Chronique

Le souverainisme ne se résume pas en un mot

À mes compatriotes souverainistes kabyles, indépendantistes, autonomistes, fédéralistes ou ”régionalisationnistes” que vous êtes, l’essentiel pour moi et pour mon idéal c’est la reconnaissance du peuple kabyle en tant que tel, un peuple à part entière, et de la Kabylie une nation tout comme les autres.

Être souverainiste ne se limite pas seulement à brandir le drapeau kabyle, ni à une quelconque démarche dont la finalité est d’embêter un adversaire politique. Mais plutôt de faire tout un travail de fond, un ensemble de pratiques quotidiennes, des petites actions qui ne coûtent absolument rien mais qui pèsent beaucoup.

J’ai remarqué dans les milieux souverainistes, les militants utilisent beaucoup le concept de WILAYA. J’entends des expressions telle que « wilaya de Bouira »qui me dérangent beaucoup. Elles sont malheureusement, présentes dans les discours des souverainistes kabyles. Et aussi le nom arabisé de nos régions comme Azazga, Barbacha, Chelatta ou Béjaïa.

Ces expressions sont à bannir du vocabulaire politique kabyle, elles font référence directement au colonialisme arabe. Le fait de cautionner ce découpage administratif colonial, revient à reconnaître les institutions coloniales arabes en Kabylie. Alors que At Wartilan, ce n’est pas Sétif et Iɛezzugen, ce n’est pas Tizi. D’où la nécessité de supprimer ce concept dans nos esprits et surtout dans notre communication.

Un autre point important, qui m’a aussi beaucoup marqué, c’est la minimisation du patrimoine historique, culturel et archéologique kabyle. Par exemple, les kabyles affilient le roi Masensen aux Aurès (pays chaoui) alors que Le roi de Numidie avait sa résidence secondaire à Vgayet en Kabylie. Ou encore, ils méconnaissent l’histoire de TIFLIST[1] (sabre traditionnel kabyle qui est exposé au musée britannique à Londres) et beaucoup d’autres choses. Ce laxisme trouve sa cause dans un défaut de communication et d’informations, mais surtout dans un déficit de formation politique dans les domaines socioculturel et historique évidents !

Les structures politiques souverainistes kabyles sont en train de préparer des formations politiques destinées aux militants, ce qui est très important pour le combat kabyle pour arracher la souveraineté politique.

Nabil At Si Mhand

[1] Camille Lacoste a consacré un article au sabre kabyle dans le  Journal de la société des africanistes de 1958  pp. 111-191

About the author

Nabil At Si Mhand

1 Comment

Click here to post a comment

Topics

<