Un siècle pour Sœur Cécilia Bergeron

Amie de la Kabylie

 Montréal ( Kabyles.com) —Samedi le 20 août 2016, entre 13h à 16h, a eu la célébration du centième anniversaire de Sœur Cécilia Bergeron au restaurant La Molisana sis au 1014, rue Fleury Est, à Montréal Nord. Une centaine de personnes dont cinq générations de sa famille, des amis, des membres de la communauté chrétienne, l’écrivain Karim Akouche et plusieurs autres Kabyles, l’auteur et militante féministe et laïque Djemila Benhabib sont venus fêter la générosité et l’humilité de cette grande dame qui est une amie de tous les peuples particulièrement les peuples opprimés, en l’occurrence le peuple kabyle. Sœur Cécilia était l’institutrice de plusieurs Kabyles dont la chanteuse Malika Domrane. Cette dernière lui rendait visite à chacun de ses passages à Montréal.

Pensant bien faire, les organisateurs  de l’anniversaire de Sœur Cécilia Bergeron ont convié officiellement le consul d’Algérie de Montréal à l’événement, lequel a décliné. Les raisons du refus, un double « crime » : l’hommage a été rendu à une chrétienne qui porte dans son cœur la Kabylie. De plus,  l’article 2 de la Constitution algérienne stipule que l’Islam est la religion de l’État. L’hostilité, l’ingratitude et l’intégrisme du régime algérien  ne datent pas d’aujourd’hui.

Sœur Cécilia a bouclé ses 100 ans!  Gâteau géant confectionné spécialement par un pâtissier qui s’est inspiré du parcours et des voyages de Sœur Cécilia (quatre parties : Kabylie, Québec, la famille Bergeron et le monde). Pizza et boissons. Sœur Cécilia, un peu diminuée, mais heureuse, était assise  dans un fauteuil roulant. Une belle dame avec un grand cœur, un beau sourire et un regard gracieux.C’est un jour émouvant et spéciale pour cette femme altruiste  et humaniste et pour tous ceux et celles qui ont pris part à cette commémoration.

Dans une ambiance amicale et fraternelle, les convives ont été invités à la projection d’un documentaire sur la vie et le parcours de Sœur Cécilia : entrevue réalisée en 2013 par Saliha Abdenbi, montage de photographies prises en Afrique et  en Kabylie. Notamment des témoignages de ses amis et des membres de sa famille. Ensuite il a eu une prise de paroles par les proches et les  amis  souhaitant éminemment à la centenaire un joyeux anniversaire.

Soeur Cécila Bergeron  parle le  kabyle, une langue qu’elle aime bien comme  l’amour profond qu’elle ressent pour cette Kabylie qui l’a abritée presque une trentaine d’années. La robe kabyle lui va à merveille et  à chaque occasion elle exprime  son attachement particulier envers le peuple kabyle, la Kabylie et la langue kabyle.

Cécilia Bergeron est née le 18 août 1916 à Saguenay Lac-Saint-Jean (Québec), Canada. Titulaire du Diplôme supérieur de l’Instruction publique du Québec, en 1945, elle a pris le bateau Argentina à New York pour traverser d’abord l’Atlantique pour se rendre en France ensuite la Méditerranée pour porter ses pas en Kabylie ou elle s’est installée jusqu’à 1973. Elle a participé aux activités de La Ruche de Kabylie, fondée en 1937 par des sœurs missionnaires. Offrir aux filles de la Kabylie une scolarité et l’apprentissage de certains métiers  étaient quelques-unes des  missions principales de ce mouvement des Sœurs blanches. Soeur Cécilia Bergeron a quitté, à perpétuelle demeure, l’Algérie en 1994.

13466025_891809617615113_3518215003512773394_n

Cécilia Bergeron sur son vélo

Boualem Afir.

4 Commentaires

  1. barkakun chyata svp , vous avez oublié les massacres perpetrés par la france coloniale.
    moi je n’adhere a aucune religion, car je nai jamais vu dieu de ma vie. s’il est present et il doit etre present et nous envoyer des signaux, somme nous aveugles peut etre, ou sont elles des coincidences.

    • L’article n’a à aucun moment fait éloge à aucune religion et cette dame n’a fait aucun mal en Kabylie ni en Algérie. Si tu te permets à me dire barka chyata je te dirais ahvasse assarwethe. C’est une Canadienne qui a passé toute sa vie avec le petit peuple et elle n’a rien à voir avec l’armée française ni avec le colonialisme. Je sais que tu es capable de mettre fin à tes délires en te réveillant car tes ennemis sont au pouvoir en ce moment. Merci.

      • merci pour la reponse respectable . j’ai juste voulu dire que les missionnaire etaient probablement financé par le gouvernment colonial ou au moins encouragé . je ne parle pas de la damme elle meme qui n »essayait que de faire du bien au nom de Dieu , et y’en a jusqua maintenant heureusement.
        ennemi des kabyles, il y’en a et sont kabyles et autres, mais je veux dire , les kabyles et je dirais les berberes en general ne s’entendent jamais , ils se traissent et sont facilment corruptibles meme si au debut ils parraissent com des anges . il faut trouver un system qui reduit la corruption et l’aneantisse . il faut une revolution des idees.

        • « Les missionnaire étaient probablement financé par le gouvernement colonial »
          Sans doute mais tout de même bien moins que Saint Augustin par le Vatican…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*