Quand les intellectuels français encensaient les fous d’Allah

C’était le 11 février 1979. Ce jour-là, il y a donc trente-quatre ans très exactement, l’ayatollah Khomeiny prenait officiellement le pouvoir, dans la toute nouvelle République islamique d’Iran, pour y instaurer, aidé en cela par une foule en délire et une armée non moins fanatisée, l’une des pires dictatures qui soient : une théocratie chiite, basée sur ce qu’une prétendue loi coranique appelle la “charia”.

Soit ! Je ne redirai pas ici, pour la énième fois, tout le mal que je pense, à l’instar de tout authentique démocrate, à propos de ce qui apparaît manifestement là, au vu des tortures et autres crimes qui y sont quotidiennement perpétrés à l’encontre des opposants, comme l’un des plus sanguinaires et obscurantistes régimes existant sur cette terre. La pauvre Sakineh Mohammadi-Ashtiani, cette jeune femme iranienne menacée d’être lapidée pour adultère, en sait, hélas, quelque chose : seule l’énorme et quasi planétaire mobilisation de quelques intellectuels (dont ma modeste personne) lui auront alors évité, en été 2010, un châtiment aussi cruel et barbare.Retour ligne automatique
Des dérives politico-idéologiques

Au nombre de ces bonnes âmes s’étant alors battues pour sauver Sakineh figuraient du reste, au sein de l’appel international que j’avais alors lancé dans les principaux médias européens, quelques-uns des plus beaux noms de l’intelligentsia française, dont Luc Ferry, Viviane Forrester, Caroline Fourest, Max Gallo, Marek Halter, Alexandre Jardin, Julia Kristeva, Edgar Morin, Gilles Perrault, Michelle Perrot, Élisabeth Roudinesco, Michel Serres, Alain Touraine, Michel Wieviorka… Et, certes, n’oubliera-t-on pas là, fort de son propre courage et nanti de sa propre pétition, Bernard-Henri Lévy, auquel se joignirent notamment André Glucksmann et Pascal Bruckner.

Mais voilà : les intellectuels, à propos desquels Julien Benda écrivit naguère une très éclairante Trahison des clercs [1]) et Raymond Aron un non moins lucide Opium des intellectuels [2], ne se comportèrent pas toujours, à propos de cet Iran de Khomeiny, de manière aussi exemplaire. Ainsi, à titre de triste mais édifiant exemple, un esprit pourtant aussi délié que Michel Foucault, lequel, bien qu’il inventât certes cette très précieuse figure de l’”intellectuel spécifique“, ne se priva cependant pas, en ces années-là, de se fourvoyer dans la plus lamentable, sinon coupable, des dérives politico-idéologiques.

Les écrits douteux de Michel Foucault

Qu’il suffise, pour s’en convaincre, de lire ce que, le 26 novembre 1978, il osa écrire dans le grand quotidien italien Corriere della Sera (article par ailleurs repris en français dans le deuxième tome de ses Dits et écrits) au sujet de ce même ayatollah Khomeiny qui s’apprêtait à devenir alors effectivement, après avoir renversé le shah d’Iran (Mohammad Reza Pahlavi), l’autoproclamé et terrible “guide spirituel” de cette effroyable “révolution islamique” : “C’est l’insurrection d’hommes aux mains nues qui veulent soulever le poids formidable qui pèse sur chacun de nous, mais, plus particulièrement sur eux, ces laboureurs du pétrole, ces paysans aux frontières des empires : le poids de l’ordre du monde entier. C’est peut-être la première grande insurrection contre les systèmes planétaires, la forme la plus moderne de la révolte et la plus folle.” Démente, cette stratégie de l’aveuglement, lorsqu’on songe, notamment, à cette horrible burqa, sorte de prison ambulante, dans laquelle les mollahs et autres talibans prétendent enfermer, de sinistre et médiévale mémoire, leurs femmes, occultant ainsi là jusqu’à ce beau et noble “visage” que magnifie, par exemple, un penseur tel qu’Emmanuel Levinas en ce chef-d’œuvre philosophique qu’est Totalité et infini [3].

Michel Foucault, pourtant mémorable auteur de livres aussi importants, dans l’histoire des idées et des sciences humaines en général, que Les mots et les choses [4] ou L’archéologie du savoir [5], ne s’arrêta cependant pas en si bon chemin quant à ce genre d’outrances, pour le moins incompréhensibles sur le plan rationnel, puisque, dissertant toujours là sur Khomeiny, il alla même jusqu’à l’appeler alors très hyperboliquement, dans cette même tribune, “le saint homme exilé à Paris“. Et pour cause : celui qui allait bientôt devenir l’un des pires tyrans du monde vivait alors, protégé par le président Valéry Giscard d’Estaing en personne, à Neauphle-le-Château, bourgade située dans la grande mais luxueuse banlieue parisienne !

