Mohamed VI protège un violeur

Le roi du Maroc va payer la défense du chanteur Saad Lamjarred, accusé de viol en France.

La star de la pop marocaine est mis en examen à Paris pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées ». Mohammed VI va prendre en charge ses frais de justice, annonce l’agence de presse officielle.

Le roi du Maroc vole au secours du chanteur Saad Lamjarred. Mohammed VI va prendre en charge les frais de justice de la star marocaine, mis en examen en France pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées ». Le roi a choisi de faire appel à l’avocat Eric Dupont-Moretti, précise la MAP, l’agence de presse officielle du royaume, lundi 31 octobre.

« La famille de Saad Lamjarred a sollicité le soutien de SM le roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, qui a bien voulu répondre favorablement, a annoncé le manager de l’artiste à l’agence, dans le cadre de la présomption d’innocence et dans le respect de l’indépendance de la justice française ».

La plaignante souffre de « lésions traumatiques »

Le chanteur a été arrêté mercredi à l’hôtel Marriott des Champs-Elysées, selon Le Monde, avant d’être placé en garde à vue. Une jeune femme de 20 ans dit avoir été agressée dans la chambre d’hôtel du chanteur, et a déposé plainte. Elle « souffre de lésions traumatiques et est fortement traumatisée. Son récit est tout à fait crédible à ce stade », a relevé une source proche de l’enquête.

« Mon client conteste l’ensemble des faits qui lui sont reprochés », a réagi l’avocat du chanteur, Jean-Marc Fedida, dès vendredi. Selon lui, Saad Lamjarred avait rencontré la jeune femme dans une boîte de nuit parisienne. Agé de 31 ans, Saad Lamjarred avait consommé de l’alcool et des stupéfiants au moment des faits, selon les premiers éléments de l’enquête.

Déjà mis en cause dans une affaire aux Etats-Unis

Le chanteur a déjà été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol datant de 2010, dans laquelle il nie toute implication. Son arrestation a fait au Maroc les gros titres de la presse marocaine. « Nouvelle affaire de viol pour Saad », a titré le quotidien arabophone marocain Al-Ahdath. Pour Le Matin, pas de doute, Saad Lamjarred est tombé dans un « traquenard ».

L’avocat marocain du chanteur, Brahim Rachidi, va encore plus loin dans la théorie du complot, puisqu’il évoque la thèse d’une « machination algérienne » contre « l’intégrité territoriale du Maroc », en référence au conflit du Sahara occidental, contrôlé par Rabat et dont les indépendantistes du Front Polisario soutenus par Alger réclament l’indépendance.

Franceinfo

1 Commentaire

Laisser un commentaire