citoyenne d’essence laïque dans un pays comme l’Algérie est tout simplement impossible à imaginer dans la France qui a tourné le dos à la loi de 1905, à Voltaire, à Jules Ferry et à 1791.

Tu me permets, chère Christine, d’émettre mon éternelle ritournelle qui consiste à continuer à espérer l’avènement d’une suite dans le sens de l’histoire et de nos convictions communes, du premier acte fondateur d’une « Internationale Laïque » qui a eu lieu à Paris (Premières Rencontres Laïques Internationales – Montreuil 11 et 12 février 2007) autour de notre ami, feu Simon Blumenthal. En effet et une fois de plus, le fascisme vert étant un danger planétaire, il serait vain de continuer à le combattre chacun chez-soi sans une riposte de la même nature, c’est-à-dire, supranationale.

Une fois de plus, fais attention à toi mais ne cède pas aux intimidations et autres pressions qui n’épargnent aucun militant laïque de par le monde. Mon soutien pour toi est naturel, spontané, agissant et inconditionnel.

Allas Di Tlelli

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire