L’antisémitisme et l’antikabylisme du régime algérien, un héritage de la France coloniale 

KABYLIE (Kabyles.com) — L’Algérie coloniale s’est investie dans l’endoctrinement et le mensonge depuis sa création par la France coloniale. Elle a adopté les mêmes stratégies mises en œuvre par cette dernière à l’encontre du peuple juif et du peuple kabyle.

L’antisémitisme et l’antikabylisme, introduits dès l’indépendance dans les institutions, notamment l’école, encouragés par les médias et soutenus par le ministère des Affaires religieuses et des Waqf, sont devenus des béquilles idéologiques servant à maintenir cette république « chamelière » agonisante.

La présence des Juifs sur le territoire de l’actuelle Algérie remontre à loin, bien avant le VI siècle, longtemps avant l’arrivée des Arabes en Afrique du Nord. Après la colonisation française en 1830, les Juifs, d’abord méprisés par l’empire, sont devenus égaux des musulmans devant la loi française. En 1870, le décret Crémieux prescrit la naturalisation collective des Juifs algériens. Plusieurs voix se sont cependant élevées pour dénoncer cet acte. Des groupes se sont constitués pour en demander l’abolition.

La politique de Vichy réalise les attentes de l’amiral Gueydon et de tous les antisémites en Algérie. Elle abroge le décret Crémieux en promulguant des lois contre la communauté juive, comme les mesures d’éviction prises à l’encontre des élèves juifs des écoles et les multiples interdictions professionnelles. Les deux fameux « numerus clausus » ont contribué à la recrudescence des agressions aussi bien morales que physiques des Juifs d’Algérie et la montée des antisémites.

Beaucoup de Juifs sont devenus des militants anticolonialistes et des partisans de l’indépendance de l’Algérie. Leur contribution à l’éviction de la France de cette colonie est sans équivoque. Un revirement d’opinion logique des Juifs contre la France coloniale, raciste. Une France complexée, adepte de l’orientalisme et de l’idéologie arabo-musulmane.

Le peuple juif a subi la même violence, la même injustice que le peuple kabyle. La Terre d’Israël a été victime de moult attaques, des Assyriens, des Babyloniens, des Perses, des Grecs, des Romains, des Sassanides, des Byzantins et des Arabes. Les Juifs, comme les Kabyles, ont survécu aux agressions de leurs envahisseurs. La Kabylie est-elle en train d’agoniser sous l’emprise de son dernier envahisseur, l’Algérie arabo-musulmane ?

Les Juifs ont su se relever pour reprendre leur terre natale et leur nation. Les Kabyles tâtonnent, tergiversent, encore et encore.

Israël existe avant l’existence de la majorité des nations dites aujourd’hui pays arabes. Les peuples de ces derniers n’ont jamais été des fondateurs de nations modernes. C’est à travers les croisades qu’ils en ont effleuré les attributs. Ils lapidaient en public, tranchaient des mains, enterraient des filles vivantes, égorgeaient pour une brebis ou un chameau. Des pratiques barbares qui se perpétuent à nos jours !

Des énergumènes crachent leur fiel contre les souverainistes kabyles et le MAK-Anavad, à l’image de beaucoup de sots qui attaquent l’État d’Israël, lequel a la légitimité historique pour son existence en tant que nation libre.

Le subterfuge du sionisme que certains ignorants utilisent pour justifier leur animosité envers le peuple juif et l’État d’Israël nous renseigne sur leur aveuglement et leur absurdité. Pour rappel, l’origine du sionisme remonte à 1897, année à laquelle il y a eu le premier congrès sioniste de Bâle, en Suisse, organisé par le mouvement des Amants de Sion.

Les Amants de Sion sont à l’origine de la revendication politique à la fondation d’un État juif dans la seconde moitié du XIX siècle. Ce mouvement nationaliste a réussi la réunification du peuple juif et l’édification de l’État d’Israël après un long exil fait de tragédie, de pogroms et d’errance. Les communautés juives, à travers le monde, ont maintenu le rêve d’un retour en terre promise pour rebâtir leur nation et poursuivre ainsi leur destin.

L’ignorance et l’aliénation font des ravages en Kabylie. Les ennemis de la Kabylie exploitent ces faiblesses pour semer la zizanie entre ses enfants. Pour preuve, quelques mots en hébreu sur le passeport, lancé récemment par le gouvernement provisoire kabyle, a fait sursauter plus d’un et jaillir le venin de l’anktikabylsime du régime algérien et ses valets.

Le MAK-Anavad a redonné au mot « kabyle » ses lettres de noblesse et à la Kabylie son droit de reconquérir sa liberté.

Les réalisations de la famille souverainiste sont considérables dans le cadre du processus de l’autodétermination de la Kabylie. Faut-il rappeler que le combat du MAK-Anavad s’inscrit dans le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, tel qu’il est reconnu dans la charte de l’Organisation des Nations-Unies (ONU).

Aucune tyrannie ne peut vaincre un peuple qui se bat pour ses droits et sa dignité. Le peuple juif a triomphé et le peuple kabyle vaincra.

105751475