Recommandations de Khomeiny au sujet de la pédophilie, zoophilie etc.

Comme promis, nous vous mettons en ligne les recommandations de la « Lumière qui guide les hommes épris de justice. » La charia est basée sur le Coran, la tradition (sunna) comprenant les hadiths (actes et paroles de Mahomet), les déductions par analogie (qiyas) des théologiens-juristes pour ce qui n’était pas traité du temps de Mahomet et le consensus (idjmaa) établi au sein de la communauté. La charia s’applique intégralement ou partiellement dans certains pays islamiques (Iran, Soudan, Arabie Saoudite, Nigéria, etc.) Elle est la source essentielle de la loi dans tous les pays musulmans, à la seule exception de la Turquie (pour l’instant).

Voyons ensemble les recommandations, devenues lois en Iran, de l’ayatollah Khomeiny dont Bouteflika a dit « ce grand homme jalonné de hauts faits et son rôle prépondérant dans le triomphe de la révolution islamique. » Vous pouvez lire, en ligne, sur le site du ministère des Affaires étrangères de la République algérienne, l’éloge démesuré de Bouteflika au guide suprême de la révolution iranienne.

Le fait que l’Ayatollah Khomeyni soit membre du chiisme (branche minoritaire de l’islam), pour l’essentiel des prescriptions ci-dessous, n’est pas contraire aux diverses branches (sunnisme, chiisme, etc.) qui s’accordent très largement à ce sujet.

Alors que ceux qui se croient au-dessus de ce qui se dit ici parce qu’ils sont sunnites et non shiites, ravalent leurs commentaires qui vont dans ce sens. Il n’y a strictement aucune différence entre les sunnites et les shiites en ce qui concerne le plaisir sexuel pour un mâle musulman.

Important ! personnes sensibles, s’abstenir :

Le livre de Khomeiny est distribué et enseigné dans les écoles iraniennes pour « guider les hommes épris de justice. »

Ces textes ne sont pas à mettre entre toutes les mains, Il faut avoir le cœur bien accroché pour ne pas défaillir à la lecture des “conseils” prodigués par l’ayatollah Khomeiny.

Extraits du Petit Livre Vert « Tahrirolvasyleh«  [1] :

En ce qui concerne le plaisir sexuel de l’homme et l’âge de ses partenaires

L’homme peut avoir un plaisir sexuel avec un enfant, de sexe féminin aussi jeune qu’un bébé. Cependant, il ne doit pas pénétrer par devant, mais le sodomiser.

– Si l’homme pénètre l’hymen et cause des dégâts, alors il devra être responsable de la fillette toute sa vie.

– Celle-ci, cependant, ne compte pas comme une de ses quatre femmes permanentes. L’homme, par contre, ne peut pas épouser sa sœur.

La femme dont les neuf ans ne sont pas révolus, et la femme ménopausée, peuvent se remarier tout de suite après le divorce, sans attendre les cent jours habituellement obligatoires.

– Si la femme qui n’a pas neuf ans révolus, ou qui n’est pas ménopausée, se marie temporairement, elle doit à la fin du contrat ou quand le mari l’en a exemptée d’une partie attendre deux périodes de règles ou quarante-cinq jours pour se remarier.

– Regarder le visage et la chevelure d’une fille impubère, si ce n’est pas dans l’intention de chercher du plaisir, et si on ne craint pas de succomber à la tentation, peut être toléré. Il est pourtant recommandé de s’abstenir de regarder son ventre et ses cuisses qui doivent être couverts.

– Il est préférable pour une fille d’être mariée à temps pour qu’elle entame sa première menstruation dans la maison de son mari plutôt que celle de son père. Un tel père qui donne en mariage une fille aussi jeune aura une place permanente au paradis.

Voici quelques conseils [2] sur La zoophilie, préoccupation majeure de l’ayatollah Khomeiny (certainement zoophile, car il semble bien connaître le sujet).

_ – L’homme peut avoir des rapports sexuels avec des animaux tels que les moutons, les boeufs, les chevaux, les ânes, les mulets, les chameaux etc. Cependant il doit égorger l’animal après avoir eu son orgasme. Il ne doit pas vendre la viande aux gens de son village ou de sa ville, mais en dehors de la ville ou du village où l’animal a été sodomisé.

– La viande de cheval, de mulet et d’âne n’est pas recommandée. Elle est strictement défendue si l’animal a été sodomisé de son vivant par un homme. Dans ce cas, il faut emmener l’animal hors de la ville et le vendre.

– La chair de tout animal sauvage ou domestique, reconnu pur par la religion musulmane, peut être mangée à condition que cet animal ait été abattu selon les rites musulmans. Mais si l’animal a été possédé sexuellement de son vivant par un homme, de façon normale ou sodomique, ou s’il avait l’habitude de manger des excréments, sa viande ne peut pas être mangée après l’abattage, sauf s’il a été purifié avant sa mort selon les procédés islamiques. [3]

– Si on commet un acte de sodomie avec le bœuf, le mouton ou le chameau, leur urine et leurs excréments deviennent impurs, et leur lait [4] même n’est plus consommable. Il faut alors tuer l’animal au plus vite et le brûler, et en faire payer le prix au propriétaire par celui qui l’a sodomisé.

Nous souhaitons que l’obscurantisme de l’islam fasse place à la lumière. En mettant ces articles en ligne, nous espérons éclairer les musulmans qui se fourvoient en suivant un dogme contraire à toute raison.

Kabyliste

Notes

[1] (quatrième volume, Darol Orm, Gom, Iran, 1990)

[2] tirés du Petit livre vert, Proverbes d’Ayatollah Khomeiny, (Politique, Phylosophica, Social et Religieux, page 47)

[3] Je suis curieux de savoir quelle est la façon « normale » de posséder sexuellement un animal

[4] depuis quand ces animaux produisent-ils du lait ? un miracle ou un mirage de l’imam ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*