Toutes mes excuses à tous ceux que j’ai critiqués

Je me suis trompé

Ça y est, je l’ai compris, tardivement, c’est vrai, mais je l’ai compris quand même. Mea culpa. Stafir llah. J’ai été trompé par mes mauvaises fréquentations, trompé par mon orgueil et ma frustration, j’ai été aveuglé par ma haine et ma jalousie envers des personnes nobles et qui devraient être ma fierté n’était-ce ma névrose…

Peu importe, le plus important, n’est-ce pas, n’est-il pas que je sois enfin redevenu raisonnable et surtout, tout en demandant des excuses sincères à ceux que j’ai offensés et qui me dépassent, en fin de compte, dans tous les domaines, je déclare solennellement, ici, que j’ai décidé de reprendre à aimer, à nouveau, mon pays, ses autorités, ses artistes, ses animaux disparus et ceux qui sont en voie, ses hommes politiques toute tendance confondue, ses haraga, ses juges, ses policiers et ses gendarmes, ses repentis comme moi qui ont compris que la patrie c’est sacrée, j’ai décidé d’aimer les gens de ce pays, son peuple car, j’ai enfin compris ce peuple.

J’ai enfin compris que les gens ont envie de se défouler. Les gens ont envie de s’offrir quelques petits moments de joie et de liesse. Les gens sont fatigués de tous les problèmes qui leur tombent sur la tête depuis des années, ils ont donc besoin, légitimement, de moments d’évasion, ils ont besoin de vivre des festivals de danse et de chant. Peu importe si la culture est morte le reste de l’année, que la liberté d’expression soit ajournée, jusqu’à nouvel ordre, et peu importe qu’on ajoute systématiquement sur les affiches de ces festivals, le qualificatif « arabe ». Peu importe que des milliards se volatilisent pendant que nous écoutions un récital d’une chanteuse libanaise, suivi d’un cheb puis d’un Lounis.

Les gens, sachez-le, ont envie de voir un match de foot sans se soucier d’autres choses que de l’ambiance et de l’attente d’une victoire pour laisser enfin exploser la joie collective. Les gens, après tant d’années de stress, de répression aveugle, de barbarie intégriste, de dictature, de corruption, de détournements, d’injustices, de mépris, de cherté de la vie, de chômage, de crise de logement, d’hôpitaux devenus des mouroirs…

Les gens, dans ce pays, que tout le monde a envie de fuir, ont besoin et ont envie de voir un match de foot sans se soucier que cette équipe joue pour une identité qui n’est pas la leur, sans vouloir se soucier que Bouteflika et son clan récupéreront, pour sûr, cette victoire et manipuleront cette liesse pour un usage politicien ultérieur… Notamment pour décréter l’amnistie générale qui lavera définitivement les violeurs de fillettes, les égorgeurs de jeunes filles, les charcuteurs des ventres de femmes enceintes, les assassins de l’élite, les auteurs des massacres collectifs, les « fracasseurs » de têtes de bébés… et les voleurs de l’argent du pétrole.

Le peuple n’a pas envie de penser à ça, il veut voir un match et espérer une victoire tout en ne prêtant aucune attention au fait que le pays va droit dans le mur, que Bouteflika junior sera le prochain président qui succédera à Bouteflika 1er.

Ce peuple vaillant mais fatigué a besoin de frissonner pour “les verts” mêmes si « le jaune » sera banni à chaque prestation de ces “vers” d’une terre qui fut une contrée « barbare » certes, mais cela n’est pas important ; le football concourant à ressasser que cette terre est depuis 14 siècles celle des Bédouins, maâliche ya sidi. On a envie d’oublier tout, on a envie d’entamer une nouvelle étape qui sera faite de bonheur, même si des Lounis, des Belaïd, des Karim… ne chantent plus que pour s’enrichir. L’essentiel pour nous, c’est qu’ils supportent, eux aussi, notre équipe nationale à travers leur disponibilité envers les hautes autorités grâce à qui, notre équipe nationale qui ne dispose ni d’un terrain, ni de moyens de récup, ni d’un championnat, ni d’écoles de formation, mais dont les joueurs sont quand même chouchoutés, en plus de leurs salaires et récompenses, nos “soloutates” leur offrent une prime supplémentaire de 8.000 euros pour chaque joueur après chaque match !

Que nos autorités en soient remerciées, ici, pour leur générosité par laquelle elles puisent dans notre argent pour galvaniser nos coqueluches du foot, on s’en fout de tout ça, on se fout aussi que ces euros soient donc puisés dans l’argent du contribuable, du peuple sans aucune autorisation et sans aucune possibilité de contrôle ni de demander des comptes à personne, mais bon, le plus important pour nous c’est de voir un match de foot tout en ayant une pensée pour nos “frères” d’Egypte qui doivent être morts de jalousie et pour quelques rats jaloux de ce bonheur que le peuple a enfin envie de s’offrir malgré tout et malgré ces rongeurs d’égouts qui dénigrent et critiquent tous ceux qui essayent de rendre ce bonheur visible. On s’en fout et on veut pas y penser que l’argent du peuple soit dilapidé, que rien ne fonctionne dans ce bled, que les traîtres soient devenus fréquentables et même adulés, on s’en fout que la corruption soit élevée au rang de culture nationale, on s’en fout que la médiocrité règne en maître absolu et que nos enfants hériteront d’un enfer, on a juste envie, yarhem waldikoum, de nous mettre devant le petit écran, enfants, adultes, artistes, politiciens, élus, femmes, petits, grands, gros, maigres… mais unis dans notre amnésie et derrière Bouteflika… euh, pardon, je veux dire, derrière notre chère équipe nationale. Retour ligne automatique
Tahya El Djazaïr !

Allas Di Tlelli (alias Halim Akli)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*