Pour tous ces Amazighs qui se sous-estiment…

Tamazight en tant que langue et ses frontières géographiques… ( avec toute modestie)

Le territoire amazigh s’étend comme on le découvre aujourd’hui de l’Égypte à l’Est jusqu’aux iles Canaries à l’Ouest. Au Sud, il est limité par le Niger, le Mali et le Burkina Faso. L’erreur que nous faisons tous, c’est d’attendre que des chercheurs – souvent des étrangers qui n’ont aucune connaissance de Tamazight— pour nous renseigner sur notre histoire.

Voici quelques suggestions qui non seulement étendent le territoire des Amazighs, mais nous renseignent aussi sur l’origine des mots en tamazight qui existent encore, mais que nous avons négligé car nous attendons qu’un Salem Chaker ou un autre Mouloud Mammeri nous reviennent pour nous en renseigner ou nous le confirmer.

Je dis que le territoire Amazigh s’étend aussi à l’Éthiopie, la Somalie jusqu’au bord du Nil. Quand on écoute les gens de Érétrie parler, on peut appréhender quelques mots qui non seulement ressemblent à tamazight. Mais sont en tamazight.

MOGADISHU : (Capitale de la Somalie) — mogg d-ichu ( ressemble à une corne en Tamazight) et regardez bien la carte géographique de cette région, c’est en effet une corne.

ATLAS : Au Maroc, dont on croit que l’origine de ce mot vient du grec. Or, en Analysant la langue amazigh, ceux sont les Grecs qui l’ont emprunté à la langue ancestrale de cette région. Car aujourd’hui, nous avons qu’un seul mot pour décrire l’obscurité en tamazight : tlam. Mais pour décrire une obscurité épaisse, on utilise : Tlam u-telis. Ce qui décrit parfaitement cette région marocaine habitée uniquement par les Amazighs.

TENERIFE : En Espagne, aucun définition n’existe pour ce nom en espagnol ou dans un autre langage. Mais Tene-rif veut simplement dire « celle qui borde la mer ». Rif, c’est la falaise en tamazight.

Dans ma petite histoire du voleur de chaussures, j’ai essayé de démontrer comment on peut annihiler le nom d’un lieu : Bir-Aghbalou, Bir saf saf, relizane (Ighil Izzan) et j’en passe, il y en a simplement des millions de cas à travers l’Afrique du Nord.

Maintenant considérons, des mots qui ont disparu, mais qui ont laissé derrière eux des traces pour les retrouver.

Le Cheval : A3udiw comme on le connait maintenant. Mais, il y a une mouche qui existe encore en Kabylie et qu’on trouve souvent dans le cou des mulets et des bœufs. Cela s’appelle : Izi ag aggmar. Et aggmar, c’est le cheval, puisque la jument est appelée : taggmart. A3udiw est un mot Arabe.

Je dis que le problème majeure des Amazighs a été de se sous-estimer, une tradition que nous avons gardé même aujourd’hui. La langue arabe ne possède pas 20% de la richesse de la langue amazigh. Ils le savent, nous, nous ne le savons pas encore.

Hmimi O’Vrahem

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire