Recette pour soigner un coq homosexuel

Na dehvia Taverkante

Ce matin en donnant à manger à mes poules, j’ai décidé d’être : « un cheikh qui guérit l’homosexualité des coqs » Vous vous rappelez de mes deux coqs qui sont homos ? Crispy et Summer Snow ? Et bien, ce matin j’ai simplement ouvert le grand livre : « ihachkulen ad widitnikhedmen » (magie noire et ceux qui la pratiquent) tiré directement d’un paragraphe du nouveau livre, écrit par une éminente sorcière kabyle : Dehvia Taberkant, N’Tadart n’Tverkanine. A la page 345, paragraphe II, il y a :

« …Dans une situation ou l’homosexualité devient une perte et non un gain pour le bénéfice du… poulailler. C’est-à-dire : une forme stérile de beauté. Il faut prendre le coq passif, et cruellement l’égorger en l’orientant vers la Mecque, en prononçant cette phrase : « A rebbi a3zizen ! afked tiqit agui idamen, attughal a d’elhemla, a ttaglu ul as Mekka ! » (Oh Dieu ! Faites que cette goutte de sang devienne une inondation qui engloutit la Mecque), proverbe ancien kabyle.

Après cela, vous désossez certaines parties du coq et vous le laissez mariner dans 25 ml de Cognac et 20 cl de vin avec une abondance d’épices et vous attendez pendant deux jours …sans prononcer aucune phrase. Jusqu’à l’ivresse du coq. Le deuxième jour, vous retirez le coq en prononçant cette phrase : « at lohqed hein ? » (Tu es à point hein ?). Ancien rituel et incontournable phrase kabyle devant la viande. Chez les Kabyles, la viande est un dessert.

Après cette phrase, vous allez au poulailler pour constater l’évolution de l’autre coq homo. Vous seriez peut-être perplexe en constatant que le coq homo actif commence à monter des poules avec une expression de : « tiens ?! Je peux le faire aussi avec des poules » dans son regard de coq homo convertit. Ainsi se termine ce deuxième paragraphe du grand livre n’i-hachkulen par Na Dehvia Taverkant.

Moralité : il ne faut pas égorger ou désosser, mais simplement lui présenter les avantages d’une poule.

Hmimi O’Vrahem

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire