Chronique

Arrêtez votre hypocrisie

N’avez-vous pas remarqué que tous ceux qui fuient la Kabylie vous sortent le même discours autant rempli d’hypocrisie que de malhonnêteté et de vice. Regardez-les tels des perroquets chanter et rabâcher le même refrain mensonger : Lgharva tew3ar (vivre à l’étranger c’est très dur).

C’est dur, dur ces pays qui vous donnent les euros avec lesquels vous construisez vos villas au bled. Vous savez, ces villas de vacances que vous n’habiterez jamais, car le jour où vous allez rentrer au pays « tant aimé », ce sera dans un cercueil. N’est-ce pas ?

Je sais, la vie n’est pas toujours facile en Europe, ce n’est pas l’eldorado, mais là-bas, il y tout de même de la vie, de l’humanité. Alors qu’en Kabylie… c’est la mort.

Chanteurs, politiciens ou simples citoyens, ils vous chantent des mensonges. Si comme disait Zdekk, dans sa chanson débile « am imeslav », ceux qui sont à l’étranger vivent dans « l’effroi, le froid et le malheur », jusqu’à « faire trembler de peine le cœur de leurs ennemis », pourquoi alors ne rentrent-ils pas chez eux en Kabylie ? Pourquoi risquer sa vie, abandonner parfois enfants, famille, père et mère pour aller vivre, selon vous, dans « ces pays de merde » que sont la France et le Canada ?

Je vais vous dire la vérité. Ils vous mentent. Ils sont le fruit de leur société putride. En résumé, ils ne veulent tout simplement pas que vous preniez conscience qu’un autre mode de vie existe. Ils veulent vous maintenir dans l’archaïsme et le sous-développement. Ils vous cachent cet autre monde, cet autre univers. C’est pour cela qu’ils prêchent pour un mode de vie primate tandis qu’ils vivent pénards à Paris ou ailleurs. Admirez leurs enfants qui vivent là-bas, dites-moi juste comment ils sont habillés. En burnous et robe kabyle peut-être ?

Leurs enfants font de l’équitation, de la piscine, de l’escrime, du camping et plein d’autres activités, à l’heur’ où leurs parents vous vendent l’image d’une Kabylie « authentique » où vos enfants iront, à dos d’ânes, travailler dans des champs, comme leurs ancêtres. Rions ensemble, comme dirait l’autre ! Regardez par exemple leurs filles : en France, elles mènent un train de vie à l’occidentale. Elles sortent, s’habillent comme elles veulent et vivent souvent seules ou avec leur copain. Eh oui. Mais… dès qu’elles viennent en vacances en Kabylie, leurs parents leur interdisent même de sortir dehors. Vous voyez ? Je vous le répète : ils ne veulent pas que vous preniez connaissance de l’existence du monde civilisé.

Ces gens veulent que vous demeuriez des primates. Ce n’est que triste vérité.

Je vomis les hypocrites.

Tous mes respects aux gens sincères, tous ces jeunes qui vivent en Europe mais qui s’assument en Kabylie et qui veulent pousser notre pays vers le haut. C’est très courageux d’être honnête quand on fait partie d’un peuple de tartufes.

Djafar Khenane

 

Topics