Le voyage à Canossa (Téhéran) de Jean-Paul Sartre

Cette théocratie, matrice pseudo-religieuse du plus abominable des totalitarismes, où toute personne arbitrairement considérée comme “hérétique” risque la peine de mort (par lapidation ou pendaison), Michel Foucault ne fut toutefois pas, en ce temps-là, le seul des intellectuels français, loin de là, si on ajoute les très zélés maoïstes (tel Maurice Clavel, père idéologique des “nouveaux philosophes“) et autres soixante-huitards (style Daniel Cohn-Bendit), à la cautionner du haut de son incomparable prestige.

Ainsi, il n’est pas jusqu’à Jean-Paul Sartre lui-même qui ne fît carrément là, accompagné pour l’occasion de Simone de Beauvoir en personne, le voyage de Téhéran afin d’y aller soutenir publiquement, à grand renfort de publicité, ce barbu enturbanné au regard halluciné. Pour le moins paradoxal, au vu du bien peu enviable statut des femmes au sein de la République islamique d’Iran, de la part de l’historique auteur de ce véritable manifeste de l’émancipation féminine que fut, pour l’époque, le très avant-gardiste Deuxième sexe [6]) !

Si bien que, face à l’énormité de pareilles errances, Sartre, qui n’en était pas à une contradiction près, avait parfaitement raison de se demander, en son Plaidoyer pour les intellectuels, si “les intellectuels sont […] coupables“. Car, de la première à la Seconde Guerre mondiale, de l’avènement du communisme à la chute du mur de Berlin et de l’émergence du national-socialisme à l’hypothétique mort des idéologies selon Francis Fukuyama, ce n’est effectivement, à de très rares exceptions près, que d’une longue suite d’erreurs, les unes plus tragiques que les autres sur le plan humain, que les annales de l’intelligentsia française, toutes tendances philosophiques confondues et par-delà tout clivage politique, se voient, malheureusement, parcourues. Ce fut là, pour reprendre la très juste et adéquate formule de Max Weber dans son essai intitulé “Le savant et le politique [7], la dangereuse victoire de la seule “éthique de conviction” au détriment de la nécessaire “éthique de responsabilité” !

Raymond Aron avait vu juste

Ainsi sera-t-il particulièrement édifiant de relire, de ce point de vue-là, ce qu’en disait déjà dans les années cinquante, en son indépassable et encore très actuel Opium des intellectuels, cet esprit aussi libre qu’éclairé, en plus d’être d’une rare honnêteté intellectuelle, que fut l’immense Raymond Aron :

“Cherchant à expliquer l’attitude des intellectuels, impitoyables aux défaillances des démocraties, indulgents aux plus grands crimes, pourvu qu’ils soient commis au nom des bonnes doctrines, je rencontrai d’abord les mots sacrés : gauche, révolution, prolétariat. La critique de ces mythes m’amena à réfléchir sur le culte de l’Histoire, puis à m’interroger sur une catégorie sociale à laquelle les sociologues n’ont pas encore accordé l’attention qu’elle mérite : l’intelligentsia.”

Car force est de constater que ces lignes du très visionnaire Aron n’ont pas pris, hélas, une ride. Au contraire, si l’on considère la manière dont bon nombre de nos intellectuels en chambre, mais souvent les plus médiatisés au sein de l’Hexagone, ont pris fait et cause, sans discernement philosophique ni nuances conceptuelles, pour ce que l’air du temps baptisa un peu trop vite, de Tunis (Tunisie) à Tripoli (Libye), en passant par Le Caire (Égypte), du beau nom de “Printemps arabe” : sinistre prélude, en réalité, du plus rude des hivers islamistes… À l’instar, précisément, de ce qui se passa, à l’occasion de la Révolution islamique d’Iran, avec la très redoutable mainmise de ces épouvantables fous d’Allah, l’ayatollah Khomeiny en tête, sur cette grande civilisation que fut pourtant jadis la Perse, puis, de là, sur cette bande de terroristes et intégristes en tout genre que constituent à présent, au Liban, le Hezbollah et, en Palestine, le Hamas.

Car cette gigantesque menace d’ordre politico-idéologico-religieux, c’est l’Iran de Khomeiny qui en donna en effet là, avec la très paradoxale caution d’intellectuels aussi prestigieux que Sartre et Foucault, véritables monstres sacrés de l’intelligentsia française, la première et terrifiante impulsion : celle-là même qui, par cette monstruosité d’un autre âge, ne craint pas de mettre aujourd’hui notre monde moderne, sinon nos démocraties européennes, en péril !

Par Daniel Salvatore Schiffer


Daniel Salvatore Schiffer est philosophe et essayiste.
Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont « Philosophie du dandysme » (PUF, 2008), « Oscar Wilde » (Gallimard), « Folio Biographies », 2009), « Le Dandysme, dernier éclat d’héroïsme » (PUF, 2010), “Grandeur et misère des intellectuels – Histoire critique de l’intelligentsia du XXe siècle” (Ed. du Rocher), “La Philosophie d’Emmanuel Levinas – Métaphysique, esthétique, éthique” (PUF) et “Critique de la déraison pure – La faillite intellectuelle des ’nouveaux philosophes’ et de leurs épigones” (François Bourin Editeur”).

Notes

[1(1927

[2(1955)

[3(1961)

[4(1966)

[5(1969)

[6(1949

[7(1959)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*