A lire

La Religion de ma mère

À lire (Kabyles.com) —Après les succès de sa tournée l’année dernière, en Kabylie et à Alger, laquelle a drainé un public nombreux, l’écrivain Karim Akouche repart ce mois de mars pour entamer une série de […]

Chronique

Dérive d’El khabar : le journal arabe antikabyle et antisémite

Je suis trop libre pour obéir à qui que ce soit. L’écrivain ne doit pas écrire pour plaire. Il ne doit surtout pas avoir peur de déplaire. Il doit jouir totalement de la liberté que lui procurent sa plume, la solitude, la paix des forêts. Il ne doit obéir à personne, sauf à ses mots, à sa musique intérieure, à son intuition, à ses révoltes. Son métier est d’esquisser les contours vagues de l’être. Son rôle est de déchirer le voile du silence. Son art est de composer la complainte de ses longues nuits blanches ou obscures. L’écrivain est un agitateur des mots. Il est le gardien de la libre pensée. Rien ni personne ne peut le faire taire. […]