Viva le GPK ! Viva l’Anavad ! Viva le Mak !

Nous sommes en joie. Joie que nous partageons, nous en sommes sûres, avec tous les Kabyles.

Nous sommes enfin gouvernés et par quel gouvernement ! Compétent, judicieux, éclairé, stratège, nous faisons l’envie de beaucoup de peuples mal gouvernés.

Nous sommes d’autant plus contentes que la manière dont s’est créé ce gouvernement est originale et mérite d’être brevetée. Nous espérons que cela servira désormais de modèle dans le monde lequel s’entête à accoucher de gouvernements dans la difficulté et parfois la douleur (il faut une assise populaire, des élections, des referendums et tutti quanti).

Notre méthode est simple, rapide et efficace. Il suffit qu’une personne le veuille et le décide et hop ! C’est fait… c’est cela un accès démocratisé à l’investiture présidentielle, non ?

En tout cas, nous sommes très fières de notre président et beaucoup de pays veulent en avoir un semblable. D’autant qu’il a plein de solutions dans son sac pour résoudre les problèmes du monde entier.

Il faut dire qu’il n’est pas tout seul pour assumer cette noble tâche. Il est entouré d’une équipe brillante qui force l’admiration avec une mention spéciale pour Mohamed Lalili alias Firman et plein d’autres petits noms, sa modestie naturelle lui interdisant de se mettre en avant. Ce monsieur gagne à être connu. Éduqué, pétri de valeurs kabyles et universelles, d’une haute moralité, il est à l’écoute de tout ce qui se dit et se fait. Et quel répondant ! A chaque situation, le mot qu’il faut, un langage délicat et une hauteur de vue impressionnante qui fait honneur au MAK et au GPK. Doté d’une grande capacité d’écoute, il a un énorme respect pour les femmes auxquelles il voue une grande sollicitude.

Oui bien sûr, on a ouï dire qu’il avait eu un geste qualifié de violent par des esprits chagrins sur une jeune fille du milieu associatif qui a osée (quelle impudence !) critiquer les velléités hégémoniques du MAK et du GPK. Convenez avec nous qu’il y a lieu d’en perdre la parole et de passer à l’action !

Nous appelons à ce que soit érigée une stèle, dans la future capitale de la Kabylie, pour honorer ces hommes de valeur et sur laquelle on inscrira « aux grands hommes, la patrie reconnaissante »

En attendant cet hommage, Tahya Berzidan !

Des femmes reconnaissantes

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*