Chronique

Héritage idéologique kabyle, un cadeau empoisonné

On sait tous qu’au football ; un défenseur ne peut pas prendre la place d’un attaquant. Il en est de même en politique. Un politicien qui se revendique de gauche, de par sa vision du monde, ne peut rien construire, encore moins une Nation. Un gauchiste c’est d’abord et avant tout un individu qui ne croit pas en la conception d’un État, qui prône pour valeurs fondamentales le progressisme et l’égalitarisme. L’idéologie de gauche est basée sur l’utopie et l’illusion. Elle dénaturalise l’homme des principes qu’il a acquis au fil de son évolution et favorise une société utopique plutôt qu’une réalité de justice.

Selon un gauchiste toutes les Nations se valent et doivent vivre ensemble. Elles peuvent même se mélanger. Le gauchiste est un individu qui rêve d’un monde sans frontières. Un monde où il n’y aurait ni ethnies différentes, ni rang social, ni Nation, ni sexe, oui, le gauchiste renie l’existence de la nation.

L’heure est à l’histoire. Depuis l’époque du MCB et même bien avant, nos élites kabyles sont les produits de la même idéologie dominante de l’époque qui est le communisme. La triste réalité est que tous nos aînés sont des gauchos, farouches opposants de l’ordre établi et progressistes dans l’âme. Ils sont un condensé de tout ce qui pourrait nuire au bien d’une Nation. Ces gens se disent souvent progressistes, civilisés, impartiaux. Moi, je n’y vois qu’obscurantisme, décadence et fanatisme, comment voulez-vous qu’ils construisent une Nation ? Alors oui il faut reconnaître qu’ils furent le bouclier qui nous a protégés, que c’est, un peu, grâce à leurs efforts que notre identité a survécu, mais l’heure n’est plus à la survie. Notre identité doit s’émanciper et posséder un territoire où le Kabyle pourra vivre. Pour vivre on doit plus se défendre, merci d’avoir pris le bouclier, à notre tour de prendre le glaive, et d’attaquer.

Le gauchisme n’est plus vraiment ce mouvement politique révolutionnaire ou nos élites ont fait leurs armes autrefois. Chez nous, en Kabylie, il n’a rien à voir avec un projet politique. Aujourd’hui c’est plutôt un groupe humain qui représente les enfants d’une minorité, qui a relativement honte de sa situation. Pour les gauchistes la culture des autres est fantastique et la leur merdique. Quand on aime l’autre plus que soi, on se tue. C’est du masochisme pour se donner bonne conscience. Si vous voulez disparaître très bien ça vous regarde, mais ne l’imposez pas aux autres.

Mariem Taalbi

 

About the author

Mariem Taalbi

Add Comment

Click here to post a comment

Topics

<