Quand le chat n’est pas là, les souris dansent !

Matoub n’étant plus là, Aït Menguelet tente de banaliser leur différent d’ordre idéologique, éthique, politique et humain. Il réduit vainement aussi son coup de brosse pour Bouteflika en 1999 en tentant de faire oublier que depuis cette année-là, il continue de vivoter en opportuniste qu’il est dans le giron de Boutef puisque il a été à l’origine de la création de la fameuse association mort-née des Artistes Kabyles en 2002 sur ordre du gouvernement pour contrecarrer le mouvement citoyen (à cette époque-là, il n’était pas encore dévoyé ). En 2003, alors que boutef qui courrait encore derrière le fantasme d’un Nobel de paix après l’amnistie unilatérale décrétée en faveur des islamistes égorgeurs et violeurs de fillettes et après que son image fut définitivement souillée par la tuerie du printemps Noir, celui-ci, avec l’aide de son sponsors Chiraq, lance la fameuse Année de l’Algérie en France en vu de soigner un petit peu l’image ternie du bouteflikisme vis-à-vis de l’étranger et ce à coup de milliards, de bouffe et de corruption. Pendant que plusieurs artistes boycottaient l’événement, Aït menguelet participe !

Puis, vint en 2005, l’événement Alger, capitale de la culture Arabe conçu avec les mêmes arrières pensées politiciennes et sournoises. Certains artistes boycottent encore cet événement en rejetant les sommes alléchantes qu’on leur avait tendues. Pour rappel, avec l’aide de Toumi et de Ould Euro, Tizi-Ouzou avait exhumé près d’une cinquantaine d’associations culturelles pour représenter ce département durant une semaine dans le cadre de cet événement voué à la culture arabe s’il vous plait ! Une représentation théâtrale en kabyle à Aïn Benian fut tout bonnement arrêtée et empêchée de se poursuivre pour motif que toute activité devrait se décliner en… arabe !! Aït menguelet a participé et a eu droit à une couverture médiatique exceptionnelle au niveau de l’unique chaine de télévision contrôlée par le pouvoir en place !

En 2009, Pour une contrepartie financière facile à imaginer vu le montant du budget alloué au Panaf (100 millions d’euros) qui vient rappeler que le Boumédiennisme est toujours là et ce, pendant que la culture est agonisante pour ne pas dire morte, un budget faramineux dilapidé en seulement deux semaines de corruption, d’achat d’une nouvelle clientèle, de bouffe et de marketing politique pour le Bouteflikisme rampant… Aït Menguelet avait encore participé !!!

Toujours en 2009, un festival spécialisé dans la musique arabe appelé Festival de la musique arabe de Djemila a lieu en août. Accompagné de Bouchafa, Aït Menguelet accepte d’inscrire la chanson et la poésie kabyle, conçu par le pouvoir algérien comme un folklore dérivé de l’arabe, dans le cadre de la chanson arabe. Là encore, l’argent a coulé à flot.

Après ce petit résumé d’une allégeance qui dure depuis 10 ans, avoir le culot d’affirmer que si Matoub était encore en vie, il serait peut-être devenu ami avec Aït Menguelet, c’est tout simplement ridicule car tout le monde sait que si le Rebelle était là, avec un tel changement de cap à 180° et une telle corruption, Lounès aurait déclaré Aït Menguelet traitre à mettre en quarantaine pour le restant de sa vie.

Médiocre et rampant et on arrive à tout disait Beaumarchais.

Allas Di Tlelli

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire