Quand l’ombre est toujours parfaite !

Parmi toutes les expressions associées aux ombres en général et à la sienne en particulier, il y a en langue berbère celle-ci très peu connue qui dit : Ur illa wad yinin tili’s teț sexseṛ, littéralement pour “nul ne dira de son ombre qu’elle est amochée (abimée, mal faite … )” du fait que personne n’ose se critiquer, sachant bien pourtant que l’ombre fait toujours partie de la personne, la suit partout et n’est à juste terme que sa réflexion.

JPEG - 47 ko

Dire que sa propre projection est tordue, abîmée, moche, c’est dire la même chose de soi-même et donc se critiquer, chose qui, et au risque de jeter de l’huile sur le feu, semble bien être un paradoxe pour nous les Kabyles qui avons tous et comme chacun le sait, cette passion avec cet art inné d’émettre des critiques, souvent sans même attendre qu’on nous demande notre avis.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*