Libye : L’option indépendantiste se précise-t-elle pour les imazighen ?

Comme en Kabylie : Sur fond du même sentiment de culpabilité qui les pousse à se justifier en permanence

Libye. Jeudi 20/02/2014. Vote pour désigner les 54 (60 moins 6 membres) de la commission constitutionnelle. En attendant les résultats définitifs qui seront annoncé sous peu par le gouvernement Libyen, un faible taux de participation a, selon de nombreux observateurs, caractérisé cette votation boycottée par la population Tebous et toutes les composantes amazighes des At Willul, Adrar Nefussa et Touaregs. Il est à rappeler que ce boycott a grandement fait chuter le nombre d’inscrits à 1.7 millions par rapport aux 2.8 millions enregistrés en Juillet 2012 lors des élections pour élire l’assemblée parlementaire appelée Congres Général National (CGN).

Le jour du vote de jeudi dernier, les révolutionnaires Amazighs de Libye se sont réunis au Hall du Martyr Ferhat Alep, se trouvant au chef-lieu des At Willul, à Zwara, nord-est de la Libye (Voir les photos). L’objectif de ce conclave marathonien était d’analyser les conséquences de l’élection de la commission constitutionnelle, en l’absence totale des amazighs Libyens. Toutes les interventions se sont axées, pour la plupart, sur le rejet total de ces élections.

A la fin de la réunion les révolutionnaires Amazighs sont sortis dans les rues et une gigantesque marche s’ébranla avec toute la population de Zwara (Voir les photos). L’impressionnante démonstration de force, ayant comme slogan AZRF (Droit) visible sur de nombreuses pancartes et banderoles, est encadrée par la police Amazighe de Zwara. Des centaines de drapeaux berbères fièrement exhibés par une population fortement mobilisée (Femmes, Hommes, Filles, Garçons, Vieux, Vieilles, …) imposent le respect et l’admiration de ce peuple qui est en phase de devancer tous les peuples berbères d’Afrique du Nord dans sa prise de conscience politique relative à la nécessaire et vitale question d’indépendance.

Les révolutionnaires Amazighs ont publié une déclaration dont voici la traduction (*) :

Déclaration des révolutionnaires des villes et régions parlant Tamazight

Azul fellawen,

Nous, révolutionnaires des villes et régions parlant Tamazight, marquons et soulignons, dans ces moments difficiles et sensibles quant au sort de notre nation, toute notre amertume et notre déception de la nouvelle situation caractérisée une nouvelle fois par l’oppression et l’exclusion.

Nous nous réunissons aujourd’hui pour réaffirmer la poursuite du boycott de la Commission des 54 membres, pour dire que nous ne croyons pas aux solutions empreintes de ruses et de tentatives de fuite en avant. Nous n’accepterons aucune constitution qui ne reconnait pas le pluralisme, qui ne serait pas rédigée en tenant compte du consensus entre tous et du principe d’une Libye pour tous sans exclusion ni ségrégation. Nous affirmons ce qui suit :

  1. Notre adhésion à la déclaration finale du forum sur le droit constitutionnel des Amazighs de Libye qui s’est tenu à Tripoli le 01/12/2013.
  2. Notre attachement au Conseil Suprême des Amazighs de Libye et notre soutien total à sa déclaration du 19/02/2014.

En outre, nous déclarons ce qui suit :

  1. La constitution de la coordination des révolutionnaires des villes parlant Tamazight, qui sera considérée comme une structure qui permettra d’instaurer et de faciliter la communication entre les révolutionnaires amazighs afin de faire respecter les aspirations d’une génération qui exigent des garanties sur ses droits.
  2. L’inéluctabilité du droit constitutionnel.
  3. Le droit à l’autodétermination des amazighs est une voie posée par les révolutionnaires comme une solution objective face aux tentatives avérées d’exclusion.

En conclusion, nous avons la conviction quant à la justesse de notre mission. La crédibilité de notre action visant la construction de notre avenir sur la base de la citoyenneté et de l’égalité en droits et en devoirs entre tous, est traduite par le soutien populaire.

Fait à Zwara, le 20/02/2014

Note :

(*) Déclaration traduite par Racid At Ali Uqasi.

Allas Di Tlelli

 

 


Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire