Un laïque à cœur ouvert (7)

Terrorisme et dogmes islamiques

Dans les nations européennes des tribunaux d’arbitrage religieux musulmans existent en Angleterre et prochainement en Écosse. En Grèce la charia est appliquée en Thrace. En France une fatwa a été proclamée lors des émeutes de 2005, au Danemark au début de cette année, des émeutes ont eu lieu et des imams y ramenaient le calme. Ce fut aussi le cas en Hollande. L’Organisation de la conférence Islamique veut criminaliser la critique de l’islam et l’un de ses personnages influent le Premier ministre Badawi avait demandé, il y a quelques mois, à ce que les musulmans en Angleterre puissent vivre sous la charia. Retour ligne automatique
Comment regardes-tu l’autre rive de la méditerranée et quelle est ta réaction quand on dit que le terrorisme n’a rien à voir avec les dogmes islamiques ?

Halim AKLI : Pas plus loin qu’en septembre dernier, je n’étais pas le seul à découvrir effaré une scène qui, une décennie auparavant, relevait de l’inconcevable ; un Français né en France, d’origine nord-africaine, débarque de l’Hexagone, portant une barbe hirsute, un khamis et s’exprimant dans un français à l’accent provincial, faisait le prédicateur en s’approchant systématiquement de chaque groupe de jeunes rencontrés au hasard de « sa mission ». Beaucoup de citoyens ayant constaté ces faits n’ont pas manqué d’exprimer leur surprise et j’avais entendu certains se dire : « Qui l’aurait cru ! Avant, ils (les fanatiques sermonneurs) arrivaient d’Orient et d’Afghanistan et ils rasaient les murs quand il s’adonnait à leur prosélytisme. Aujourd’hui, c’est la France qui devient exportatrice de l’islamisme !!! ». Ce sentiment, à la fois de déception et d’incompréhension, est largement partagé par beaucoup de personnes d’ici qui ont toujours cru à ces valeurs de liberté, de développement et d’émancipation propre aux sociétés du vieux continent et plus particulièrement de la France. En d’autre termes, il y’a de cela quelques années, quand une personne arrivait d’Europe, les gens tentaient de s’en approcher afin de s’imprégner de l’évolution technologique et des libertés qui y règnent, assouvissant du coup leur curiosité cognitive et leur grande frustration du fait d’une absence totale de liberté et d’un sous-développement chronique qui s’est durablement installé chez eux. Autre temps, autre mœurs, les citoyens d’Afrique du nord sont étonnés du degré de régression intellectuelle et humaine qu’ils constatent chez une bonne partie des jeunes nord-africains naturalisés, voire européens de souche, qui débarquent chaque année dans leurs hameaux. Ainsi, alors que le charlatanisme et autres pratiques archaïques marquent, plus ou moins, le pas, chez eux, celles-ci retrouvent carrément une autre vie chez ces européens « tiers-mondistes ». Quand les islamistes s’y font, plus ou moins, discrets, on découvre, en boucles, des quartiers entiers de barbus et de femmes tchadorisées en France, à Londres et ailleurs ! Ceci est l’impression générale qui prévaut parmi les miens. En ce qui me concerne, je suis moins surpris ; pour tout vous dire, je crains le pire. Et pour cause : à la mi-septembre, deux jeunes sœurs anglaises, d’origines kabyles, intelligentes, militantes des droits des femmes et émancipées, sont sauvagement assassinées à Londres par un individu que la presse londonienne et la Scotland Yard avaient tenu à présenter comme un ex petit ami de l’une d’elles en évitant de révéler son origine moyen-orientale. Les procédés du crime semblables, à bien des égards, à ceux des GIA, n’ont rien à voir avec un crime passionnel. Pour autant, le Royaume Uni a décidé de fermer les yeux sur le caractère « religieux et politique » de l’acte. Le Londonistan n’est pas une vue de l’esprit, il est en train de se réaliser doucement. Vous avez évoqué les tribunaux d’arbitrage religieux musulmans qui y sévissent mais c’est loin d’être l’unique transgression à la loi et à la dignité humaine que l’ignorance de la nature de ce fléau par les autorités anglaises, aura permis jusque là. Les algériens gardent encore en mémoire que, durant les années 90, les fonds destinés aux terroristes algériens se récoltaient, sous le regard amusé des policiers de sa majesté, sur les places de Londres et d’autres villes du royaume. Pire encore, l’organe central du GIA, « Al Ansar » y était publié des années durant en toute impunité. Salman Rushdie vit persécuté en pleine capitale anglaise. Le plan du futur stade olympique londonien a d’ores et déjà réservé un espace de prière et des sanitaires pour les musulmans ! Les intégristes crient déjà victoire devant autant de compromissions et de désinvoltures des autorités britanniques qui croient, à tort, faire face à une religion ou à une communauté culturelle et arriver, par de tels procédés à apprivoiser une idéologie liberticide, fasciste qu’est le dogme islamique qui porte en lui les germes de la violence et du crime. Cette situation est certes, moins intense dans les autres pays d’Europe mais, n’est-ce pas qu’étant dans une logique de conquistadors, les islamistes considèrent que chaque pays est une spécificité qui appelle une islamisation appropriée, car, au demeurant, les européens doivent se rendre compte que l’internationale islamiste est convaincue d’arriver à islamiser toute l’Europe en exploitant les défaillances de ses lois et les connivences de ses dirigeants. Quand le mégalomane Kadhafi prédisait récemment une islamisation totale de Bruxelles dans quelques années, certains crédules des sphères dirigeantes en Europe en avaient tout simplement ri.

