Chronique

La matraque et la vaseline

« Bravo les Kabyles ! L’Algérie est fière de vous ». Voilà la nouvelle trouvaille des conspirateurs de l’ombre. Un slogan sorti droit des laboratoires de la contre-révolution. Il a été scandé à Constantine, à Oran, à Alger et même à Ouargla. Objectif : gonfler notre ballon de baudruche pour mieux nous amadouer. Ils nous connaissent très bien. Ils savent que nous sommes naïfs. D’ailleurs, certains de mes compatriotes ont succombé à cette campagne de charme.

À l’Ouest du pays et après avoir goûté à la matraque, des activistes font appel à leurs frères kabyles et se disent prêts à les héberger, les invitant à venir manifester vendredi prochain à Oran. Nous sommes solidaires de tous les opprimés du pays et du monde, même si on ne nous a jamais témoigné le même élan de solidarité.

En matière de répression, c’est la Kabylie qui a eu la part du lion avec des blessés graves qui vont garder des séquelles à vie. Et bizarrement, c’est vers Oran que les yeux sont braqués, à en croire que les Kabyles sont des citoyens de seconde zone qui méritent ce qui leur arrive. Alors, vous pouvez garder vos messages de fierté, nous n’en avons à rien foutre. Vous auriez dû faire comme nous ; observer la grève comme nous l’avons fait et vous abstenir de voter. Nous avons accompli notre mission avec brio et nous n’avons rien à prouver à présent.

Retroussez-vous les manches et faites votre révolution. Quand vous aurez atteint notre niveau de conscience et d’engagement, on pourra faire le chemin ensemble. Pour l’instant, des siècles de distance nous séparent. Quand un peuple refuse de prendre son destin en mains, on le laisse choisir son despote.

Chait Salim

 

Topics

<