« Noir c’est noir » : ici tu es déjà là-bas

Le jour se lève très tôt à Alger. Une lumière blanche, épaisse, recouvre la ville. Du haut du septième étage de l’hôtel Albert, on a une vue superbe sur le plateau de Glières et sur la mer. Le square a connu les « grands moments » de l’Algérie française. Plus haut, en haut des marches, il y a le palais du gouvernement avec son fameux balcon d’où De Gaulle a lancé son fameux « je vous ai compris ».

Le temps a passé, devant la grande poste, des ouvriers installent des gradins pour la fête de la musique qui pour la première fois sera assurée par trois groupes français. Mais tout Alger est déjà à Rio, toute l’Algérie est au Brésil. Le Gouvernement vient de promettre 3.500 euros aux supporters qui feront le voyage pour soutenir l’équipe nationale et vient d’acheter pour 35 millions de dollars les droits de retransmission du Mondial.

Ce régime flambe comme flambent les dealers. Le pétrole rapporte autant que l’héroïne et avec on achète tout, l’opposition, les barbus, les pas barbus, les démocrates, la presse, la mauvaise humeur, et le mauvais temps.

Dans le hall, j’essaye de me connecter et ici les connexions ne sont pas pressées. On clique sur sa page, on prend une douche, on commande un café, on lit son journal, avant que la page ne s’affiche. En Algérie, Internet n’est pas pressé et prend son temps, comme s’il obéissait à une étrange limitation de vitesse. Je regarde la mer et des passages entiers de l’été à Alger de Camus me reviennent. Soudain ma rêverie est interrompue par la musique. Les enceintes du hall de l’Albert diffusent en boucle « Noir c’est noir » de Johnny, ponctué par le jingle de Radio Nostalgie. De grâce pas ça. Je vais voir le réceptionniste pour lui demander le pourquoi de cette musique :
- Tu veux savoir pourquoi on met Radio Nostalgie ?
- Oui, je trouve cela un peu anachronique, non ?
- Si on met ici, Radio Nostalgie c’est pour dire aux clients que ici ils sont déjà là-bas

Mohamed Kacimi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*