Qu’on se détrompe, le propos qui va suivre n’est pas un clin d’œil aux socialistes français qui n’ont pas manqué de zèle lorsqu’ils étaient de précieux soutiens aux terroristes islamistes qui sévissaient en Algérie, notamment par une offensante amplification du funeste « Qui tue qui ? » qui s’est révélé en fin de compte un pur produit de la propagande terroriste elle-même. Comme ailleurs en Europe, la France n’a pas dérogé à la règle, puisque la même démarche ; empreinte de confusion et de conciliation implicite propre au capitalisme ambiant, y est adoptée vis-à-vis du fascisme vert. Vous avez raison d’évoquer le cas des émeutes qui ont eu lieu au début de cette année au Danemark et qui ont vu des imams intervenir pour ramener le calme. N’est-ce pas un exemple frappant de cette incroyable similarité entre les actions des dirigeants européens dans le traitement de la question islamiste ? Je vous rappelle que Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, n’avait pas fait mieux puisqu’il avait, lui aussi, convoqué l’islam pour pacifier les banlieues. Ainsi, de dérive en bouleversement, de reniement en capitulation, la France officielle aura foulé au pied Jules Ferry, Condorcet, Jaurès, Aristide Briand, Gambetta, Maurice Allard, Paul Bert, Maria Deraismes … ainsi que ce qu’elle a produit de plus éblouissant, à savoir la loi du 09 décembre 1905. Sarkozy vient de révéler qu’une centaine d’imams sont ramenés d’Algérie, pour la seule année en cours, pour prêcher dans les mosquées de France. Il trompe énormément l’opinion en affirmant avoir établi des critères qui auraient présidé au choix de ces imams qui seraient respectueux des lois françaises, car, pour ma part, je peux affirmer que je connais au moins un cas où l’un de ces imams que le contribuable français paye, est un intégriste notoire ayant fait l’objet de mise en garde de la part de la police algérienne au milieu des années 90 et ce, pour activités subversives de soutien au terrorisme…

Ce que fait depuis quelques temps la psychanalyste américaine d’origine Syrienne Wafa Soltan et bien d’autres encore comme Taslima Nasreen et l’auteur égyptienne de l’œuvre « Dieu présente sa démission » jugée blasphématoire et condamnée à mort par les « frères musulmans », Nawal El-Sadaoui en l’occurrence, à savoir la sensibilisation des Occidentaux contre le péril islamiste qui guette leurs pays et partant, sur le retour du religieux dans l’espace public et institutionnel, est doublement important. Cela démontre que l’islamisme, n’ayant plus pignon sur rue dans certains pays dits musulmans où sa nature abjecte y est désormais établie, a jeté son dévolu sur une Europe crédule, complètement désorientée et extrêmement vulnérable. Par ailleurs et contrairement aux spéculateurs qui leur reprocheraient de se soucier du salut de l’Occident alors que leurs pays d’origines survivent sous la domination de dictatures militaires plus ou moins empreintes de religiosité, ces élites ont compris en fait qu’en sauvant les grandes démocraties, c’est la paix dans le monde qui en sortira grandie. Cela passera par la réaffirmation de la laïcité et le rassemblement de tous les laïques qui doivent plus que jamais comprendre la nécessité d’ouvrir un deuxième front de solidarité inter laïques dans le monde pour ne plus rester prisonniers de considérations restreintes propres à chaque État ; encore une fois, le péril étant de nature cosmopolite. C’est vous dire qu’en regardant vers le nord de la méditerranée, j’ai plus d’appréhensions que de quiétude.

A suivreRetour ligne manuel
Entretien réalisé par Youri K.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*