Marche du 20 avril 2014 à Tizi Ouzou

Les forces de sécurité se comportent avec les Kabyles comme elles le feraient avec des animaux sauvages qu’il faut exterminer. Chacun de nous peut, de nos jours, capturer une image pour dénoncer les exactions de la police algérienne. Bouteflika ne pourra plus assassiner impunément les Kabyles comme il l’a fait en 2001.

Pour commémorer le printemps noir et le printemps kabyle, la marche annuelle du 20 avril, qui a lieu tous les ans à la même date depuis 34 ans, n’a pas été autorisée cette année !

Quelques vidéos de la marche empêchée à Tizi Ouzou le 20 avril 2014. Les chasseurs d’images sont les premiers repérés par la police algérienne qui n’hésite pas à les cibler pour empêcher la diffusion d’images compromettantes.

Kamel Saïdi auteur de ces vidéos était sur place et s’est ramassé des coups alors qu’il filmait. Nous le remercions pour son courage et sa grande gentillesse.

Il avait fait un excellent travail en 2001 et 2003 et n’a pas hésité à proposer ses photos et vidéos. Nous avons, grâce à lui, des images d’archives et personne ne pourra contester la réalité des faits.

JPEG - 15.1 ko

Tizi-Ouzou le 20 avril vers 12h30 juste en bas du stade :

 

JPEG - 33 ko

JPEG - 36 ko

Dans cette vidéo, la police et les manifestants se font face et échangent des projectiles. On peut reconnaître plusieurs policiers en civils impliqués dans la répression violente et les débordements. Si après ça ils osent dire que ce n’était pas le 20 avril 2014 et à Tizi alors.

Juste pour info : La dépêche de l’APS titre « Célébration du 20 avril : Une marche non autorisée empêchée à Tizi-Ouzou »

Les forces anti-émeute de la police ont empêché le déroulement, dimanche matin, d’une marche « non autorisée » à laquelle a appelé le Mouvement culturel berbère (MCB) pour la célébration du 34e anniversaire du « Printemps berbère » , correspondant au 20 avril, a constaté un journaliste de l’APS.

Les manifestants, dont le nombre était situé entre 200 et 300, parmi lesquels de nombreux militants du mouvement autoproclamé « Mouvement pour l’autonomie de la Kabyle » (MAK-non agréé), se sont ébranlés à partir du campus universitaire de Hasnaoua, avant d’être stoppés dans leur procession par les forces anti-émeute à une centaine de mètres du lieu de départ.

Les premiers carrés des marcheurs, formés essentiellement de militants du MAK, reconnaissables aux slogans scandés et à leurs banderoles, ont tenté en vain de forcer le passage.

Des échanges de jets de pierres ont eu lieu entre les deux antagonistes, avant que les manifestants ne se réfugient dans l’enceinte universitaire et de procéder à des harcèlements des forces anti-émeute, a-t-on encore constaté.

De nombreux anciens militants du MCB, dont Saïd Khelil, Saïd Boukhari, Mouloud Lounaouci et Arezki Abbout, avaient pris part au départ de la marche, avant de quitter les lieux dès le déclenchement des échauffourées.

Les slogans du MAK, appelant notamment à la création d’un « Etat Kabyle » avaient supplantés ceux du MCB qui appelait à la célébration du 34e anniversaire du « 20 avril » sous le signe de revendications de « libertés démocratiques » et de « l’officialisation de Tamazight ».

Selon une source sécuritaire, « aucune demande n’a été formulée pour l’autorisation de la marche« , qui a été de ce fait « empêchée par les forces de sécurité par crainte de débordements« .

APS


JPEG - 24.5 ko

Nous vous rappelons qu’un appel à une marche pour le 27 avril a été lancé. Soyez nombreux à y participer.

La rédaction

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*