Chronique

Hirak, cet autre nom de l’antikabylisme

Analysons ce qui se passe dans les rues algériennes. Oublions un instant les revendications des Kabyles. Mettons de côté les plaisantins, les clowns, les dragueurs, toute cette catégorie de marcheurs dont la conscience politique n’est limitée qu’à deux ou trois slogans pourris sortis des stades.

Que remarquons-nous ? Les slogans politiques convergent tous vers un seul sens : « combattre les Kabyles au pouvoir. Ces Kabyles, enfant de la France, qui ont empêché l’Algérie de vivre pleinement son arabité ».

D’ici peu de temps, épuisés, car sans véritable conviction ou conscience politique, les plaisantins vont tous finir par rentrer à la maison. Et les rues seront aux mains des arabistes islamistes convaincus de leur projet politique.

Dans son fond, cette révolution est profondément anti-Kabyles. Elle ne dit pas encore son nom, mais vous allez voir. J’espère me tromper…

Les Kabyles ne comprennent toujours pas qu’ils sont une minorité. Un peuple. Un peuple dont les bourreaux sont les héros des Algériens. Tous les Algériens se sentent arabes et musulmans. En cas de réelle démocratie en Algérie, les Kabyles en subiront les terribles conséquences. Comme toujours. La démocratie, c’est la dictature de la majorité.

Djafar Khenane 

 

 

About the author

Kamel

4 Comments

Click here to post a comment

  • L’Algérie est une prison où les kabyles veulent s’en évader.
    L’Algérie est une prison où les prisonniers (Toufik, louisa Hanoune, Saïd Bey …) sont arrêtés, écroués dans cette même prison.
    L’Algérie est une prison où son drapeau est un patrimoine de la Kabylie sic dit son Président maître chanteur – on n’est pas prêt de s’évader, hirak (?).

    L’Algérie n’est qu’une Prison à cinq étoiles, mon Général.

  • Je ne crois pas une minute que les manifestions étaient spontanées ! Il n’aurait jamais eu de Hirak si la Kabylie n’avait pas demander auparavant son autonomie ou l’indépendance.Tout est manigancé par le pouvoir de manière à devancer l’éventuel soulèvement Amazigh en général et Kabyle en particulier.
    Le pouvoir a besoin de l’adhésion des arabophones à sa vision arabo-islamique de l’angerie de demain. Certes il a pris des risques lesquels il est en train de gérer tant bien que mal.Tout ce qui arrive actuellement ne sont que comédies ,pièces théâtrales et diversion de tous genre afin d’amuser la galerie.

    • Tout à fait AGELLID pour la pièce de théâtre où galerie est l’anagramme de algerie.
      « Tout est manigancé par le pouvoir », c’est qui ce pouvoir? C’est Khalida Toumi qui revient par opportunisme après avoir bâti des châteaux en Espagne. C’est Toufik? C’est Notre cher Président qui scie la branche dont il est issu. C’est une patate chaude qui ne demande qu’à refroidir? C’est,

      C’est du game over trône à épisodes où 200 million d’algériens défient le système.

      NB: 200 million c’est le vrai chiffre, si, si.

Topics