Chronique

Impact de la langue française sur la cause kabyle

Beaucoup de personnes s’interrogent et me demandent pourquoi je me mêle de ce qui se passe en Europe, particulièrement en France. Car tout simplement notre avenir idéologique dépend de la France, et ce, à cause d’un lien que je vais tenter d’expliquer.

Pour certains, la langue est un moyen de communication. Pour d’autres, un système évolutif de signes linguistiques, vocaux, graphiques et/ou gestuels. Pour moi, la langue est tout simplement l’âme d’un peuple. Nous avons hérité de la langue française que certains ont qualifiée de « butin de guerre », mais hélas, dans la vie, comme on le sait, tout est binaire : cette langue française qui nous a permis de connaître nos origines, pour reprendre les mots de Matoub Lounès, a aussi un impact négatif sur notre société et surtout sur le nationalisme kabyle.

Les tribuns du kabylisme, y compris moi, sont tous francophones, et comme les psycholinguistes l’affirment : « C’est la langue qui construit la pensée, et non la pensée qui construit la langue ». Ce qui explique la différence comportementale flagrante entre les francophones et les arabophones, entre ceux qui lisent Liberté et ceux qui lisent El Nahar. Ceux qui baignent dans la francophonie ont fini inconsciemment par développer un lien direct, un véritable cordon ombilical, avec le berceau de la francophonie, la France.

Idéologiquement, ils se sont attachés à la France, mais à quelle France ? À la France mondialiste d’aujourd’hui ! À cette France qui affirme que le souverainisme c’est le déclinisme ; à cette France qui discrimine ses propres enfants ; à cette France qui assimile l’amour de la patrie au fascisme…

Lobotomisés par l’idéologie dominante française, certains Kabyles font des déclarations qui frisent le ridicule : on en voit même qui parlent de l’ouverture des frontières alors qu’ils ne disposent même pas encore de frontières. D’autres sont allés loin, très loin : ils ont organisé un défilé “antiraciste” où ils ont imposé à des étudiantes kabyles de défiler main dans la main avec des Noirs… alors qu’aucun acte raciste n’a été enregistré. Aucun Noir ne s’est fait agresser en Kabylie, bien au contraire : ils vivent comme des rois.

La Kabylie n’est pas la France, et les valeurs françaises d’aujourd’hui ne doivent aucunement représenter un idéal pour nous. En effet, le modèle idéologique que ce pays a adopté depuis 1968, pour ne pas dire depuis la Révolution française, a mené la France au suicide. Au nom de l’antiracisme, les patriotes français n’ont plus le droit d’aimer leur pays. Exhiber un drapeau français sur un sol français est devenu du “racisme”.

Les Kabyles n’ont colonisé aucun peuple, bien au contraire ! Nous avons subi, maintes fois, le colonialisme. Par conséquent, il est hors de question, qu’au nom des « droits de l’homme » ou de la sacro-sainte “tolérance”, qui sont littéralement un cheval de Troie, que nous puissions accepter que des non-Kabyles viennent imposer leur culture chez nous. L’idéologie de la culpabilisation, de la repentance, ce n’est pas pour nous !

Le racisme n’est pas kabyle, l’antiracisme non plus.

Khenane Djafar

 

About the author

Kamel

Add Comment

Click here to post a comment

Topics

<

Calendrier

novembre 2019
L M M J V S D
« Oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930